Accueil » Événement » De la science à l’imaginaire et de la technologie à l’art au pied du puy de Dôme
Les Nuées Ardentes, un projet "rétro-futuriste" sur cinq ans.
Événement Vendredi

De la science à l’imaginaire et de la technologie à l’art au pied du puy de Dôme

La première édition du festival Les Nuées Ardentes se déroulera les 8, 9 et 10 juin. Avec pour objectif de rendre à la science sa part de rêve et d'imaginaire.

La science serait un domaine hermétique, imperméable. Un monde à part… De l’autre côté, les arts, toute la dimension de la créativité, de l’imaginaire. Sans frontière, sans limite…Les organisateurs des Nuées Ardentes refusent sans doute les étiquettes et se proposent de combattre les images d’Epinal. Leur but? Réunir les matières et les genres au travers d’une grande manifestation populaire et en plein-air  et redonner à la science sa part de rêve.  Il restait donc à donner un cadre, un décor, un contenu à ce projet ambitieux. Le cadre serait celui du pied du puy de Dôme, au beau milieu des volcans. Le décor, réalisé par l’entreprise Czac de Luzillat, pourrait sortir d’un livre de Jules Verne: une immense foreuse de plus de 8 mètres de hauteur et de 15 mètres  d’envergure, trônant au beau milieu de quatre cabines-laboratoires, où se déroulent d’intrigantes, d’étonnantes expériences, animées par d’authentiques chercheurs. A leurs côtés, des comédiens dans le rôle d’assistants. Et, le soir venu, des concerts, avec à la manœuvre, le groupe clermontois Ultra Violet aux ballades electro teintées de jazz.

La couleur d’un festival

Les Nuées Ardentes auront ainsi le goût et la couleur d’un festival.”L’objectif poursuivi est la valorisation de la science à travers l’art. Nous voulons la populariser dans un monde imaginaire et artistique, tout en mettant en exergue les entreprises locales et le patrimoine”. In fine, l’idée est que les gens viennent, qu’ils s’interrogent: qu’est-ce qui est réel? Qu’est-ce qui est faux?” explique Fanny Sorbadère, coordinatrice du projet aux côtés de Stéphane Calipel et de Pierre Schiano.  Le public pourra ainsi rencontrer les scientifiques au gré des cabines-laboratoires et des matières: la volcanologie, la météorologie avec des chasseurs de tornades et d’orages, les livres avec le bibliolabo et un un labobar où les chimistes se mêleront aux étudiants du Lycée Hôtelier de Chamalières  dans la réalisation de cocktails qui fumeront et de meringues explosives. A déguster malgré tout…

L’éruption du volcan

L’immense foreuse.

Tout au long des trois journées, les expériences scientifiques se succéderont, les animations se poursuivront, les “petites conférences extraordinaires” se dérouleront, conciliant aventure romanesque, exploration scientifique et technologie rétro-futuriste. Et les soirées des 8 et 9 juin donneront lieu à un concert d’Ultra Violet dans le cadre unique des volcans d’Auvergne. Dans la nuit, enfin, l’épilogue surviendra avec “l’éruption du volcan” en guise de feu d’artifice…

Un projet sur cinq ans

Porté par l’Université Clermont Auvergne, le projet des Nuées Ardentes réunit un grand nombre de partenaires locaux ( entreprises, collectivités, associations) et va se décliner sur cinq ans. “ Il s’inscrit dans le cadre général de la candidature de Clermont au titre de capitale eurpéenne de la culture en 2028, de la mise en valeur du patrimoine naturel et de la candidature de la Chaîne des Puys à l’UNESCO et aussi du rayonnement régional de la recherche scientifique locale avec leprojet labellisé I-Site CAP 20-25. L’idée, à terme, est de faire de Clermont la capitale mondiale du volcanisme durant le déroulement des Nuées Ardentes” explique Stéphane Calipel, vice-président de l’Université Clermont Auvergne. L’édition initiale, dans les volcans de la chaîne des Puys, devrait être suivi, en 2019, d’un festival au cœur de Clermont. Un congrès scientifique est également à l’ordre du jour, de même que l’organisation de différents forums. “A terme, nous réfléchissons aussi à l’ouverture d’un lieu dédié où l’on exposerait les décors et qui accueillerait une programmation artistique autour de cette idée de valorisation de la science” précise Fanny Sorbadère. Pour l’heure, toutefois, il s’agit d’installer le décor et de créer l’atmosphère de ces premières “Nuées Ardentes” au pied du Puy de Dôme: dresser la foreuse, monter les cabines-laboratoires… Les premières expériences ne tarderont plus.

Les 8, 9 et 10 juin au pied du Puy-de-Dôme (maison de site du Panoramique des Dômes). L’ensemble de la programmation sur lesnueesardentes@uca.fr 

À propos de l'auteur

Marc François

Marc François

A débuté le métier de journaliste parallèlement sur une radio libre et en presse écrite dans les années 80. Correspondant de plusieurs médias nationaux, rédacteur en chef de l’hebdomadaire Info Magazine (Clermont, Limoges, Allier) pendant 9 ans, il a présidé le Club de la Presse Clermont-Auvergne entre 2009 et 2013. Il est l’initiateur de 7 Jours à Clermont.

Commenter

Cliquez ici pour commenter

Sponsorisé

Les infos dans votre boite