Accueil » Culture » Place aux courts
Boogaloo & Graham.
Culture Mardi

Place aux courts

Ultime soirée des Contre-Plongées de l'Eté sur la place de la Victoire. Avec la projection de six court-métrages précédée d'un concert du groupe Labess.

Dernière soirée cinéma de l’été sur la place de la Victoire. Et comme l’on est à Clermont-Ferrand, il n’est pas tout à fait de l’ordre du hasard qu’elle soit réservée à la projection de court-métrages, en lien avec le festival hivernal. En cette nuit d’août, six films courts, autant de coups de cœur, seront ainsi diffusés. A commencer par Boogaloo & Graham du cinéaste nord-irlandais Michael Lennox (2014). Jamesy et Malachy sont aux anges quand leur père leur confie deux adorables petits poussins. Les deux garçons vont les élever avec amour et se déclarer végétariens. Mais qu’elle n’est pas leur stupeur quand ils apprennent le sort que réservaient leurs parents à leurs compagnons à plumes. Le film a obtenu le British Academy Film Award du meilleur court-métrage et, depuis, Micharl Lennox a tourné, en 2015, son premier film long, A Patch of fog.

Le renard, le loup  et la chèvre

Manivald.

Point de poussins dans Manivald, film d’animation du Canadien Chintis Lundgren (2017). Mais un renard au chômage qui vit chez sa mère, une retraitée possessive, chez qui, un jour, un loup vient réparer la machine à laver. Magic Alps des Italiens Andrea Brusa et Marco Scotuzzi (2018) met en scène une chèvre. Celle-ci vit aux côtés d’un réfugié afghan qui arrive de l’autre côté des Alpes et effectue une demande d’asile pour lui et son amie à quatre pattes.

D’autres aventures et mésaventures

Bonobo du suisse Zoel Aesbacher (2017)  est un film choral sur différents personnages vivant dans un même logement social; Pépé le Morse, film français de Lucrèce Andreae (2017) évoque un type étrange et seul. Un homme qui est mort, maintenant… Enfin, Wibble Wobble (2017) de Daphne Do provient d’Australie et raconte les mésaventures d’un homme qui veut vendre son vieux frigo mais est perturbé par une gelée d’ananas. Pas de chance…

Multiples influences

Labess®Aurore Vinot

La soirée-cinéma commencera… par un concert. C’est le groupe Labess qui s’y collera. La formation propose une musique fusionnant les influences multiples, de la rumba au flamenco, du chaâbi au folk et à la samba. A Clermont, l’ensemble, habitué aux tournées internationales, se produira en trio avec Nedjim Bouizzoul (guitare/voix), Loran Bozic (violon) et Tarek Maaroufi. En langue arabe, « Labess » signifie « tout va bien » ce qui est plutôt bon signe pour ce début de soirée.

Mardi 14 août sur la Place de la Victoire à Clermont. Concert Labess à 20h,  court-métrages à 21h30. Gratuit. Dans le cadre des Contre-plongées de l’Été.

À propos de l'auteur

7 Jours à Clermont

La rédaction de 7 Jours à Clermont est composée de journalistes professionnels locaux. 7 Jours à Clermont, média web entièrement indépendant, a la volonté de mettre en exergue l’activité et les événements marquants des 7 jours à venir dans la métropole clermontoise.

Commenter

Cliquez ici pour commenter

Sponsorisé

Les infos dans votre boite