Accueil » Sports » A la découverte de l’escrime ludique
L'Escrime ludique est à mi-chemin entre le sport et le jeu de rôle.
Loisirs Lundi Sports

A la découverte de l’escrime ludique

L’association d’escrime ludique clermontoise espère bien faire parler d’elle. Le groupe a vu le jour en mars 2018. Il compte aujourd’hui une quinzaine de membres, pour cette discipline à mi-chemin entre le sport et le jeu de rôle.

C’est un sport encore méconnu, mais qui cherche à se développer. Jean-Victor Heinrich, animateur diplômé en escrime ludique explique : “C’est de l’escrime médiévale avec un équipement en mousse. L’avantage est que ça nous permet de la pratiquer en grand public et en toute sécurité sans un investissement énorme en matériel. On joue une escrime qui mélange le côté technique et le côté ludique à travers le role play, c’est à dire du jeu de rôle”.

Entre sport et jeu de rôle

Au final, l’escrime ludique constitue un mélange de théâtre d’improvisation et de combat. En collaboration avec les fédérations françaises de jeu de rôle (affiliation FédéGN) et d’escrime (partenariat FFE), le projet  de l’association est de faire découvrir à un large public la pratique du combat médiéval, ou de science-fiction, en tant que pratique sportive régulière.

Le projet de créer un stade

Pour le moment, l’association, créée en mars 2018, compte une quinzaine de membres : des filles et des garçons, de 20 à 35, étudiants ou jeunes actifs pour la plupart, à la recherche d’un sport ludique. Jean-Victor Heinrich rappelle qu’il ne s’agit pas de chorégraphie mais de combat libre :  “Les coups sont normés. Certains sont interdits. On trouve un arbitre en général. Les combats peuvent être du  2 contre 2, 3 contre 1,  voire des combats de masse de 400 personnes”. Désormais, le projet de l’association clermontoise est de construire un stade dédié à l’escrime ludique. Jean Victor Heinrich poursuit : “Les ateliers ont lieu le mardi, le jeudi, place de la Bourse de 18h30 à  20h. A terme on aimerait construire un stade avec des gradins et des vestiaires. On pourrait accueillir des compétitions nationales voire internationales”.  Parfois, l’association d’escrime ludique organise des murder party. Il s’agit davantage d’un jeu de rôle, puisque chaque participant aura une quête personnelle et une mission collective à relever. Il n’y a pas de combats. Les escrimeurs ludiques laissent leurs armes au vestiaire ce soir-là.

À propos de l'auteur

Catherine Lopes

Catherine Lopes

Journaliste diplômée de l’Ecole de Journalisme et de Communication de Marseille, Catherine arrive en Auvergne en 2006 et fait ses armes sur Clermont Première. Après plusieurs années de collaboration,  elle découvre ensuite le monde de la pige et travaille pour plusieurs sociétés de production. Elle écrit aussi pour le web et fait de la radio. Véritable touche à tout, Catherine aime avant tout raconter des histoires.

Commenter

Cliquez ici pour commenter

Sponsorisé

Les infos dans votre boite