Accueil » Edito » Le virus ne fait pas dans la demi-mesure
Un premier tour des municipales, sous le signe du coronavirus, hier à Clermont - photo Patrick Bossin.
Edito

Le virus ne fait pas dans la demi-mesure

Ça va durer plusieurs semaines, peut-être jusqu'à l'été. Face à l'épidémie de coronavirus, c'est une autre vie, bouleversée, qui s'organise.

Il va donc falloir changer ses habitudes, vivre autrement. Tout au long de la semaine écoulée, les événements se sont précipités, les annonces succédé, les décisions ajoutées les unes aux autres, jusqu’à la dernière intervention du premier ministre, samedi, annonçant la fermeture « jusqu’à nouvel ordre de tous les lieux recevant du public non indispensables à la vie du pays ».

Au-delà des risques individuels, c’est la possibilité d’une généralisation de la pandémie et d’une saturation des services de santé, alors peut-être incapables d’y faire face, qui a poussé le gouvernement à adopter ces mesures ô combien drastiques.

Dans le monde entier

Hier déjà, chacun a pu ressentir combien ces dispositions pouvaient impacter la vie quotidienne. Impossible, par exemple, d’aller prendre un café. Mais hier, c’était dimanche, un jour à part, un jour différent, un jour d’élections municipales, qui plus est. Et c’est ce lundi que l’on va pouvoir commencer à mesurer réellement les conséquences sur le moindre de nos gestes et de nos initiatives, dans nos vies professionnelles, sociales et même intimes.

Le plus vertigineux est peut-être de penser que cette situation unique n’est pas circonscrite à un territoire, ou à un pays. Ni même à un continent. C’est le monde entier, en réalité, qui  agit désormais au rythme du coronavirus.

Patience et incertitude

La vie se poursuit, malgré tout, et face à ce genre de phénomène, qui prouve combien nos sociétés sont fragiles et comme un grain de sable peut enrayer la mécanique, le mieux est de faire preuve de patience. Et de se dire qu’après le printemps viendra l’été… Un simple coup d’œil à l’histoire peut aussi permettre de relativiser la gravité de l’épisode que nous traversons. L’épidémie de Covid-19, ça n’est tout de même pas la guerre mondiale !

Dans ce contexte chaotique et incertain, le premier tour des élections municipales s’est malgré tout tenu, sur fond de gel hydro-alcoolique. Et la situation ne cessant d’évoluer, rien ne dit qu’il sera suivi d’un second tour avant longtemps…

 

 

À propos de l'auteur

Marc François

Marc François

A débuté le métier de journaliste parallèlement sur une radio libre et en presse écrite dans les années 80. Correspondant de plusieurs médias nationaux, rédacteur en chef de l’hebdomadaire Info Magazine (Clermont, Limoges, Allier) pendant 9 ans, il a présidé le Club de la Presse Clermont-Auvergne entre 2009 et 2013. Il est l’initiateur de 7 Jours à Clermont.

Commenter

Cliquez ici pour commenter

Sponsorisé

Les infos dans votre boite