Accueil » Chroniques » La raison du plus fort…
Bouclier 2021 / Photo Yves Meunier
Bouclier 2021 / Photo Yves Meunier
Chroniques Sports

La raison du plus fort…

Le propriétaire-président du Racing 92 en est à sa quatrième acquisition dans le Médoc, portant son empire à 220 hectares de vigne. Pendant ce temps, à Romagnat, sur les 60 ares de leur pré fétiche, les filles championnes de France repartent au combat…avec leurs armes.

Evènement dans ce coin du bordelais où l’hectare de vigne se négocie autour de 2 millions d’euros, Jacky Lorenzetti vient d’acheter le château Lafon-Rochet, cru classé en AOC Saint-Estèphe. Le propriétaire-président du Racing 92, grosse cylindrée du TOP14, en est à sa quatrième acquisition dans le Médoc, portant son empire à 220 hectares. Quand on veut, on peut et inversement !
Pendant ce temps, à Romagnat, sur les 60 ares de leur pré fétiche, les filles championnes de France repartent au combat… avec leurs armes. Vous allez comprendre.

photo WorldRugby
photo WorldRugby

“Et Trémoulière vous la payez combien ?”
Quand on a dans ses rangs celle que World Rugby avait désigné il n’y a pas si longtemps ‘’meilleure joueuse du monde’’, il ne faut pas s’étonner que la question soit posée régulièrement aux dirigeants de l’ASM Romagnat.

Des valeurs qui n’ont pas de prix

L’étonnement vient plutôt dans la réponse : “Jessy ?… elle reçoit le même traitement que les autres joueuses… c’est-à-dire zéro euro !”
“Ah bon, alors, il y a des primes de match ?… Non non ; pas de primes de match, macache bono !”

C’est à ce moment-là que, dans sa tête, le curieux pourrait envisager sérieusement le “foutage de gueule”. Surtout lorsqu’on lui précise qu’ici, des débutantes aux internationales, toutes les joueuses paient leurs licences (une centaine d’euros)… mais oui, ici c’est comme ça

Photo Yves Meunier
Photo Yves Meunier

What a wonderful world’” chantait Louis Armstrong dès avant la création de la section féminine de l’AS Romagnat en 1974. Comme si la joyeuse aventure qui avait pris racine lors d’un crêpage de chignon improvisé entre des élèves infirmières et celles de l’école de kiné sur le stade des Pérouses n’avait jamais perdu ses valeurs originelles au fil de bientôt cinq décennies ponctuées par six finales et trois boucliers au plus haut niveau.
Pas question de céder à la tentation du professionnalisme affirment d’une seule voix la présidente Marie-Françoise Magignot et Marc Lavialle inlassable cheville ouvrière des ‘’jaune et noir’’ passées au ‘’jaune et bleu’’ depuis les fiançailles avec l’ASM Omnisports.

L’état d’esprit avant tout

Ici, donc, on ne parle pas argent avec les joueuses quand bien même elles porteraient le maillot de leur équipe nationale
Ainsi des deux italiennes championnes de France le 20 juin dernier au terme d’une première saison avec leurs copines auvergnates. Exemplaires de bonne humeur et de joie de vivre, les titulaires de la Squadra Azzurra se sont fondues avec délectation dans le moule romagnatois
La seconde ligne Sara Tounesi, 25 ans, travaille sur l’aide aux études auprès de jeunes de l’ASM tandis que Francesca Sgorbini, troisième ligne de 20 ans, entame des études d’infirmière.

Photo Yves Meunier
Photo Yves Meunier

Le challenge auquel se tient le club est de tout faire pour que les filles puissent concilier les études, ou la formation professionnelle, avec les plaisirs de la performance sportive qui les amènent chaque jour ou presque sur les sites de musculation et de préparation physique ou le gazon des entraînements dirigés par Fabrice Ribeyrolles et Vincent Fargeas.

