Accueil » Culture » La descente aux enfers de Laurent Giraldon
Laurent Giraldon par JJ. Chatard
Photo Jean-Jacques Chatard
Culture Rencontre

La descente aux enfers de Laurent Giraldon

Ancien journaliste radio à Clermont, Laurent Giraldon a basculé dans l’alcoolisme alors qu’il accompagnait une mère chérie luttant contre un cancer. Aujourd’hui guéri, il parle de l’enfer qu’il a vécu durant plusieurs années dans un livre témoignage « Les Nuits absurdes ».

Les alcooliques repentis ont souvent du mal à évoquer les périodes durant lesquelles la bouteille est leur meilleure amie. Lorsqu’ils arrivent à guérir, le sentiment de honte et l’exclusion sociale les poussent à enfouir leur passé pour ne pas à avoir à s’expliquer ou à se justifier. En choisissant de tout «déballer» dans un livre, Laurent Giraldon a fait la démarche inverse. Les Nuits absurdes est une auto-analyse salvatrice pour son auteur et très utile pour les membres de son entourage ou du moins ce qu’il en reste. Au fil de 177 pages, chacun découvre comment les liens se sont rompus et quelle fut la vie de celui que certains ont fui, rejeté et même oublié.

L’engrenage

Laurent Giraldon décrit parfaitement bien comment s’opère la bascule. Du petit verre qui requinque après une journée difficile, jusqu’au besoin vital et immédiat se s’alcooliser pour entrer dans un monde où tout semble flotter et plus simple à appréhender. L’envers du décor de ce monde est pourtant terrifiant, avec au programme, gueules de bois, séances de vomissement, crises en tout genre et délit de sale tronche quand le miroir révèle que les bouteilles marquent le visage comme le font les décennies qui passent. Mais la descente aux enfers n’est pas seulement physique. Elle est aussi morale, sociale et financière. Laurent Giraldon n’a pas pu échapper à une inéluctable mise au ban. Rejeté par sa compagne, remercié par son employeur, il s’est retrouvé au cœur d’une spirale toujours plus profonde à gérer l’émotion liée à la disparition de sa mère tout en cherchant la fuite via des whiskys de plus en plus bas de gamme achetés en catimini chez les hard discounters.

Le Yoyo de la vie

Les Nuits absurdes est aussi un récit de vie, un témoignage de ce qui se passe dans les centres où l’on accueille les alcooliques pour tenter de les guérir. Guérir, car l’alcoolisme est bien une maladie d’ailleurs bien difficile à traiter. Pour Laurent Giraldon, les années passées ont été ponctuées de périodes de traitement et fatalement de rechutes. Admis dans des établissements aux moyens bien modestes au regard de l’ampleur de la tâche, il a croisé de nombreux compagnons d’infortunes et tenté d’établir les relations humaines indispensables pour espérer échapper à l’infantilisation infligée aux patients. Mais il n’est pas facile de communiquer durablement avec des êtres cabossés qui admettent que pour assouvir leur besoin d’alcool, ils se tournent volontiers vers l’alcool à 90 ou le parfum. Les relations humaines sont aussi celles établies avec un personnel soignant parfois à côté de la plaque et les psy qui ne trouvent pas toujours la méthode pour indiquer le bon chemin. L’auteur évoque en particulier un praticien légèrement désinvolte qui lui a fait perdre deux précieuses années, incapable de guider ses patients vers l’estime de soi indispensable à la guérison.

La poésie sauvera le monde*

Laurent Giraldon / photo JJ.Chatard
Laurent Giraldon / photo JJ. Chatard

Le récit de la vie d’un alcoolique peut assez vite virer au sordide, un écueil que Laurent Giraldon a su éviter avec un langage riche en images et des temps de pause sous forme de poèmes agissant tantôt comme des bouées, tantôt comme des ballons d’oxygène. Cette poésie est aussi une autre manière d’évoquer les tourments et de comprendre la voie de la résurrection, celle qui permet aujourd’hui à l’auteur d’apprécier la beauté du monde à sa juste valeur.

Laurent Giraldon, Les Nuits absurdes, Edilivre

*La poésie sauvera le monde est le titre d’un ouvrage de Jean-Pierre Siméon (le passeur éditions)

À propos de l'auteur

Olivier Perrot

Olivier Perrot

Pionnier de la Radio Libre en 1981, Olivier Perrot a été animateur et journaliste notamment sur le réseau Europe 2 avant de devenir responsable communication et événements à la Fnac. Président de Kanti sas, spécialisée dans la communication culturelle, il a décidé de se réinvestir dans l'univers des médias en participant à la création de 7jours à Clermont.

1 Commentaire

Cliquez ici pour commenter

  • Bonjour; je vous invite à visionner mon court métrage “l’auto-stoppeur” sur YouTube “calmard Jean Michel”; je suis en cours d’écriture et dè réécriture de deux longs métrages; cordialement.
    Jean Michel calmard.

Sponsorisé

Les infos dans votre boite