Accueil » Actualités » Réouverture des terrasses : des questions en suspens
terrasse fermée
Photo E. Gerenton
Actualités Vie publique

Réouverture des terrasses : des questions en suspens

A Clermont, comme partout en France, le 19 mai marquera le début de la deuxième phase du déconfinement. Les terrasses des bars et des restaurants pourront de nouveau accueillir des clients. Pourtant, à quelques heures de cette réouverture, les professionnels de la restauration font part de leurs inquiétudes.

Après 7 mois de fermeture, les établissements pourront enfin rouvrir leurs terrasses dès mercredi prochain, avec une capacité d’accueil réduite à 50 % jusqu’au 9 juin. Les restaurateurs et bistrotiers clermontois sont heureux de pouvoir retrouver leur activité, après quelques semaines difficiles. Ils soulignent également les inconvénients des nouvelles règles liées à la réouverture des terrasses.

Du côté des petites terrasses

Alain Breuil, gérant du bar Le Kepler, à Clermont-Ferrand souligne : “Sachant que les jauges sont limitées et que je n’ai pas une très grande terrasse, ça va être problématique pour moi. Je peux accueillir 40 personnes en temps normal, en divisant par 2 le nombre de clients il ne me reste que 20 personnes en terrasse”. Il ajoute “ Ce n’est pas avantageux pour moi financièrement, mais je vais quand même rouvrir car j’ai besoin de retrouver ce lien social avec les clients“. Un autre restaurateur clermontois, disposant d’une petite terrasse, ne réouvrira pas contrairement à Alain Breuil. Bien qu’il soit content de revoir les établissements prendre vie, sa petite terrasse de 9m² ne lui permet pas d’accueillir des clients le 19 mai. “Je peux mettre maximum 10 couverts en extérieur, ce qui représente 4 tables. Je ne peux pas me permettre d’ouvrir ma terrasses au public, je perdrais trop d’argent…” affirme t-il. Il ajoute également “ Je ne pourrais pas donner assez de travail aux salariés si j’ouvrais ma terrasse parce qu’il n’y aurait pas assez de monde”. En attendant de retrouver sa clientèle début juin, ce gérant compense le manque de chiffre d’affaires avec la vente à emporter et des subventions de l’état.

“On est dans le flou”

Mathieu Minard, le gérant du Café Pascal, dispose d’une grande terrasse et pourra accueillir suffisamment de monde le jour J. En revanche, il estime ne pas être assez informé par l’Etat des règles à respecter “ Oui, nous sommes content de rouvrir, on avait besoin de retrouver notre activité. Par contre, tant que l’Etat ne nous aura pas donné officiellement les règles à suivre, je vais avoir des difficultés à organiser cette ouverture”. Il précise encore: “Je ne sais pas à quoi correspond 50% des capacités, j’ignore aussi si j’ai le droit de faire entrer des clients dans mon établissement pour aller aux toilettes”. Cédric Culioli, le gérant du Chai Victorius partage également cette inquiétude. “ Cette réouverture des terrasses me rend heureux parce que je vais pouvoir retravailler. En plus, je ne rencontre pas le problème de certains qui ont des petites terrasses. En revanche, lorsque j’entends que la capacité d’accueil est de 50% je me demande à quoi ça correspond. On n’a pas d’informations officielles”. Beaucoup d’interrogations, on le voit, à la veille de ce jour tant attendu. Sans compter les caprices de la météo…

À propos de l'auteur

Eloïse Gerenton

Animée par l’envie de parler du monde qui l'entoure, Eloïse originaire du Puy-en-Velay a prit la voie du journalisme après l’obtention de son bac Littéraire. Aujourd’hui, étudiante en deuxième année de DUT journalisme à Vichy, elle s'épanouit pleinement dans ce domaine.
Passionnée par la vidéo, Eloïse aime également transmettre l’information par le biais de l’écrit. Les phénomènes environnementaux et sociétaux intéressent particulièrement notre future journaliste.

Commenter

Cliquez ici pour commenter

Sponsorisé

Les infos dans votre boite