Cinq ans après le retour dans l’élite, que pourrait donc changer le Bouclier 2021 ?
“Rien du tout dans l’esprit mais pas mal dans les détails qui vont permettre d’améliorer le quotidien des filles” affirment les coachs.

Juste du beurre dans les épinards

Photo Yves Meunier
Photo Yves Meunier

Des nouveaux matériels d’entrainement jusqu’à la préparation mentale en passant par l’achat de GPS et une utilisation accrue de la vidéo, les améliorations seront rendues possibles en partie avec les 60 000 € de la “subvention Bouclier” annoncée par l’ASM omnisports, mais pas que.
Le titre des banlieusardes clermontoises enlevé de haute lutte face à Blagnac a suscité la reconnaissance d’un public “qui a mordu et qu’il faut maintenant ferrer” comme l’espère Fabrice Ribeyrolles, car “nous allons devoir tenir le rang et la saison risque d’être compliquée”.
Question public, pas de changement dans la philosophie du club, les entrées au stade Michel-Brun continueront d’être gratuites et on y fera chauffer la bourriche comme depuis toujours. Les titulaires du pass Sport Féminin and Co(1) auront leurs places réservées dans la tribune auprès des partenaires.

Le beurre qu’il faut mettre dans les épinards, les dirigeants le trouvent aussi dans l’environnement économique quelque peu réveillé par la perf des championnes.
A l’image de ce nouveau partenaire, rencontré sur le pré de l’entrainement, venu conclure le marché avec la présidente. Les patrons clermontois de SATYVA (bien être et récupération) nous avouent découvrir une “vraie relation d’échanges avec un club familial où chacun est accessible…ce qui n’est pas le cas partout.”

La raison du plus fort ?

Photo ASM-Romagnat
Photo ASM-Romagnat

Conforter et fidéliser le partenariat est devenu une obligation pour le club désireux d’améliorer le confort des joueuses… de toutes les joueuses (120 licenciées) insiste-t-on. Ainsi des voyages au long cours en terres adverses qui devraient dorénavant s’étaler sur deux jours au lieu des interminables allers et retours dans la journée.
Si l’argent ne fait pas forcément le bonheur, il peut donc y contribuer en mettant quelques atouts supplémentaires dans la manche des Romagnatoises.

Travailler mieux en continuant à sanctuariser l’amateurisme est aujourd’hui un label made in ASM Romagnat, mais le wonderful world pourra-t-il résister longtemps à l’inéluctable professionnalisation des principaux clubs rivaux de l’élite ?
La couleur est annoncée au Racing 92 où Jacky Lorenzetti, tiens le revoilà, lance en jeu une équipe féminine dès cette saison en Fédérale 2. Le budget est certes encore modeste (150 000 €) mais la volonté d’exposer ses filles dans l’enceinte de la Défense Aréna en lever de rideau du TOP14 et d’atteindre les sommets de l’Elite dans les cinq ans laissent augurer de la suite. Quand on veut on peut et inversement !

Même s’il fait preuve d’imagination et de combattivité, l’agneau de la fable pourra-t-il éviter de se faire dévorer par le loup (les loups) histoire de contrarier ce bon La Fontaine ? On l’espère de tout cœur.
Allez les filles, continuez à rêver, ça fait du bien !

(1) Pass à 50€ qui permet d’assister aussi et notamment aux matchs des volleyeuses de Chamalières et des hanballeuses du HBCAM)

Photo ASM-Romagnat
Photo ASM-Romagnat

À propos de l'auteur

Yves Meunier

Bourbonnais originaire de Gannat où il s’est essayé au rugby sous le maillot de l’ASG pendant une douzaine d’années. Diplômé d’Etudes Supérieures en Sciences Economiques à l’Université de Clermont. Journaliste à France3 Région de 1972 à 2007. Aujourd’hui impliqué avec des amis dans une aventure viticole du côté de Saint-Emilion et toujours en prise avec le sport auvergnat au sein de l’Union des Journalistes de Sports en France.

Commenter

Cliquez ici pour commenter

Sponsorisé

Les infos dans votre boite