Accueil » Interview » Jérémy Frérot continue l’aventure en solo
Jérémy Frérot sera sur la scène de la Coopé le 2 avril. Crédit photo : Yann Orhan
Culture Interview Mardi

Jérémy Frérot continue l’aventure en solo

Tout a commencé par le duo formé avec Florian, Fréro Delavega. Après plus de 2 millions d’albums vendus et 1 million de spectateurs à travers la France, c’est en 2017, à Bordeaux, qu’ils ont dit leur dernier mot. Ce soir-là, Jérémy avait chanté « Revoir » à Florian. Jérémy Frérot joue désormais en solo et a sorti en 2018 son album "Matriochka". Il sera sur la scène de la Coopérative de Mai le 2 avril. Nous avons pu l’interroger en pleine tournée.

7 Jours à Clermont : Vous venez d’entamer une tournée. Ce sont-là vos premiers pas en solo, après la belle aventure Fréro Delavega. Quel est votre état d’esprit?

JEREMY FRÉROT : C’était un peu compliqué au début de me dire que j’allais partir seul sur scène. Sur l’album, j’étais assez entouré, même très bien entouré. Dans ma tête, je me sentais très bien pour l’enregistrement de l’album et la création. C’est pour la scène que cela a été plus compliqué. Maintenant, tout va super bien. On prend beaucoup beaucoup de plaisir, avec les musiciens et les techniciens.

7 JAC : Qu’est-ce qui change sur scène, sans Florian?

JF : Cela demande beaucoup plus de concentration, de travail. Mais je peux aussi dire ce que je veux, c’est vraiment autre chose. Avec Flo, on formait une seule et même personne. Maintenant, il a fallu que je bosse pour rattraper le manque. Désormais, c’est vraiment plus personnel et plus ambitieux.

7 JAC : Comment avez-vous préparé cette tournée?

JF : J’ai imaginé une histoire, une manière d’avancer dans le show. Chaque concert est un voyage pour le public. L’artiste l’emmène ailleurs et c’est pour cela que les gens achètent des billets de spectacle, pour leur faire oublier ce qu’il y a dehors. Je dis souvent aux spectateurs que l’on part en voyage. La salle est un bateau et l’on navigue ensemble. Le public est un matelot de ce bateau, qui avance avec plus ou moins de houle. Il est acteur du concert, j’ai besoin de lui pour que tout se passe bien.

7 JAC : Votre album, Matriochka, a des arrangements électro-pop qui peuvent surprendre ceux qui étaient habitués au son Fréro Delavega. Vouliez-vous changer d’univers par rapport à ce que vous proposiez?

JF : Ce n’est pas que je voulais m’en éloigner, c’est juste que, tout seul, je ne fais pas ça. Je suis quelqu’un d’autre. Cela se voyait déjà dans les albums de Fréro Delavega. Dans chaque album, il y a une chanson que l’on fait seul et les chansons que je faisais seul ressemblaient à ce que je propose maintenant. Quand je suis tout seul, ma musique est différente, je m’exprime avec mes mots, mes envies.

7 JAC : Le single “Tu donnes” tourne beaucoup en ce moment sur les radios. Cela vous ressemble-t-il de tout donner?

JF : Cela peut me ressembler. Mais, en l’occurrence, je ne parle pas de moi. Je parle de mon meilleur ami qui me donne beaucoup quand il est avec moi. Je me sens bien avec lui. Après, on peut faire un parallèle avec moi. Cela ressort souvent sur scène que je donne pas mal.

7 JAC : Dans le titre “Plonge”, vous faites une véritable déclaration d’amour à votre épouse, Laure Manaudou. N’était-ce pas trop difficile de vous livrer?

JF : Ce n’est pas une déclaration d’amour, je l’ai déjà faite il y a bien longtemps. Il s’agit plus de mots que je mets sur des sentiments, sur notre relation. Je n’avais pas ces mots-là avant, ce qui explique que je n’écrivais pas sur ce thème. Quand j’ai réussi à trouver les mots, je me suis dit que c’était une belle manière d’écrire sur l’amour, parce que c’est un sujet important.

7 JAC : Vous serez à Clermont le 2 avril pour un concert à la Coopérative de mai. Comment convaincre quelqu’un de venir vous applaudir?

JF : Viens partir en voyage !

Mardi 2 avril à 20h30 à la Coopérative de Mai.

À propos de l'auteur

Catherine Lopes

Catherine Lopes

Journaliste diplômée de l’Ecole de Journalisme et de Communication de Marseille, Catherine arrive en Auvergne en 2006 et fait ses armes sur Clermont Première. Après plusieurs années de collaboration,  elle découvre ensuite le monde de la pige et travaille pour plusieurs sociétés de production. Elle écrit aussi pour le web et fait de la radio. Véritable touche à tout, Catherine aime avant tout raconter des histoires.

Commenter

Cliquez ici pour commenter

Sponsorisé

Les infos dans votre boite