Accueil » Culture » « Architecture »: destins tragiques au cœur de l’histoire
Une distribution de choix- photo Christophe Raynaud de Lage.
Culture Mercredi

“Architecture”: destins tragiques au cœur de l’histoire

La dernière création de Pascal Rambert traverse l'Europe de 1911 jusqu'à 1938 dans le sillage d'une famille d'artistes et d'intellectuels. Elle bénéficie d'une distribution de choix.

Une pièce qui traverse l’Europe et le temps, de 1911 et 1938, période ô combien troublée. De Venise à Paris, de Bratislava à Athènes, DE Vienne à Zagreb et à Budapest, Pascal Rambert trace l’itinéraire d’une famille d’intellectuels brillants, réunie autour de son patriarche, un architecte austro-hongrois reconnu. Il y a là, dans cette lignée, des écrivains, des philosophes, des peintres, des scientifiques et psychanalystes. Tous déroulent leur vie tout en assistant aux épisodes de l’histoire face auxquels ils sont impuissants. Le danger menace, il se précise sous leurs yeux. Et tandis que le monde se rapproche du chaos, la famille va se déchirer de l’intérieur. Au bout du compte, le destin sera commun et tragique…

Fracas et affres

Auteur, metteur en scène, réalisateur et chorégraphe, Pascal Rambert a reçu en 2016 le prix du Théâtre de l’Académie Française pour l’ensemble de son œuvre. Cherchant à comprendre le réel, ses œuvres sont profondément inspirées par l’art et la philosophie contemporains. Ses spectacles, oscillant entre installations et performances, s’éloignent des modes habituels de l’écriture. Avec Architecture, qui a été présenté l’été dernier dans la Cour d’honneur du Palais des Papes lors du festival d’Avignon, Pascal Rambert revisite, à sa façon, les heures sombres d’une Europe en perte de valeurs et emportée dans les fracas de l’histoire. Il s’insinue également, et parallèlement,  dans les affres intimes des individus, soumis aux peurs, au cynisme, à la détestation, à la lutte des générations.

Trois heures de spectacle

Ce long poème de trois heures, se déployant dans un décor minimaliste, bénéficie d’une distribution d’exception où l’on reconnaît Emmanuelle Béart, Anne Brochet, Jacques Weber, Pascal Réneric et encore Audrey Bonnet, Marie-Sophie Ferdane et Denis Podalydès. Autant de comédiens plongés dans le tourbillon de l’histoire.

Mercredi 15, jeudi 16 et vendredi 17 janvier à 20h30 à la Maison de la Culture de Clermont, salle Jean-Cocteau. Spectacle proposé par La Comédie de Clermont.

À propos de l'auteur

Avatar

7 Jours à Clermont

La rédaction de 7 Jours à Clermont est composée de journalistes professionnels locaux. 7 Jours à Clermont, média web entièrement indépendant, a la volonté de mettre en exergue l’activité et les événements marquants des 7 jours à venir dans la métropole clermontoise.

Commenter

Cliquez ici pour commenter

Sponsorisé

Les infos dans votre boite