Accueil » Edito » « On a rangé les vacances »
Marc François.
Photo Fanny Reynaud.
Edito

“On a rangé les vacances”

Soleil déclinant, chapitre qui se referme, retour à la maison. Petite nostalgie de fin d'été quand les vacances se retirent. Mais, on le sait, elle ne durera pas...

Quand l’été jette ses derniers feux, seuls quelques touristes font encore de la résistance sur les plages. C’est le calme après la tempête.

Dernière soirée au bord de mer. Derniers rayons sur sa peau cuivrée et le soleil qui flirte déjà avec l’horizon. Ultimes chuintements des vagues et le parfum sucré du monoï s’estompera. Et me reviennent les mots vagabonds d’une chanson désuète de Brigitte Bardot, intitulée « La Madrague » : « On a rangé les vacances/ Dans les valises en carton/ Et c’est triste quand on pense à la saison/ Du soleil et des chansons ». Version romantique et raffinée du « Sea, sex and sun » de Serge Gainsbourg.

Les vacances, comme l’été, ont l’immense tort de s’achever et de laisser au cœur des fragments de nostalgie. Quelque chose d’indicible qui a trait au temps qui passe, aux générations qui se succèdent et s’effacent, au va et vient naturel des saisons, à l’essence même des choses.

Retour vers le bercail

Fin de cycle. Fin d’été. Bagages que l’on referme. Portes que l’on verrouille. Retour annoncé vers le bercail. Cap au nord, vers des couleurs moins ardentes, des lumières moins vives et une foule de petits problèmes que l’on a laissés de côté un mois durant. Retour à la case départ avec une boîte à lettres remplie de factures et autres tracasseries, un appartement trop exigu et l’horizon qui s’arrête sur le mur d’en face. Le parfum mélancolique de la rentrée.

Un peu de vague à l’âme qui ne durera pas. L’être humain est ainsi fait qu’il s’adapte et reprend vite ses habitudes, jouissant des soirées devant la télévision après s’être enivré de grand air et de ciel étoilé. Et c’est tant mieux… Oubliés, dès lors, la mer et le sable fin pour mieux plonger dans le confort rassurant du quotidien ordinaire. La vie suit son cours, inlassablement.

À propos de l'auteur

Marc François

Marc François

A débuté le métier de journaliste parallèlement sur une radio libre et en presse écrite dans les années 80. Correspondant de plusieurs médias nationaux, rédacteur en chef de l’hebdomadaire Info Magazine (Clermont, Limoges, Allier) pendant 9 ans, il a présidé le Club de la Presse Clermont-Auvergne entre 2009 et 2013. Il est l’initiateur de 7 Jours à Clermont.

Commenter

Cliquez ici pour commenter

Sponsorisé

Les infos dans votre boite