Accueil » Patrimoine » 1 000 Traction à Charade : célébration des 90 ans de la mythique Citroën
Citroën Traction 15-six / Photo Rundvald - Wikipédia
Citroën Traction 15-six / Photo Rundvald - Wikipédia
Patrimoine

1 000 Traction à Charade : célébration des 90 ans de la mythique Citroën

L'histoire de la Traction Citroën est intimement liée à l'entreprise Michelin. Le Club La Traction Universelle, a choisi de rassembler ses adhérents et 1 000 véhicules en provenance de toute l'Europe sur le circuit de Charade pour célébrer ses 90 ans.

La Citroën Traction est, sans conteste, le modèle qui a fait basculer l’automobile dans l’ère moderne. Si cette voiture n’est pas la première de l’histoire à offrir la force motrice par les roues avants, c’est elle, en revanche, qui a imposé cette technologie dans la grande série. Mais cette automobile offrait bien d’autres innovations. Contrairement à la majorité de la production de l’entre-deux-guerres, elle n’avait pas de châssis mais une carrosserie acier aérodynamique autoporteuse. L’ingénieur André Lefèbvre et le designer Flaminio Bertoni avaient fait des choix permettant d’abaisser considérablement le centre de gravité avec à la clé, une voiture très confortable à l’excellente tenue de route. Grâce à ses qualités dynamiques la Traction devint rapidement la « caisse des gangsters » puis celle des flics, des résistants et des FFI puis la reine des routes de l’après-guerre. Consécration ultime, René Coty en fit la voiture présidentielle en 1954 avec une une 15/6 limousine suspension hydropneumatique.

Lancement calamiteux de la Traction en 1934

Dans les années 30, la société Citroën n’est pas au mieux de sa forme financière. Si les modèles de la marque se vendent bien, la production manque de rentabilité. André Citroën sait que l’innovation peut l’éloigner de la faillite. Il décide alors de lancer le projet (comme la puissance fiscale 7 CV) mais tout le monde l’appelle « Traction Avant ». La voiture est présentée officiellement en avril 1934, après 18 mois de conception. L’urgence de la situation impose une mise au point rapide, trop rapide et les premiers clients font les frais d’un manque flagrant de fiabilité. Les cardans utilisés pour la traction cassent rapidement et les roues avant se séparent de la voiture. La caisse monocoque manque de résistance et plie, le pavillon se déchire à l’arrière au niveau des soudures. Et que dire des moteurs anémiques repris d’un modèle antérieur de la marque qui rencontrent, comme la boîte de vitesse, moult problèmes. Les prises en charges sous garantie se multiplient dans un réseau dont le SAV n’est pas assez formé. Les mécanos peinent à procéder aux réparations.

Michelin prend le contrôle de Citroën

Le lancement calamiteux de la Traction précipite Citroën, alors second constructeur mondial et premier européen vers la cessation de paiement. Le gouvernement demande au principal créancier de prendre la direction et de restructurer l’entreprise dont le fondateur, gravement malade, meurt quelques mois après le lancement de la voiture. Ce créancier n’est autre que l’entreprise clermontoise Michelin. Pierre Michelin devient la patron de Citroën et lance la restructuration. 8 000 collaborateurs perdent leur emploi, la production est revue à la baisse mais gagne en rentabilité. Les défauts de la Traction sont corrigés, la 11 remplace la 7, le succès est au rendez-vous et les finances remontent. Fin 1937, trois ans après sa prise de poste, Pierre Michelin meurt dans un accident sur la N7 au volant d’une… Traction. Il ne voit pas l’introduction dans la gamme, en 1938, du modèle haut de gamme, la 15 six cylindres, « la reine des nationales ». 

La malédiction de la Traction

Après guerre, Citroën commence à faire du marketing et travaille sur des modèles qui collent aux besoins et aux envies des clients. Pierre Boulanger, adjoint de Pierre Michelin a pris la direction du constructeur. Il annule le programme de la 22 V8 et lance un projet imaginé avant guerre celui d’une petite voiture populaire aux antipodes de l’ADN de l’entreprise. En 1948 apparaît la 2CV, autre énorme succès automobile.
En 1950, Pierre Boulanger fait des allers-retours réguliers entre Paris et Lempdes où il possède une maison, une liaison qui sert souvent de test pour les voitures et les pneus. Le 11 novembre, il roule sur la N9. Dans l’Allier, lors d’un dépassement, il perd le contrôle de la voiture et percute un arbre. Il est le second patron de Citroën a perdre la vie au volant d’une Traction.
La voiture poursuit son bonhomme de chemin et reste très prisée malgré l’arrivée des ID et DS plus modernes et sophistiquées. Les voitures cohabitent près de 3 ans au catalogue du Quai de Javel. Il faut dire que la Traction sans cesse remise à niveau, est vendue un tiers moins cher que sa remplaçante, de quoi séduire de nombreux clients jusqu’à l’arrêt de sa production en 1957,  après 759 000 exemplaires construits, tous modèles confondus.

3 jours à Charade pour célébrer les 90 ans de la Traction

Compte-tenu de l’implication de Michelin dans l’histoire de la Traction, il était bien normal que ses 90 ans soient célébrés en Auvergne. Le circuit de Charade était tout désigné pour accueillir 1 000 Tractions venue de l’Europe entière à l’invitation de club la Traction Universelle en collaboration avec le Département, la Région et le Groupe Michelin.
Exposition, musée éphémère dédié, concours d’élégance, parades, conférences, jeux et surprises constituent un programme intégralement consacré à la mythique voiture.
Attention : les jeudi 9 et vendredi 10 mai 2024 sont réservés aux 2 300 personnes inscrites à l’événement auprès de l’association organisatrice. L’ouverture gratuite au public sans inscription, se limite au samedi 11. Cliquez ici pour connaître le programme de la journée.

Traction Citroën / Photo Vishpix-Pexels
Photo Vishpix-Pexels

À propos de l'auteur

Olivier Perrot

Pionnier de la Radio Libre en 1981, Olivier Perrot a été animateur et journaliste notamment sur le réseau Europe 2 avant de devenir responsable communication et événements à la Fnac. Président de Kanti sas, spécialisée dans la communication culturelle, il a décidé de se réinvestir dans l'univers des médias en participant à la création de 7jours à Clermont.

Commenter

Cliquez ici pour commenter

Sponsorisé

Les infos dans votre boite

Sponsorisé