Accueil » Rencontre » Camille Durand-Vimal : la virtuose des couleurs
Camille Durand-Vimal.
Culture Rencontre

Camille Durand-Vimal : la virtuose des couleurs

Dans son appartement-atelier, Camille Durand-Vimal explore de nombreux supports. Formes, matières, couleurs… Ses réalisations nous charment, nous font rêver.

D’un côté un atelier-appartement équipé de pinceaux, de boîtes de pastels gras, d’un chevalet, de crayons de couleur, de pigments, de pots de peinture. De l’autre, un jardin où vocalisent des oiseaux et où l’on peut surprendre la course souple d’un écureuil, bienvenue dans l’univers de Camille Durand-Vimal.

L’atelier-appartement de Camille Durand-Vimal, situé en plein cœur de Blanzat, est un vrai laboratoire où l’artiste travaille sur la matière. Papier, pastel, toile cirée… Camille transforme tout ce qui lui tombe sous la main.

Une famille d’artistes

Camille Durand-Vimal en train de peindre sa dernière toile cirée.

Réputée pour ses personnages trapus, décontractés ou démesurés  réalisés en papier et fil de métal, Camille a bénéficié déjà d’un beau succès d’estime, à l’Hôtel du département, à Clermont-Ferrand, en 2017. Elle avait présenté Ernest, une sculpture à taille humaine avec des mains démesurées et de grands jambes qui illustrait la thématique « humour noir et cinéma ».

« Je suis issue d’une famille d’artistes, mon père et mon grand-père étaient sculpteurs, ma mère peint et réalisait des tapisseries », avec un tel atavisme familial, on n’est pas surpris de voir le talent de Camille. Sur son chevalet, un pastel attend ses dernières corrections. Deux chats sur un balcon se prélassent, entourés d’une végétation luxuriante. Virtuose des couleurs, les pastels de Camille évoquent avec jubilation la sensualité des étés méditerranéens.

Se confronter à de grands formats

Ces drôles de personnages réalisés avec des tiges de métal et du papier.

Désormais, l’artiste aimerait œuvrer dans une autre direction. « Je suis dans ma période toile cirée. J’ai besoin de grands formats » souligne-t-elle. Elle nous fait découvrir en avant-première sa dernière oeuvre accrochée au mur de son atelier. Une grande toile sur fond blanc sur lequel Camille est en train de travailler des motifs, un garde-corps autour duquel se déploie un paysage. On pense à Matisse. L’un de ses maîtres à penser, ainsi qu’aux Nabis et plus particulièrement à Félix Valloton dont elle aime les compositions, la simplicité et les couleurs. Elle aimerait trouver la même liberté que cet artiste car elle se trouve encore trop enfermée dans un carcan, des codes appris à l’Ecole nationale des arts appliqués et de l’image de Chambéry.

Dernièrement, elle a réalisé la décoration d’un cabinet de vétérinaire. Une belle réalisation qui puise à la fois dans le langage de la BD et aussi dans son incroyable connaissance des plantes acquises lors d’une formation de créatrice de jardin à Marmilhat.

Camille réfléchit à ses prochaines expositions. Elle présentera son travail aux OFF des Arts en Balade à Clermont-Ferrand, aux Pignol’Arts à Vic-le-Comte, et dans une boutique éphémère à Riom. Et si vous voulez d’ores et déjà voir son travail, vous pouvez consulter son compte Instagram : camilledv63.

 

À propos de l'auteur

Véronique Feuerstein

Véronique Feuerstein

Diplômée en histoire de l’art, Véronique Feuerstein a deux passions : le patrimoine et l’économie. Après un début de carrière au quotidien l’Eveil de la Haute-Loire au Puy-en-Velay, elle a collaboré au magazine de territoire Massif central puis est devenue rédactrice en chef de Massif-central entreprendre pendant neuf ans. Elle a ensuite participé au lancement d’un nouveau média : la Montagne entreprendre, appartenant au groupe Centre France.

Commenter

Cliquez ici pour commenter

Sponsorisé

Les infos dans votre boite