Accueil » Culture » Les anamorphoses de Georges Rousse
Georges Rousse- Kochi 2018- impression jet d'encre sur hahnemühle.
Culture

Les anamorphoses de Georges Rousse

La Galerie Claire-Gastaud présente des photographies et dessins de Georges Rousse, artiste inclassable et internationalement renommé au processus de création singulier

Au tout début, il y a des lieux abandonnés, qu’il affectionne depuis toujours. Sans doute, flattent-ils son imaginaire et l’incitent-ils à la création comme un déclencheur ou un catalyseur. Alors, Georges Rousse se plaît-il à les investir, les habiter, les animer, les transformer en « espace pictural » le temps d’y construite une œuvre éphémère, unique. Un projet dont il ne resterait rien si l’artiste ne choisissait de les restituer à partir de photographies. Ces images d’anamorphoses sont aujourd’hui exposées dans les plus hauts lieux de l’art contemporain à travers le monde.

“Préparer l’espace”

Projet 24- 2019.

Du 16 septembre au 7 novembre, la Galerie Claire-Gastaud, à Clermont, présentera une série de photographies de Georges Rousse, toutes réalisées au cours de l’année 2019, lors d’une exposition initialement prévue au printemps et repoussée du fait de la situation sanitaire. Et ça n’est pas tout. Une quinzaine de dessins préparatoires “aquarellés” seront également à découvrir. Ils font partie intégrante du processus de création du plasticien. « Mon travail préparatoire me permet de préparer l’espace, de vivre intimement la relation de la couleur et de la lumière dans ces lieux avant de me projeter dans l’espace réel » explique-t-il.

Aux confins de la réalité et du virtuel

C’est en 1981 que Georges Rousse, né à Paris, a réalisé sa première exposition, à la galerie de France. Ses images en tirages de grand format ont immédiatement attiré l’attention sur cet artiste inclassable dont le travail se situe aux confins de la réalité et du virtuel et dont les œuvres donnent régulièrement l’impression d’illusion d’optique ou d’effets numériques. “Mon travail est évidemment photographique mais il est avant tout la réalisation de dessins dans l’espace.” Reconnu internationalement, exposé en Europe, en Asie, aux Etats-Unis, comme au Canada, Georges Rousse a réalisé en 2020 une arche dans le XIIIe arrondissement de Paris pour célébrer le nouvel an chinois. Une rétrospective, intitulée “Le temps retrouvé” lui est également consacrée actuellement au Ludwig Museum de Coblence en Allemagne.

Photographies et dessins de Georges Rousse, du 16 septembre au 7 novembre, à la Galerie Claire-Gastaud, 5/7 rue du Terrail à Clermont. D’autres  informations sur www.claire-gastaud.com

 

 

 

À propos de l'auteur

Marc François

Marc François

A débuté le métier de journaliste parallèlement sur une radio libre et en presse écrite dans les années 80. Correspondant de plusieurs médias nationaux, rédacteur en chef de l’hebdomadaire Info Magazine (Clermont, Limoges, Allier) pendant 9 ans, il a présidé le Club de la Presse Clermont-Auvergne entre 2009 et 2013. Il est l’initiateur de 7 Jours à Clermont.

Commenter

Cliquez ici pour commenter

Sponsorisé

Les infos dans votre boite