Accueil » Vie publique » Déconfinement de Clermont : de la pédagogie avant tout
Clermont visio du Maire
Photos DR
Vie publique

Déconfinement de Clermont : de la pédagogie avant tout

« Le 11 au matin, à 8 heures, on ne reprend pas tout à zéro ». Olivier Bianchi, maire de Clermont et président de la métropole a livré les grandes mesures qui vont se mettre en place, de manière progressive, à partir du lundi 11 mai.

Confinement oblige, c’est depuis chez lui, via la désormais fameuse application Zoom, qu’Olivier Bianchi s’est entretenu avec la presse afin d’évoquer la nouvelle période qui va débuter lundi matin.
« Malgré l’impatience, je tenais à prendre la parole en ayant pris le temps d’organiser de nombreuses réunions  Il me fallait avoir le plus d’avis possible et respecter toutes les étapes afin d’être clair » a tenu à préciser l’édile, avant d’ajouter «Il est difficile de gérer la situation avec les nombreuses évolutions annoncées par le Gouvernement. Nous n’avons aucune expérience de ce qu’est un déconfinement. Alors, il faut penser, créer, innover parce que le 11 au matin à 8 heures, on ne reprend pas tout à zéro. La pédagogie est indispensable et il va falloir s’habituer à vivre différemment ».

Un sas de déconfinement

Le passage par un « sas de déconfinement » se révèle nécessaire avant le retour à la normale, ne serait-ce que pour remettre en route tout ce qui doit l’être avec application de mesures spécifiques. C’est le cas des écoles qui accueilleront leurs élèves à partir du 14, des maternelles et des crèches municipales à partir du 25. Les services de garderie le matin, de cantine le midi et d’accueil périscolaire du soir seront assurés. Le 14 sera aussi la date de réouverture des équipements sportifs de plein-air où la pratique des sports collectifs ne sera pas autorisée. Seuls les groupes de moins de 10 personnes pourront les utiliser mais les vestiaires resteront fermés. Les salles couvertes quant à elles resteront inaccessibles jusqu’au 2 juin minimum.
Les parcs et jardins devraient également ouvrir leurs portes dans la semaine du 11, mais Olivier Bianchi prévient : « Il en va de la responsabilité des Clermontois. Si l’on constate que les gestes barrières ne sont pas respectés et que des grands groupes se forment, nous les refermerons ».

Le gros enjeux de la mobilité

A Clermont, comme partout en France, la mobilité est un enjeu crucial pour la relance même si la poursuite du télétravail est fortement encouragée. Dès le 11 mai, l’offre transport en commun sera assurée à 70 % par T2C (80 % Tram / 50 % bus) avec gratuité jusqu’à fin juin et bien entendu, masques obligatoires. «Dans les transports en communs aussi, il faudra faire de la pédagogie. Je ne souhaite pas de répression dans les premiers jours car il faut un peu de temps pour distribuer les 600 000 masques commandés par la Métropole pour les habitants des 21 communes» précise Olivier Bianchi qui n’exclue pas des contrôles et des amendes en fin de semaine.
Le vélo aura également une place importante dans la phase de déconfinement. Certaines idées qui avaient été avancées (voir notre article du 03 dernier) on été retenues. Ainsi des pistes cyclables temporaires vont être aménagées sur les boulevards Aristide-Briand, Jean-Jaurès et Côte-Blatin réduisant la circulation automobiles de trois à deux voies. « Le déconfinement nous donne l’occasion d’accélérer le développement du vélo dans la ville. Les chantiers de création de pistes sont actuellement suspendus mais les 29 km prévus cette année seront livrés selon le calendrier initial. A terme il y aura plus de place pour les piétons et les vélos, moins pour la voiture ». A propos de voitures, le stationnement sera de nouveau payant à partir du 14 mai.

Des aides pour l’économie

Afin d’aider l’économie à repartir, la métropole consacrera une enveloppe de 2 Millions d’€ destinés aux PME et TPE du territoire. Pour soutenir la restauration, dès que celle-ci aura le feu vert du Gouvernement pour fonctionner, une partie de l’espace public pourra être utilisé pour l’extension des terrasses, permettant ainsi la distanciation sociale. La ville a par ailleurs décidé d’exonérer de taxes et de redevances les commerces qui sont à l’arrêt total depuis le début du confinement.
La reprise rapide des gros chantiers comme ceux de la Comédie, du Stade Marcombes ou de la halte ferroviaire du Cendre va être favorisée.
Du côté de la culture, il a été décidé que les subventions destinées aux structures sont maintenues même si leurs manifestations sont annulées. Cela permet de sauvegarder le secteur qui peut ainsi rémunérer les intermittents du spectacle fortement impactés. Les médiathèques reprendront progressivement leur fonctionnement. Certaines organiseront un système de “drive” à partir du 25 mai, d’autres accueilleront du public mi-juin tout comme les musées.

Déconfiner la démocratie

Pour Olivier Bianchi, la situation est pour le moins étrange. En effet, Clermont est l’une des villes du département qui n’a pas désigné son nouveau maire au premier tour. « Je ne sais pas si je serai réélu » dit-il, même si les résultats lui sont favorables. En attendant il poursuit sa mission en y ajoutant quelques éléments de sa campagne. En tant que Président de la métropole, il vit une situation encore plus inédite. «Je proposé de présider une assemblée élargie où siègent les élus en ballottage, les anciens élus et les nouveaux  qui n’ont pas encore pris officiellement leurs fonctions. Cournon par exemple est actuellement représentée par Bertrand Pasciuto pas encore parti et François Rage élu au premier tour. Cela se passe plutôt bien ». Remettre la ville et la métropole en route, relancer l’économie, éviter le décrochage scolaire sont ses priorités mais il a eu l’occasion d’interpeller le président Macron sur la suite à donner au scrutin. « Il faut déconfiner la démocratie. Si on peut rouvrir des lieux public pourquoi ne peut-on pas organiser le scrutin ? Cela n’aurait pas de sens de repousser les municipales au printemps 2021 » Féru d’histoire, Olivier Bianchi rappelle que le président américain Abraham Lincoln a été élu en novembre 1864 en pleine Guerre de Sécession. A l’époque et malgré le conflit, l’élection organisée au suffrage universel direct avait enregistré un taux de participation de près de 74 %.

À propos de l'auteur

Olivier Perrot

Olivier Perrot

Pionnier de la Radio Libre en 1981, Olivier Perrot a été animateur et journaliste notamment sur le réseau Europe 2 avant de devenir responsable communication et événements à la Fnac. Président de Kanti sas, spécialisée dans la communication culturelle, il a décidé de se réinvestir dans l'univers des médias en participant à la création de 7jours à Clermont.

Commenter

Cliquez ici pour commenter

Sponsorisé

Les infos dans votre boite