Accueil » Culture » Coupure de Courant, un festival en prise avec l’air du temps
Pour entendre la musique, il faut pédaler / Photo Pavi'Son
Culture Vendredi

Coupure de Courant, un festival en prise avec l’air du temps

Deux jours durant, les 31 mai et 1er juin, sur la Place de la Victoire à Clermont, va se dérouler la première édition du festival Coupure de Courant. Un seul mot d'ordre pour écouter les artistes ou participer aux animations : il va falloir pédaler.

Défense de l’environnement, climat, transition énergétique, économie circulaire… l’époque est marquée par une prise de conscience collective sur la nécessité d’agir sur l’écologie. Face à l’urgence, les citoyens ont parfois l’impression que le monde politique et institutionnel n’est pas assez actif, influencé par les lobbys et les intérêts économiques. Sans être obligatoirement activistes, certains agissent pour favoriser une prise de conscience populaire à l’image des membres de l’association APOCES qui ont décidé d’organiser, à Clermont, un festival mixant culture et écologie.

Déplacements des artistes et du matériel, déplacements des spectateurs, branchements électriques nombreux pour les sono et l’éclairage… Le monde du spectacle est un gros consommateur d’énergie. Partant de ce constat, l’équipe a imaginé l’organisation d’un festival sans aucun branchement électrique. Avec un tel objectif, produire un événement devient assez contraignant. En effet pour entendre un artiste, son instrument et éclairer la scène, il est difficile de se passer de l’électricité. Certains « bricoleurs-ingénieurs » ont cependant réfléchi à des solutions alternatives comme des vélos générateurs qui fournissent assez  de watts pour alimenter des petits groupes jouant sur des scènes réduites. C’est le cas de Pavi’Son, un dispositif scénique autonome que l’on retrouvera durant le weekend sur la Place de la Victoire.

L’énergie du festival c’est vous !

Comme le laisse présager le slogan du festival, les spectateurs seront mis à contribution pour fournir eux-même de quoi alimenter les concerts qu’ils seront venus écouter. Parfois, les artistes s’affranchissent eux-même du 220 volts, à l’image du DJ invité qui fera tourner ses platines grâce à un système alimenté avec des panneaux solaires. En marge des propositions culturelles, les animations loisirs seront elles aussi « unplugged ». Un manège bucolique pour les enfants tournera uniquement si les parents pédalent. A l’issue de la séance ils pourront même inverser les rôles avec les enfants qui feront tourner un vélo-mix à smoothies. Pour renforcer l’aspect sensibilisation à l’éco-citoyenneté, l’équipe de Coupure de Courant a souhaité enrichir l’offre culturelle avec des conférences et des ateliers. Ainsi tout au long des deux jours que durera le festival, le public sera invité à participer à des conférences sur le climat, à apprendre à mieux gérer les déchets, à respecter les règles du recyclage ou encore découvrir le Do It Yourself.

Des partenaires séduits par l’idée

Organiser un tel festival nécessite de pouvoir compter sur des partenaires. Les institutions, conscientes des enjeux écologiques, ont très bien accueilli le projet Coupure de Courant et ont facilité sa mise en place, d’autant que les dates du Festival sont incluses dans la Semaine Européenne du Développement Durable. Parmi tous les partenaires, il faut noter qu’Engie, s’est montré particulièrement favorable à une collaboration. Acteur mondial de l’énergie, l’entreprise  s’est repositionnée depuis 2016 afin de devenir un des acteurs majeurs de la transition énergétique en travaillant activement sur le zéro carbone et les solutions d’avenir comme l’hydrogène. Présente physiquement sur le site du Festival, l’entreprise présentera des innovations dans le domaine du photovoltaïque.

Coupure de Courant #1 :
vendredi 31 mai et samedi 1er juin 2019
Concerts, conférences et ateliers.
Place de la victoire, Clermont-Ferrand / Festival 100 % gratuit

Programme complet à découvrir sur : www.festivalcoupuredecourant.com

Culture Vendredi
Carte

À propos de l'auteur

Olivier Perrot

Olivier Perrot

Pionnier de la Radio Libre en 1981, Olivier Perrot a été animateur et journaliste notamment sur le réseau Europe 2 avant de devenir responsable communication et événements à la Fnac. Président de Kanti sas, spécialisée dans la communication culturelle, il a décidé de se réinvestir dans l'univers des médias en participant à la création de 7jours à Clermont.

Commenter

Cliquez ici pour commenter

Sponsorisé

Les infos dans votre boite