Accueil » Actualités » Philippe Chopin, nouveau préfet du Puy-de-Dôme
P. Chopin, le nouveau préfet du Puy-de-Dôme /photo 7 Jours à Clermont
P. Chopin, le nouveau préfet du Puy-de-Dôme /photo 7 Jours à Clermont
Actualités Vie publique

Philippe Chopin, nouveau préfet du Puy-de-Dôme

Sitôt arrivé à Clermont, le nouveau préfet du Puy-de-Dôme Philippe Chopin, a enchaîné une cérémonie avec les élus locaux avant de rencontrer la presse pour se présenter et exposer les thèmes qui composeront sa feuille de route.

25ème préfet du Puy-de-Dôme sous la Cinquième République, Philippe Chopin a pris ses fonctions hier, lundi 23 août en remplacement de Anne-Gaëlle Baudouin-Clerc.
La situation actuelle liée au Covid ne lui offre guère la possibilité de prendre du temps pour trouver ses marques car il doit déjà se plonger dans les dossiers les plus urgents soumis par son cabinet. Ceux-ci naturellement sont suspendus à la situation sanitaire qui se dégrade rapidement. Désormais avec 17 cas positifs pour 100 000 habitants, le taux dans le département est supérieur à la moyenne régionale. Le nouveau préfet doit donc aller très vite. De nombreux Clermontois attendent son verdict quant à la demande de dérogation présentée par l’ASM qu’il visitera donc dès aujourd’hui pour se rendre compte des mesures mises en œuvre. « Les dérogations, c’est comme l’argent de poche, on demande beaucoup pour être sur d’obtenir un minimum » plaisante-t-il, lui qui en a récemment autorisé une à l’USAP, club de rugby de Perpignan. Après la demande de l’ASM, il se penchera sur les deux grands rendez-vous de la rentrée que sont la Foire de Clermont-Cournon et le Sommet de l’élevage. Conscient des enjeux importants pour les deux manifestations, il fera tout pour rendre ses conclusions début septembre, sachant qu’elles seront liées à l’évolution de la pandémie et que les prévisions à court et moyen terme sont difficiles à établir.

La mobilité sur le haut de la pile

Avant de prendre officiellement ses fonctions, Philippe Chopin avait déjà échangé avec Olivier Bianchi, président de la Métropole et Jean-Yves Gouttebel président du Conseil départemental. Les deux élus lui ont fait part de la situation préoccupante des transports aérien et ferroviaire avec la récente décision de Hop/Air-France de ne plus assurer la ligne Paris – Orly et les incidents à répétition sur la ligne SNCF Clermont-Paris. Le préfet a donc classé ce dossier comme prioritaire et rappellera à Jean-Baptiste Djebbari, Ministre délégué auprès de la ministre de la Transition écologique, chargé des Transports, les engagements qu’il avait pris il y a un an, lors d’une visite à Clermont. Toujours sur la plan mobilité, le nouveau préfet a indiqué que la sécurité routière est une cause à laquelle il est particulièrement attaché et qu’il souhaite mettre en oeuvre tout ce qui est possible, dès lors qu’il s’agit de sauver des vies.
Olivier Bianchi a également tiré le signal d’alarme sur la sécurité des biens et des personnes qui montre des indicateurs en hausse inquiétants dans la métropole. “La situation n’est pas trop dramatique” tempère le préfet avant de préciser “On  constate une augmentation des cambriolages et des agressions sur les personnes, y compris dans les familles. Il faudra travailler sur le sujet et tenir compte du taux d’acceptation car dans une région traditionnellement calme, la perception des problèmes n’est pas la même que dans des zones où la délinquance est plus forte”.

Qui est le préfet Chopin ?

A 62 ans, Philippe Chopin a 21 ans de corps préfectoral à son actif. On le considère souvent comme un homme de la sécurité car la première partie de sa carrière s’est déroulée au Ministère de l’Intérieur où il a été chef de bureau du cabinet du ministre sous Charles Pasqua et aussi chef de cabinet adjoint sous les ministères Sarkozy et de Villepin. Le centre de la France ne lui est pas inconnu car il fut secrétaire général de la Préfecture du Cantal mais aussi préfet de la Creuse après être passé, en tant que sous-préfet, à Fontainebleau, Béziers, Saint-Martin et Saint-Barthélémy. Avant d’arriver à Clermont, il officiait dans les Pyrénées Orientales, le territoire  de Jean Castex le Premier Ministre. Même si l’homme semble à l’aise avec la communication, il n’hésite pas à préciser “Je ne parle que lorsque j’ai quelque-chose à dire” ajoutant que son style, c’est la rencontre sur le terrain. C’est le terrain précisément qu’il lui a permis de se rapprocher de tous les métiers dont ceux du monde agricole qu’il connait très bien. Le terrain toujours, pour rester en contact avec les parlementaires et les forces vives afin de garder la capacité d’adaptabilité indispensable à la fonction.

À propos de l'auteur

Olivier Perrot

Olivier Perrot

Pionnier de la Radio Libre en 1981, Olivier Perrot a été animateur et journaliste notamment sur le réseau Europe 2 avant de devenir responsable communication et événements à la Fnac. Président de Kanti sas, spécialisée dans la communication culturelle, il a décidé de se réinvestir dans l'univers des médias en participant à la création de 7jours à Clermont.

Commenter

Cliquez ici pour commenter

Sponsorisé

Les infos dans votre boite