Accueil » Économie » BBS Slama : une entreprise clermontoise distinguée par l’ADEME
Lise Slama a repris la suite de son père aux commandes de BBS Slama.
Économie Jeudi

BBS Slama : une entreprise clermontoise distinguée par l’ADEME

BBS Slama, une PME clermontoise vient d’être primée par l’ADEME. Elle décroche ainsi une subvention de 300 000 euros, qui servira au recrutement de deux nouveaux salariés. Ce jeudi 16 mai, elle organise un workshop avec des bureaux d’études pour évoquer ses nouveaux projets.

Depuis 1985, BBS Slama est un éditeur de logiciels utilisés par des bureaux d’études thermiques. L’entreprise clermontoise accompagne ses clients dans le secteur du calcul de la consommation des bâtiments. La société, fondée il y a 34 ans par deux frères, Bernard et Bruno Slama, est aujourd’hui dirigée par Lisa Slama, la fille de Bruno. Cette dernière affirme : “En 34 ans, les problématiques ont beaucoup changé. On  travaillait à l’époque avec des disquettes. Toutefois, une chose est restée intacte : l’état d’esprit”. Actuellement l’entreprise compte 20 salariés, parmi lesquels de nombreux développeurs et ingénieurs. Vinci et Eiffage comptent parmi ses principaux clients. BBS Slama a réussi à s’imposer sur le marché français pour devenir une véritable référence. 

Un projet inventif

L’entreprise vient d’être lauréate du Concours d’Innovation, une initiative orchestrée par le gouvernement et financée via le Grand Plan d’Investissement. Ainsi, la PME auvergnate décroche le soutien de l’ADEME (Agence de l’Environnement et de la Maîtrise d’Energie) pour le projet BEE (BIM, Energie et Environnement). Lise Slama explique : “Le BIM consiste à créer un seul fichier pour modéliser le bâtiment, sur lequel travaillent tous les métiers du bâtiment. Nous développons des outils pour lever les obstacles habituellement rencontrés”.

1,6 million de chiffre d’affaires

Lauréate du concours, BBS Slama se voit accorder une subvention de 300 000 euros. Elle est le seul éditeur de logiciel à avoir été récompensé lors de ce concours. La gérante poursuit : “Avec cette innovation, le travail de vérification ne se fait plus à la main. Nous créons des outils d’analyse pour travailler sur les maquettes de l’architecte et ainsi automatiser la détection des informations. Sur le plan environnemental, cela répond à une nouvelle exigence de l’Etat dans la loi de 2020. On ne va plus encourager les bâtiments polluants à la construction et à l’utilisation”. Grâce à cette subvention, l’entreprise envisage de recruter deux ingénieurs cette année. En 2017, la PME auvergnate affichait un chiffre d’affaires de 1,6 million d’euros.

À propos de l'auteur

Catherine Lopes

Catherine Lopes

Journaliste diplômée de l’Ecole de Journalisme et de Communication de Marseille, Catherine arrive en Auvergne en 2006 et fait ses armes sur Clermont Première. Après plusieurs années de collaboration,  elle découvre ensuite le monde de la pige et travaille pour plusieurs sociétés de production. Elle écrit aussi pour le web et fait de la radio. Véritable touche à tout, Catherine aime avant tout raconter des histoires.

Commenter

Cliquez ici pour commenter

Sponsorisé

Les infos dans votre boite