Accueil » Culture » Kokoroko: du delta du Nigeria aux brumes de Londres
Kokoroko. Photo D.R.
Culture Jeudi

Kokoroko: du delta du Nigeria aux brumes de Londres

Constitué de musiciens britanniques d'origines africaines et antillaises, Kokoroko mêle les influences pour distiller un jazz chaleureux et inventif.

Kokoroko signifie “être fort” dans le Delta du Nigeria, région dont sont originaires plusieurs musiciens de la formation. Pourtant, les influences de ce spirituel jazz ne s’arrêtent pas à l’Afrique de l’ouest. Son répertoire est fortement marqué par le Tomorrow’s Warrior, un programme londonien de développement d’artistes, dont plusieurs membres sont issus. “Nous avons fini par développer un son qui définit une sorte de communauté” avouent les musiciens. Groove entêtant, mélodies rêveuses, chargés de soul et d’afrobeat, l’univers musical de Korokoko est un reflet d’un monde multi-culturel, teinté de sonorités résolument londoniennes.

Le fleuron de la scène jazz émergente

Abusey Junction, titre introductif, a dépassé les 21 millions de vue sur Youtube. Emmené par la trompettiste Sheila Maurice-Grey, le groupe est composé du fleuron de la scène jazz émergente de la capitale britannique:  Cassie Kinoshi (saxophone), Richie Seivwright (trombone), Mutale Chashi (basse), Oscar Jerome (guitare), Yohan Kebede (claviers), Onome Ighamre (percussions), et Ayo Salawu (batterie). Une escouade talentueuse dont on n’a pas fini de parler.

Jeudi 16 mai à 20h30 à la Coopérative de Mai  (Petite Coopé) dans le cadre de Jazz à la Coopé.

À propos de l'auteur

Avatar

7 Jours à Clermont

La rédaction de 7 Jours à Clermont est composée de journalistes professionnels locaux. 7 Jours à Clermont, média web entièrement indépendant, a la volonté de mettre en exergue l’activité et les événements marquants des 7 jours à venir dans la métropole clermontoise.

Commenter

Cliquez ici pour commenter

Sponsorisé

Les infos dans votre boite