Accueil » Week-End » Christian Prudhomme : « Le Tour 2020 peut basculer en Auvergne ! »
Christian Prudhomme- photo Patrick Dorckel.
Sports Week-End

Christian Prudhomme : « Le Tour 2020 peut basculer en Auvergne ! »

7 Jours à Clermont a rencontré le directeur du Tour de France à l'occasion de sa venue à Clermont et Châtel-Guyon. Selon l’ancien journaliste, les étapes auvergnates pourraient être déterminantes, sinon décisives, lors de l'édition 2020.

7 jours à Clermont : Christian, l’étape entre Châtel-Guyon et le Puy-Mary s’annonce comme un des temps forts du prochain Tour de France Cycliste ?

Christian Prudhomme : Elle sera sans aucun doute importante et sportive, avec sept ascensions répertoriées et 4400 mètres de dénivelé positif. Ce sera d’ailleurs pour l’occasion le dénivelé le plus important du futur tracé, qui proposera également des pentes très raides. Cette étape traversera Clermont, avant le départ de l’étape du lendemain en direction de Lyon, puis passera au pied du Puy de Dôme et par le Massif du Sancy. On abordera ensuite le Puy-Mary par le versant le plus raide du col de Néronne. En d’autres termes, le final de cette étape comptera près de la moitié du dénivelé global et nous promet du grand spectacle.

7JC : 4400 mètres de dénivelé, ce sera finalement plus que dans les étapes des Alpes et dans les Pyrénées ?

Le profil de « l’étape des volcans ».

C.P. : En effet, ce sera l’une des premières fois où un massif en dehors des Alpes et des Pyrénées, propose un dénivelé aussi important. On s’est aperçu depuis quelques années que les longs cols ne faisaient plus forcément la différence, mais que ce sont les pentes les plus raides qui avaient tendance à décanter les courses. Depuis plusieurs années, avec les équipes d’Amaury Sport Organisation, qui font les tracés, on aime à sortir des deux grands massifs pour trouver des situations de courses dans les Vosges, le Jura ou le Massif-Central, entre autres, qui donnent des possibilités différentes aux coureurs. Avec un cyclisme redevenu offensif grâce à cette nouvelle génération de coureurs, on propose un terrain de jeu favorable aux attaquants.  

7JC : On peut définir cette étape comme celle des volcans…

C.P. : C’est exactement  le terme que nous avons choisi. L’étape nous proposera des décors fabuleux, en particulier dans le Puy-Mary, où les pentes les plus sévères vont aussi donner un côté dramatique à cette course. On profitera de cette occasion pour mettre en valeur un territoire qui m’est cher et que j’apprécie. J’espère et je pense au fond de moi qu’on assistera à une grande bagarre entre les leaders pour le classement général. On sent aussi déjà une grande passion de l’Auvergne à accueillir le Tour et je suis convaincu que le public sera nombreux le long des routes pour une grande fête du cyclisme en Auvergne.  

7JC : Ce sera autant un régal pour les coureurs que pour les spectateurs ?

C. Prudhomme lors de la présentation de l’étape à Châtel-Guyon.

C.P. : Je pense que pour les spectateurs et les téléspectateurs ce le sera ! Pour les coureurs j’en suis bien moins sûr (rires)… En tous cas, pour les hommes forts du prochain Tour de France, il s’agira d’un terrain d’expression à la mesure de leurs ambitions. Plus jeune, j’ai le souvenir d’avoir lu un article qui évoquer les pentes rudes et pas seulement les longs cols. Depuis 10 ans que je suis à la direction du Tour, on essaye de réaliser des parcours avec cette philosophie en redonnant leurs lettres de noblesses aux massifs intermédiaires. Ils recèlent des lieux peut-être moins connus, mais tout aussi sélectifs. Cette étape entre Châtel et le Puy-Mary est totalement dans cet état d’esprit.

 

« Redonner leurs lettres de noblesse aux massifs intermédiaires » 

7JC : C’est aussi une constante, depuis votre arrivée à la direction de la course, de proposer de nouveaux lieux, afin de redynamiser une épreuve qui semblait ronronner ?

C.P. : Nous avons la volonté de dessiner des parcours ou la course peut se jouer à peu près partout. Les Alpes comme les Pyrénées sont évidemment incontournables, mais on ne veut pas seulement se réduire à ces deux grands massifs. Le Ballon d’Alsace, le Massif-Central sont des symboles forts des Tours de France d’autrefois, avant de disparaître peu à peu du parcours. Mais, aujourd’hui ,on a cette volonté de trouver de nouveaux lieux emblématiques, où la course peut changer de physionomie à n’importe quel moment. Comme je le disais précédemment, le cyclisme est en train de changer et ce sont les pentes les plus raides qui peuvent aujourd’hui faire de vraies différences. On veut vraiment donner une prime à l’offensive et à l’audace. Ce tracé 2020 en est l’illustration.

