Accueil » Sports » Renaissance pour la Grande Traversée du Massif Central
Photo DR
Sports Vie publique

Renaissance pour la Grande Traversée du Massif Central

Pour le plus grand plaisir des mordus de VTT, la grande traversée du Massif central fait peau neuve avec une nouvelle version de 1360 km, entièrement balisée et labellisée par la Fédération Française de Cyclisme (FFC).

Créée en 1995, la GTMC, Grande Traversée du Massif Central reliait Clermont-Ferrand à Sète, un périple de près de 700 km. Cet itinéraire a vu défiler plusieurs milliers de VTTistes venus de France mais aussi de nombreux pays européens. Après quelques années de mise en sommeil, un projet de relance ambitieux a vu le jour en 2015 porté par plusieurs collectivités publiques et accompagné par la Fédération Française de Cyclisme. L’itinéraire a été agrandi, revisité et modernisé.
La GTMC, Grand Traversée du Massif Central est désormais l’itinérance de référence dans l’univers du vélo tout terrain. Elle offre à tous ceux qui l’empruntent d’incomparables paysages naturels et des espaces à perte de vue. La GTMC part d’Avallon en Bourgogne pour rejoindre la Méditerranée au Cap d’Agde, un parcours de 1360 km qui traverse l’intégralité du Massif Central du nord au sud sur 10 département et 3 régions.

Le tourisme, moyen de développement majeur

Photo DR

« Dans le Massif central, on considère que le tourisme est un moyen de développement majeur » souligne Sylvain Mathieu, président du Groupement d’Intérêt Public pour le développement du Massif Central. Selon Philippe Connan, président d’IPAMAC, même si « les gens viennent vivre une expérience avant tout »,  il convient de mettre en exergue les retombées économiques importantes que génère la nouvelle Grand Traversée avec, notamment, les topoguides qui se vendent d’ores et déjà très bien. Au-delà d’un défi sportif, la Grande Traversée du Massif Central participe donc activement à la vie économique de la région auvergnate.

Le Massif central, terre d’itinérance et d’aventure

Traverser le Massif central, l’idée n’est pas toute neuve. Un des itinéraires vers Saint-Jacques de Compostelle le traverse partiellement. En 1879, Robert-Louis Stevenson dans son livre Voyage avec un âne dans les Cévennes proposait une version relativement courte de 195 km entre le Monastier-sur-Gazeille en Haute-Loire et Saint-Jean du Gard. Ce tracé est désormais labellisé GR70. Sur le plan sportif, le Massif a également inspiré les organisateurs. L’un des plus ancien raid français, Chamineige/Transmassif propose dès l’hiver 1988 d’enchaîner par équipe des épreuves en ski de fond, course à pied et raquettes dans le sens sud-nord avec arrivée à Clermont.
D’une surface de 85 000 km², soit 15 % environ du territoire métropolitain, le plus vaste massif du pays reste un formidable terrain de jeu, les amateurs d’authenticité préservée l’ont bien compris.

Tout savoir sur la GTMC : https://www.la-gtmc.com/

À propos de l'auteur

Avatar

7 Jours à Clermont

La rédaction de 7 Jours à Clermont est composée de journalistes professionnels locaux. 7 Jours à Clermont, média web entièrement indépendant, a la volonté de mettre en exergue l’activité et les événements marquants des 7 jours à venir dans la métropole clermontoise.

1 Commentaire

Cliquez ici pour commenter

Sponsorisé

Les infos dans votre boite