Accueil » Immobilier » Un projet contemporain à la place de l’Hôtel Bellevue
"Un projet ambitieux avec une signature architecturale élégante".
Immobilier Vie publique

Un projet contemporain à la place de l’Hôtel Bellevue

Situé à l'angle des avenues d’Italie et de l’Union Soviétique, dans le quartier de la gare, l’ancien Hôtel Bellevue et des Voyageurs va être démoli pour laisser place à une résidence d’Auvergne Habitat de 70 logements avec commerces et jardin intérieur.

Avec ses volets fermés, sa façade décrépie et ses enseignes d’un autre temps, l’Hôtel-Bellevue et des Voyageurs n’accueille plus que des fantômes. Situé à l’angle des avenues d’Italie et de l’Union Soviétique, juste en face du square de la Jeune Résistance, l’établissement clermontois va bientôt être démoli. A proximité, un garage et deux maisons vont subir le même sort.

En lieu et place de ces vieux bâtiments, le bailleur social Auvergne Habitat va construire  une résidence de 70 logements (46 en location et 24 en accession), 138m2 de commerces  en rez-de-chaussée, un espace vert partagé en coeur d’îlot et 55 places de stationnement sur deux niveaux. Le tout se déploiera sur une surface de 4.497 m². 

“Une touche contemporaine” 

Nous avons fait le choix d’un projet ambitieux avec une signature architecturale élégante à la fois respectueuse de son environnement mais aussi résolument moderne pour apporter une touche contemporaine à ce quartier” confie Philippe Bayssade, directeur général de l’organisme. 8,8 millions d’euros ont été injectés dans ce programme subventionné par L’Etat, le Conseil départemental du Puy-de-Dôme, Clermont Auvergne Métropole et Action Logement.

Concrètement, ce bâtiment de sept étages se distinguera par sa façade ornée d’une double peau. Esthétique, cette solution permettra de protéger l’intimité des occupants et de réduire les nuisances sonores, particulièrement prononcées dans ce quartier très “routier.”Si l’architecture du projet est à l’avenant, c’est aussi pour dialoguer avec le patrimoine ancien alentour, en particulier le magnifique lycée Jeanne-d’Arc, édifié à la fin du 19ème siècle. “La résidence “Vénétie” sera un signal visuel sur ce secteur de la ville” estime Philippe Bayssade.

Hamid Dalibey, chargé d’opérations chez Auvergne Habitat, explique que des éléments en pierre de Volvic d’une ancienne maison située sur la parcelle seront déposés et intégrés au bâti. C’est également le cas d’un portail et de clôtures. “Nous avions des prescriptions de l’Architecte des Bâtiments de France” précise-t-il.

Livraison mi-2022

La résidence a été conçue en conception-réalisation par un groupement local constitué de l’entreprise de construction CDR (Chaumette Duplex Reolon) et de l’agence MTA (Marcillon Thuilier Architecte). A leurs côtés, l’économiste CS2N et les bureaux d’études Igetec et Tribu.

Tous ont œuvré pour obtenir des performances énergétiques élevées : le projet vise en effet les labels BEE (Bâtiment Energie Environnement) et E2C1 (faible impact carbone) grâce à la limitation des volumes en béton et l’apport de bois pour les façades donnant sur le coeur d’îlot et les balcons. Des panneaux solaires seront également installés sur le toit, afin de produire 30 % des besoins annuels en eau chaude sanitaire.

Si tout va bien, le lancement des travaux devrait intervenir mi-2020 pour une livraison deux ans plus tard. Avec 18.000 logements et près de 35.000 locataires, Auvergne Habitat est le premier bailleur social d’Auvergne.

 

À propos de l'auteur

Emmanuel Thérond

Emmanuel Thérond

Titulaire d'un Master en Littératures Modernes et Contemporaines, Emmanuel Thérond est journaliste en Auvergne depuis 2004. Il a commencé sa carrière à La Montagne, avant de rejoindre la rédaction d'Info Magazine, où il a travaillé durant 15 ans. Il écrit également pour la presse professionnelle, en particulier Le Moniteur du BTP, dont il assure la correspondance locale. Depuis 2019, il signe dans Le Parisien - Aujourd'hui en France.

1 Commentaire

Cliquez ici pour commenter

  • Quelle honte ! Le patrimoine de Clermont continue a être détruit (car il s agit bien du patrimoine de la ville qui ne se limite pas au bâtiments classés et qui pourrait être rénové par des investisseurs privés et faire venir des classes moyennes mais ça gentrifirait un quartier qui se pauperise…inconcevable pour la mairie…) pour construire des horreurs hlm en beton qu on trouve dans n importe quelle banlieue parisienne et pauperise toujours plus le ghetto de pauvres qu’ est devenu clermont Et ça dure depuis 50 ans dans tous les quartiers de Clermont une des ville qui détruit le plus son patrimoine et fière d être une ville qui s appauvrit…

Sponsorisé

Les infos dans votre boite