Accueil » Loisirs » Des Clermontois fidèles à la biennale d’art de Venise
Charme et agitation aquatique à Venise- photo J.F.Cassant.
Initiative Loisirs

Des Clermontois fidèles à la biennale d’art de Venise

Tous les deux ans, un groupe d'une quarantaine d'individus se rend à Venise, depuis Clermont, au moment de la célèbre biennale d'art contemporain. Le prochain départ est imminent...

Clermont, au fond, est aux portes de Venise, la Sérénissime. Dix heures environ pour s’y rendre depuis la gare SNCF, en autobus, s’il vous plaît, et en passant par le Col du Fréjus et Turin. Cette route, Jean-François Cassant la connaît bien. Il l’emprunte depuis de longues années, pour se rendre au carnaval, à l’époque du mardi gras ou, désormais, de la Biennale d’art contemporain, en plein été.

Du carnaval à la biennale

Venise, aquarelle de Jean-François Cassant.

Le Clermontois organise, en effet, tous les deux ans, un voyage en autocar depuis la capitale d’Auvergne vers la ville lacustre italienne. « A l’époque, un car partait chaque hiver de Clermont direction le carnaval de Venise. C’était une belle initiative mais, une fois sur place, chacun devait se débrouiller. Alors, il y a une vingtaine d’années, j’ai décidé de reprendre ce voyage à mon compte, de l’organiser par le biais d’une agence de voyage nancéienne » explique-t-il. Ce déplacement carnavalesque dure une décennie, environ. Mais à force d’habitudes, les masques finissent par tomber et Jean-François Cassant s’oriente vers une autre formule. « Avec mes amis des Beaux-Arts de Clermont, j’ai eu l’occasion de découvrir la Biennale d’Art Contemporain de Venise qui se déroule durant l’été. Ce fut un nouveau coup de cœur. Et j’ai bientôt décidé de reprendre l’organisation d’un voyage depuis Clermont pour la Biennale… »

La Biennale d’art- photo J.F.Cassant.

L’édition 2019

Créée en 1895, la Biennale de Venise est l’une des plus prestigieuses manifestations mondiales dédiées à l’art contemporain. Elle se déroule cette année du 11 mai au 24 novembre avec pour thématique principale : « May you live in interesting times ? ». Ce qui signifie « puissiez-vous vivre dans une époque intéressante ». Selon Ralph Rugoff, le commissaire de la biennale : « l’édition veut mettre en exergue une approche générale de la création artistique et une vision de la fonction sociale de l’art qui inclut à la fois le plaisir et la pensée critique. »

Une ville magique

Fonction sociale et pensée critique, peut-être…En tous cas, vendredi 30 août dans la nuit, l’autobus s’élancera de la gare SNCF avec à son bord environ 35 passagers, des Clermontois, en majorité. Un « gros » groupe dont les motivations sont variables. « Bien-sûr, il y a de purs passionnés d’art contemporain. Mais pour beaucoup, le principal objectif est de se rendre à Venise, de profiter de l’atmosphère unique de la ville, de s’y promener, de s’y perdre… » explique Jean-François Cassant. Quelques-uns profiteront pleinement des œuvres, du côté des Jardins Publics au sud de la ville ou de l’ancien arsenal où se dressent les pavillons des différents pays. Les autres flâneront sans compter le long des canaux, sur les petites places , dans les ruelles, sur les petites îles de Burano, Torcello ou Murano, ivres, sans doute, de cet environnement unique. « Cette ville est  magique et intemporelle, elle flotte sur l’eau. Lorsqu’on l’approche, les campaniles grossissent, les dômes surgissent » explique Jean-François Cassant, amoureux de l’âme vénitienne.

Un retour par Padoue

Petite place vénitienne- photo J.F.Cassant.

Le voyage est parfaitement organisé, impeccablement huilé. Dotés de passes pour la biennale et d’autres pour les vaporettos, les membres du groupe peuvent s’adonner librement à leur découverte et à leurs inspirations. « Chaque année, nous descendons dans le même hôtel, un 3 étoiles sur le Lido de Jesolo, au bord de l’Adriatique.  Lorsqu’on rejoint Venise au matin, ou qu’on la quitte, le soir, c’est la même merveille… » assure Jean-François Cassant. En parfait organisateur, il ne donne qu’un conseil aux visiteurs. « Ne suivez pas le chemin de fourmis des touristes. Au contraire, sortez des sentiers battus, allez librement à la découverte des petits quartiers ». Si le séjour s’achèvera le 3 septembre avec le voyage de retour, non sans un arrêt à Padoue pour y admirer des fresques de Giotto dans la chapelle des Scrovegni, le voyage commence en fait bien avant le 30 août pour son organisateur. « Il y a toute la phase de préparation. J’aime particulièrement le moment où je vais coller des affichettes sur la vitrine de commerçants clermontois… » Le plaisir est aussi dans cet indispensable préalable. Venise, c’est la cerise sur le gâteau ou, peut-être, le verre d’amaretto…

Contact pour le voyage: 06-755-113-24.

À propos de l'auteur

Marc François

Marc François

A débuté le métier de journaliste parallèlement sur une radio libre et en presse écrite dans les années 80. Correspondant de plusieurs médias nationaux, rédacteur en chef de l’hebdomadaire Info Magazine (Clermont, Limoges, Allier) pendant 9 ans, il a présidé le Club de la Presse Clermont-Auvergne entre 2009 et 2013. Il est l’initiateur de 7 Jours à Clermont.

Commenter

Cliquez ici pour commenter

Sponsorisé

Les infos dans votre boite