Accueil » Culture » Broken Back en concert à la Coopé : “Je vais venir avec des surprises dans mes valises”.
Broken Back prépare des surprises pour son concert à la Coopé. Photo : Jonathan Bertin
Culture Mercredi

Broken Back en concert à la Coopé : “Je vais venir avec des surprises dans mes valises”.

A 27 ans, Jérôme Fagnet, dit Broken Back, est l’une des révélations musicales de 2016. Son album éponyme vient d’être certifié Disque d’Or et comptabilise 160 millions d’écoutes sur Internet. Le phénomène électro est ce mercredi 29 novembre sur la scène de la Coopé. Il a pris le temps de répondre à nos questions.

7 Jours à Clermont : Vous êtes l’une des révélations de la scène indie folk-électro française et il paraît que tout est presque arrivé par accident. Racontez-nous.

Broken Back : Effectivement, il y a 3 ans et demi,  j’ai eu un déplacement de vertèbre, qui m’a valu une convalescence forcée d’un an. C’est à ce moment-là que j’ai pris une guitare, un peu comme un exutoire, et j’ai commencé à composer, à écrire des chansons et des textes, et à les enregistrer. J’ai découvert la production et, de  fil en aiguille,  j’ai posté mes musiques sur Internet. Les gens ont commencé à les partager. Ainsi est vraiment né le projet Broken Back, qui veut dire dos cassé, en hommage à cette vertèbre!

7J. : Ce n’est pas péjoratif mais vous êtes un artiste “génération Internet”. Cela vous gêne-t-il que l’on dise ça?

BB : Non, pas du tout, je suis né avec ce média. Mon projet, dans son ADN, peut expliquer son essor par Internet. Ce n’est donc pas du tout péjoratif. Internet est d’ailleurs un canal que je continue à  utiliser énormément, que ce soit pour demander l’avis de mes fans sur un nouveau titre ou pour leur faire écouter un morceau en avant-première. Ce média m’a permis de faire ce métier. Il est donc très important pour moi.

7J.: Vous avez très vite signé 3 tubes avec “Halcyon Birds”, “Happiest Man On Earth” et “Young Souls”. Comment expliquez-vous un succès si fulgurant?

BB : Je pense que “tube” est un bien grand mot. J’ai essayé d’être sincère tout simplement. J’ai écrit des chansons parce que j’en ressentais le besoin, les fans, eux, décident ce qu’ils en font. Lorsqu’il s’agit de composer et d’écrire, ce n’est pas une bonne démarche de se poser beaucoup de questions sur la réussite ou non. C’est contradictoire avec le principe de création qui correspond plus à de la sincérité.

7J. : Cela fait 2 ans que vous êtes en tournée. Préférez-vous être sur scène ou en studio?

BB: Je rajouterais aussi l’écriture, qui n’est pas forcément en studio, mais un peu partout. Il y également la création des visuels. J’aime que ma vie soit rythmée par des étapes complètement différentes. J’apprécie d’être sur scène le soir, d’écrire des paroles dans la journée, de travailler sur la pochette de mon album le lendemain. L’enchaînement de toutes ces étapes créatives est génial et me permet de ne jamais m’ennuyer. Elle constitue la richesse de mon métier aujourd’hui.

7J.: Quel accompagnement musical avez-vous choisi sur scène et pourquoi?

BB : Sur scène, il y a Sam, un percussionniste, à la batterie et aux machines. Thomas est à la basse, à la guitare, aux synthés et il joue aussi quelques percussions. Je suis au chant et à la guitare. Cela permet de rendre un côté folk et électro, comme on peut le retrouver dans l’album. Je n’avais pas forcément l’envie de faire juste un guitare-voix folk. Je voulais aussi montrer l’aspect électronique de ma musique, avec des percussions live,  et l’aspect mélodique avec les guitares et les ukulélés. Il était important, à mes yeux, que ce soit un live avec des musiciens et une équipe sur scène.

7J. : Vous allez jouer à La Coopérative de Mai de Clermont-Ferrand? Connaissez-vous cette ville et cette scène?

BB: Non, pas du tout. Ce sera ma première fois le 29 novembre. Je vais découvrir Clermont-Ferrand. Si vous avez des bonnes adresses, je suis preneur…

7J. : A quelqu’un qui hésiterait encore à venir vous voir sur scène, que diriez-vous?

BB : Je lui dirais qu’il y a plein de nouveautés. Je vais venir avec des surprises dans mes valises. Il y aura 4 nouveaux morceaux qui ne figurent pas sur l’album, voire peut-être plus…   

Mercredi 29 novembre à 20h30 à La Coopérative de Mai, rue Serge Gainsbourg à Clermont-Ferrand.

À propos de l'auteur

Catherine Lopes

Catherine Lopes

Journaliste diplômée de l’Ecole de Journalisme et de Communication de Marseille, Catherine arrive en Auvergne en 2006 et fait ses armes sur Clermont Première. Après plusieurs années de collaboration,  elle découvre ensuite le monde de la pige et travaille pour plusieurs sociétés de production. Elle écrit aussi pour le web et fait de la radio. Véritable touche à tout, Catherine aime avant tout raconter des histoires.

Commenter

Cliquez ici pour commenter

Sponsorisé

Les infos dans votre boite