Accueil » Immobilier » Un village “intergénérationnel” pour répondre au défi du vieillissement
A ce jour, 70 % du projet est réalisé. Les premiers habitants poseront leurs valises début 2020 © Emmanuel Thérond
Immobilier Vie publique

Un village “intergénérationnel” pour répondre au défi du vieillissement

Au pied des Côtes de Chanturgue, un programme immobilier unique en son genre sortira de terre à la fin de l’année. Baptisé “Le Clos des Vignes”, il est réalisé par la Ville de Clermont-Ferrand et le CCAS.

Les Français – et c’est tant mieux – vivent de plus en plus vieux : en moyenne, 85 ans pour les femmes et 79 ans pour les hommes. Mais l’espérance de vie en bonne santé, elle, est à la peine : selon nos confrères du Monde, elle dépasse tout juste les 64 ans chez les femmes et les 62 ans chez les hommes. Des chiffres en-deçà de la moyenne européenne…

Clermont n’échappe pas au phénomène : 30.000 habitants ont plus de 60 ans, dont un tiers plus de 75 ans. Et près de 60 % des plus de 80 ans vivent seuls à domicile. Parfois par choix, souvent faute de places en établissement spécialisé. Résultat ? Les hôpitaux, déjà saturés, devront nécessairement faire face à un afflux massif de seniors dans les années à venir. Les promoteurs immobiliers devront également s’adapter.

40 logements  

© Studio Losa

Pour faire face à cet inexorable vieillissement, les pouvoirs publics n’ont qu’une seule solution : l’anticipation. La Ville de Clermont-Ferrand et le CCAS (Centre Communal d’Action Sociale) s’y attèlent en créant un “village intergénérationnel” de 40 logements passifs, dont 30 pour les seniors et 10 pour les familles, étudiants ou personnes en situation de handicap.

Jardins partagés, salle d’activité commune, charte du bien vivre ensemble… Tout a été pensé (y compris au niveau de l’architecture) pour favoriser la mixité et l’entraide entre les générations. Cet “esprit de village” sera insufflé par un gardien-animateur présent sur place. Bien évidemment, les logements réservés au seniors bénéficieront d’aménagements spécifiques (domotique, etc.) et le CCAS se chargera des repas ou des soins à domicile.

Très bien exposé, le Clos-des-Vignes se situe sur un coteau de 15.000 m2 en lisière du boulevard Daniel-Mayer. L’architecte clermontois Pierre Grosmond (Studio Losa) a su tirer partie de cette topographie à la fois avantageuse et contraignante pour imaginer un “village” ensoleillé, vert et peu gourmand en énergie. “Nous avons cherché à rendre l’accessibilité optimale tout en valorisant les vues. De plus, nous avons travaillé comme si nous avions composé un éco-quartier, en faisant la part belle aux espaces extérieurs et de rencontres. En gros, nous avons mis l’automobile en périphérie et des jardins au cœur des habitations” explique-t-il. L’emprise foncière d’un futur EHPAD (Etablissement d’Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes) a également été prévue, mais sa réalisation reste encore hypothétique. En attendant, un grand parc profitera aux habitants des alentours…

Portes ouvertes les 12 et 13 septembre 

Démarrés en juin 2018, les travaux vont bon train. 70% du chantier est aujourd’hui réalisé, essentiellement par des entreprises locales. Et visiblement, les délais sont respectés. “Tous les logements seront livrés en fin d’année ainsi qu’une grosse partie des plantations. Mais les automnes sont de plus en plus chauds : nous avons donc dû décaler la plantation de 150 gros arbres, pour qu’ils poussent dans de bonnes conditions” précise l’architecte.

Parmi les bonnes surprises du chantier, la découverte de trois sources, qui seront conservées pour l’arrosage des jardins. A ce jour, une centaine de personnes ont fait part de leur intérêt pour vivre au Clos-des-Vignes et une trentaine de dossiers complets ont été retournés aux services de la Ville. Ce sera sans doute plus après les journées portes ouvertes des 12 et 13 septembre…

Favoriser le bien vieillir à Clermont-Ferrand ? Ce projet innovant montre que c’est possible. A condition, évidemment d’y mettre les moyens, puisque cette nouvelle forme d’habitat a nécessité un investissement de près de 7,75 millions d’euros TTC.

 

 

À propos de l'auteur

Emmanuel Thérond

Emmanuel Thérond

Titulaire d'un Master en Littératures Modernes et Contemporaines, Emmanuel Thérond est journaliste en Auvergne depuis 2004. Il a commencé sa carrière à La Montagne, avant de rejoindre la rédaction d'Info Magazine, où il a travaillé durant 15 ans. Il écrit également pour la presse professionnelle, en particulier Le Moniteur du BTP, dont il assure la correspondance locale. Depuis 2019, il signe dans Le Parisien - Aujourd'hui en France.

Commenter

Cliquez ici pour commenter

Sponsorisé

Les infos dans votre boite