7JC : Comment parvenez-vous à découvrir ces nouveaux sites empruntés par la course depuis quelques années, comme la Planche des Belles-filles par exemple ?

Dans la cité thermale, on affiche déjà sa fierté d’accueillir l’épreuve.

C.P. : Nous n’aurons jamais la prétention de dire que l’on connait mieux les sites choisis que les gens qui habitent sur place. Dès-lors nous sommes à l’écoute de ceux qui nous proposent de nouveaux sites et avec les sept anciens coureurs professionnels qui composent notre équipe de tracé, on a aussi l’occasion de connaitre quelques endroits méconnus, mais terriblement intéressants. Grâce à leurs expériences respectives et leurs connaissances de notre territoire, ils ont des relais un peu partout, avec les clubs ou des coureurs locaux. L’apport des réseaux sociaux est aussi à prendre en compte, car les cyclistes aiment partager leurs trouvailles. Grâce à ce maillage, on trouve de nouvelles difficultés. Nous restons aussi attentifs aux nouvelles routes qui font leur apparition, à l’image de ce que nous aurons l’occasion de vivre l’an prochain sur le col de la Loze (une ancienne route d’accès au sommet a été goudronnée récemment). C’est un honneur et un plaisir de proposer des nouveautés, mais on porte une attention particulière aux racines, à l’image de cette première arrivée de l’histoire au sommet du Puy-Mary.

 

7JC : Pourquoi avoir retenu la candidature de Châtel-Guyon ?

C.P. :  Châtel-Guyon est candidate depuis plusieurs années et a organisé l’arrivée d’une étape de Paris-Nice il y a deux ans. A cette époque j’ai été très impressionné par tout ce qui avait été mis en place en marge de la course. Les aspects techniques en lien avec l’organisation ont été parfaitement maîtrisés pour l’occasion, mais au-delà, le travail fait avec les écoles et les enfants de la ville, pour donner vie à la zone d’arrivée, m’a énormément plu. Quoique l’on fasse, on a la volonté de transmettre et Châtel a su réaliser cette transmission par l’intermédiaire de ses gamins. Le jour où je passerai la main, j’aimerais que les enfants puissent avoir les mêmes yeux que moi j’avais étant enfant, pour cette course incroyable qu’est le Tour de France. J’ai vu ça à Châtel-Guyon !

7JC : La position géographique du Massif-Central est aussi un atout pour dessiner un parcours du Tour ? 

les élus locaux et le directeur du Tour devant le centre culturel de la Mouniaude.

C.P. : Cette position au cœur du pays est évidemment un grand atout pour le Massif-Central. On a des villes qui sont candidates depuis de très longues années, mais qui sont situées loin des lieux de passage incontournables de la course. Qu’on vienne du nord ou du sud, c’est un carrefour évident. Dans le Massif-Central, on peut faire le choix de monter bien-sûr, mais on peut aussi avoir des très jolis tracés dans la vallée. On a un terrain de jeu immense avec un tas de possibilité différentes. Je suis d’ailleurs persuadé qu’il en existe bien d’autres à découvrir dans le futur.

7 Jours : À l’occasion de votre passage en Auvergne pour cette présentation, on est obligé d’évoquer le Puy de Dôme. Le reverra-t-on un jour sur la carte du Tour ?

C.P. : Pour le moment on va se concentrer sur l’édition 2020 du Tour de France. On verra le pied du Puy de Dôme lors de cette étape des volcans et on aura l’occasion de l’admirer du bord de la route. Ce sera une étape formidablement esthétique au cœur de ce site classé au patrimoine mondial de l’humanité, il faut donc avant tout en profiter. Pour le reste, on verra bien ce que le futur nous réserve …

Pour plus d’information sur la carte du Tour 2020: www.letour.fr

L’ensemble du parcours de l’édition 2020, avec 29 cols au programme.

À propos de l'auteur

Julien 0ury

Julien 0ury

Journaliste-commentateur sportif dans des médias nationaux comme Eurosport, Sud Radio ou encore Rugbyrama.fr, c'est un ancien sportif qui a choisi de vivre sa passion jusqu'au bout. Amoureux de sa région, il a la volonté de présenter le sport à travers ses émotions. Diplômé de l'école de journalisme de proximité de Vichy, il souhaite mettre en avant la qualité du travail des clubs sportifs locaux afin de faire connaitre les hommes et femmes qui se battent pour faire perdurer l'activité sportive pour tous.

Commenter

Cliquez ici pour commenter

Sponsorisé

Les infos dans votre boite