Accueil » Archives pour Denis Langlois
Denis Langlois

Ancien avocat parisien spécialisé dans la défense des Droits de l'Homme. Écrivain, auteur d'une trentaine de livres dont "L'Affaire Seznec", "La Maison de Marie Belland" ou "La Politique expliquée aux enfants (et aux autres)". Écrit des aphorismes humoristiques qu'il a publié dans diverses revues, notamment "Fluide Glacial". Vit depuis une quinzaine d'années en Auvergne.

Poussières volcaniques

Auteur : Denis Langlois

Chroniques

Vérités hasardeuses

Ne dites jamais « Je connais la vérité« , mais « Je crois connaître la vérité ». La vérité « vraie » disent les enfants qui ont le sens de la relativité. « Levez la main droite et jurez de dire la vérité ». Comme si la vérité était le résultat d’un exercice de gymnastique. Quand j’étais petit on m’a raconté que les éléphants se mettent du rouge aux ongles pour ne pas se faire repérer quand ils montent dans les cerisiers. J’étais sceptique, j’avais tort. J’ai pu le constater, c’est vrai. Un mensonge n’est jamais qu’une vérité qui a subi...

Chroniques

Beautés hasardeuses

Chez certains, la beauté intérieure est bien cachée. Être beau ne s’improvise pas. Moi, ça fait soixante-dix ans que je me prépare. Amoureux romantique, il venait chanter tous les soirs sous les fenêtres de sa belle qui habitait près du centre de recyclage des ordures ménagères. Lustre, joliesse, faste, sublimité, les Anciens avaient de la classe pour saluer la beauté. Un prisonnier qui se fait la belle est en plus un esthète. Je ne participe pas aux concours de beauté, d’ailleurs on ne me le demande jamais. Les beaux paysages sont mortels, ils ne résistent ni aux touristes ni aux...

Chroniques

Beautés hasardeuses (2)

Dire à une femme qu’elle est belle comme un cœur est-il un compliment quand on sait qu’un cœur est une pompe aspirante et foulante qui agite un liquide pas très engageant ? J’aurais bien aimé que de temps en temps on me parle grec, qu’on me dise que j’étais un adonis ou un apollon. Être dans de beaux draps ne veut pas dire qu’on a fait une affaire au rayon lingerie de l’hypermarché. Quant à faire, soyez un beau salaud. C’est plus esthétique. Si l’on vous dit que vous êtes en beauté, ne prenez pas cela forcément pour un compliment. Cela...

Chroniques

Beautés hasardeuses (1)

Chez certains, la beauté intérieure est bien cachée. Être beau ne s’improvise pas. Moi, ça fait soixante-dix ans que je me prépare. Amoureux romantique, il venait chanter tous les soirs sous les fenêtres de sa belle qui habitait près du centre de recyclage des ordures ménagères. Lustre, joliesse, faste, sublimité, les Anciens avaient de la classe pour saluer la beauté. Un prisonnier qui se fait la belle est en plus un esthète. Je ne participe pas aux concours de beauté, d’ailleurs on ne me le demande jamais. Les beaux paysages sont mortels, ils ne résistent ni aux touristes ni aux...

Chroniques

Maisons hasardeuses

Dans une maison construisez d’abord le toit. Vous serez tout de suite à l’abri. Les plaies d’une maison sont bien connues : la foudre contre laquelle on a les paratonnerres, les rats contre lesquels on a les chats et les voisins contre lesquels il n’y a pas grand-chose à faire. J’ai trop bien dressé mon chien de garde. Il m’interdit rigoureusement de franchir la porte de ma maison. Il avait pour sa maison un attachement touchant. Quand il pleuvait, il montait éponger le toit avec son mouchoir. J’ai acheté une maison à monter tout seul. Depuis dix ans je fais du camping dans...

Chroniques

Maisons hasardeuses (3)

La planète est, paraît-il, notre maison commune, mais il y en a qui occupent les plus grandes pièces. Dites je réside. Ça a plus d’allure que j’habite ou je crèche. J’ai fait une expérience de colocation avec moi-même, mais ça n’a pas marché. Les gens très croyants rêvent d’habiter un gratte-ciel pour être plus près du Seigneur. Avant, on plantait sur son toit un drapeau pour montrer qu’on avait terminé sa maison. Maintenant, c’est pour montrer qu’on a gagné la Coupe du monde de foot. Si l’on habite une péniche, peut-on dire qu’on a...

Chroniques

Maisons hasardeuses (2)

Celui qui habite dans un virage au bas d’une côte sait qu’une porte n’est jamais vraiment fermée et qu’on ne connaît pas toujours celui qui vient dîner le soir. Accrochez à votre porte une pancarte « Attention, chien méchant », vous ferez plaisir à votre petit caniche qui a la trouille de son ombre. Une porte condamnée peut-elle faire appel ? Le vent est l’ami des isolés. Il secoue leur porte et leur donne l’illusion qu’on leur rend visite. N’ouvrez jamais votre porte à un inconnu. Vous pourriez constater que vous le connaissez. Ceux qui mettent des rideaux à leurs fenêtres sont souvent ceux...

Chroniques

Maisons hasardeuses (1)

Dans une maison construisez d’abord le toit. Vous serez tout de suite à l’abri. Les plaies d’une maison sont bien connues : la foudre contre laquelle on a les paratonnerres, les rats contre lesquels on a les chats et les voisins contre lesquels il n’y a pas grand-chose à faire. J’ai trop bien dressé mon chien de garde. Il m’interdit rigoureusement de franchir la porte de ma maison. Il avait pour sa maison un attachement touchant. Quand il pleuvait, il montait éponger le toit avec son mouchoir. On met des numéros aux maisons pour que s’y retrouvent les facteurs et les...

Chroniques

Sports hasardeux

Les matches de football et de rugby seraient beaucoup plus relax si chaque équipe avait son propre ballon. Un sportif de haut niveau, c’est quelqu’un qui dépasse les 2 mètres. On remarque les coureurs dopés à ce qu’ils continuent à courir, même la ligne d’arrivée franchie. « Faites du sport », lui conseilla son médecin, un gros type adipeux enfoncé dans son fauteuil. Le sport, j’ai commencé à la maison de retraite avec les courses de fauteuils roulants. Les sportifs dénigrent les sportives jusqu’au moment où les sportives l’emportent sur les sportifs...

Chroniques

Chemins hasardeux

N’y allez pas par quatre chemins. Un c’est suffisant. Quand quelqu’un emprunte un chemin, il n’est pas sûr qu’il le rende. Un chemin défoncé, c’est bien celui qui a sniffé trop de drogue ? Les chemins de terre ont sur les chemins de fer l’avantage de ne pas rouiller. Je ne demande jamais mon chemin. Je ne tiens pas à me retrouver banalement où je veux aller. « Il fera du chemin », disait-on d’un type qui n’osait avouer qu’il avait des cors aux pieds. Bien malin qui peut déterminer si un chemin part ou arrive. Son 1 mètre 95 ne...