Accueil » Culture » Nicéphore + : un sacré festival
"God"/Cyril Abad.
Culture Événement

Nicéphore + : un sacré festival

Le festival clermontois consacré à la photo aura lieu du 10 au 31 octobre. Pour son quinzième anniversaire, il a choisi d'explorer le thème "du sacré au profane".

Nicéphore+ ? Une passion de la photo, réaffirmée tous les deux ans dans la métropole clermontoise au travers d’un festival foisonnant et rayonnant. Pas moins de dix huit expositions sont ainsi annoncées pour la version 2020 de l’événement, à Clermont et à Beaumont. Et pour trait d’union de  cette édition, un thème universel et engagé : « du sacré au profane ». « Long chemin de croix et de choix qui conduit, depuis les images qui ont enluminé bien des ouvrages religieux, jusqu’aux interprétations et extrapolations qu’elles ont susciter dans tous les domaines de l’art jusqu’à aujourd’hui » souligne Patrick Ehme, le directeur artistique de Nicéphore +. Un sujet sans frontière et presque limite qui permettra d’échapper aux contraintes et vicissitudes d’une époque devenue essentiellement hygiéniste et nombriliste.

“Agiographie”/ Anita Sciano.

Un vaste thème, des regards

La croyance, la mort, le mystère, la conscience, la souffrance, la crucifixion, les rites, les totems, Dieu, le sacrilège, la dévotion, les pèlerinages, l’église, l’orthodoxie russe, la Cène, le ciel… autant de sujets abordés en images, évoqués avec subtilité, traités sans tabou mais avec signification par les artistes invités de l’association Sténopé, organisatrice du festival. L’Italienne Anita Sciano, l’Espagol Ricard Terré (décédé en 2009), Bettina Rheims, Cyril Abad mais aussi Desiree Dolron, Jean Cérezal-Callizo, Michel Vasset, Magali Lambert et de jeunes photographes émergents proposent leurs regards sur ce monde dont les ressorts sont parfois au-delà du visible.

Anaÿssime/ Jean-Baptiste Carhaix.

Itinéraire

A sa façon, l’événement constitue aussi un itinéraire, faudrait-il dire un chemin de croix ?, à travers la ville, de l’Hôtel Fontfreyde, logiquement investi en la circonstance, jusqu’à la Maison des Beaumontois en passant par la Chapelle de l’ancien Hôpital général, le Centre Camille-Claudel, la Droguerie, rue  du Port, l’ancienne chapelle du couvent des Carmes-Dechaux ou la galerie Sténopé, située dans la rue de la Treille. Parallèlement aux expositions, de nombreux rendez-vous et animations (lectures de portfolios, projections de films, rencontres avec les artistes, débats et “siestes musicales”) sont prévus tout au long des trois semaines d’un festival qui fête son quinzième anniversaire.

Nicéphore+, du 10 au 31 octobre. Plus d’informations : www.festivalphoto-nicephore.com

La Cène/ Cécile Plaisance.

 

À propos de l'auteur

Marc François

Marc François

A débuté le métier de journaliste parallèlement sur une radio libre et en presse écrite dans les années 80. Correspondant de plusieurs médias nationaux, rédacteur en chef de l’hebdomadaire Info Magazine (Clermont, Limoges, Allier) pendant 9 ans, il a présidé le Club de la Presse Clermont-Auvergne entre 2009 et 2013. Il est l’initiateur de 7 Jours à Clermont.

Commenter

Cliquez ici pour commenter

Sponsorisé

Les infos dans votre boite