Accueil » Vie publique » Pourquoi des lignes rouges sur certaines pistes cyclables de la métropole ?
Piste cyclable C.réseau / Photo 7 Jours à Clermont
Photo 7 Jours à Clermont
Vie publique

Pourquoi des lignes rouges sur certaines pistes cyclables de la métropole ?

Petit à petit, les aménagements cyclables prennent de plus en plus de place dans la métropole clermontoise. Certaines pistes qui sont désormais balisées en rouge et blanc constituent le début du maillage C.réseau.

Les observateurs ont remarqué que certaines pistes cyclables nouvellement crées dans la métropole clermontoise sont balisées en blanc et rouge, ou plutôt « fleur de lave » une nuance de rouge déjà utilisée sur les rames du tram et les bus des lignes B et C.  Cette couleur, qui est celle des différentes mobilités gérées par le SMTC-AC est apparue récemment sur les pistes bi-directionnelle des boulevards sud et Joseph Girod, de l’avenue d’Italie et sur le fameux rond point « à la hollandaise » place des Carmes qui vient tout juste d’être inauguré.
Avec ce marquage spécifique et après C.vélo, un service aujourd’hui identifié et reconnu, le SMTC s’emploi à créer C.réseau qui se développe selon le schéma cyclable métropolitain.
Ce balisage a été adopté suite au test mené près du jardin Lecoq et sur la piste Clermont-Cournon. «Nous essayons de créer une identité autour du vélo. L’idée est d’apporter un regain de sécurité par rapport à l’aménagement via des marquages un peu spécifiques» expliquait Simon Fessard, responsable du Pole vélo de Clermont Auvergne Métropole, lors du lancement de l’expérimentation, il y a tout juste un an.

Les aménagements de pistes cyclables vont se poursuivre

Le premier semestre 2024 aura été marqué par les livraisons des aménagements au rythme des fins de chantiers, qu’ils soient liés aux réseaux de chaleur ou au développement du nouveau plan de circulation imposé par InspiRe. Le programme se poursuit avec 6 km d’aménagements cyclables supplémentaires dont les travaux vont démarrer durant le second semestre 2024 : quartier Cataroux et rue Poncillon (pour terminer la liaison Joseph Girod-Stade Marcombes) dans le cadre de C.réseau, mais aussi rue des Liondards avec la création d’une voie verte, aux abords du quartier Trémonteix et dans certains quartiers d’Aubière, Beaumont, Romagnat et Gerzat. 2025 ne sera pas en reste avec une dizaine de chantiers d’aménagement dont plusieurs pour C.réseau : avenue de la libération, boulevards Auriol-Kennedy-Pompidou à Clermont, liaisons Aulnat-Lempdes et Aulnat-Pont-du-Château et avenue de la république à Cébazat.
À terme, C.réseau sera complété par du mobilier de service (pompe, arceaux, plan…) et avec les autres aménagements cyclables, il constituera un maillage pour les déplacements doux sur l’ensemble du territoire, avec ce qui fait le plus défaut aujourd’hui, la continuité.

La métropole clermontoise dans la tendance vélo

Le développement du vélo dans la métropole clermontoise n’a rien d’une lubie politique isolée. Une grande partie des villes françaises sont désormais obligées de trouver une solution pour répondre à la double problématique de la réduction des gaz à effet de serre et l’envahissement des hypercentres par l’automobile. Dans le blog qu’il tient sur Le Monde, Olivier Razemon rappelait en 2021, que 60% des déplacements domicile-travail de moins de 5 km se faisaient en voiture. Or, sachant qu’en milieu urbain, le vélo reste le moyen de locomotion le plus rapide, on comprend l’attrait, pour les collectivités, de développer la pratique du vélo. De plus, elles sont poussées par l’État qui vise 12 %* de part modale vélo d’ici 2030. Le Plan vélo national est d’ailleurs assorti d’un fonds de 350 millions d’euros sur 7 ans pour résorber les coupures et points noirs des aménagements cyclables.
S’il est encore trop tôt pour mesurer la tendance clermontoise, il semblerait que l’utilisation des pistes cyclables commence à se développer. Les nouveaux équipements satisfont davantage d’usagers en particulier sur le plan de la sécurité. Malgré tout, la part du vélo dans les déplacements quotidiens dans la métropole reste encore faible, mais Paris ne s’est pas fait en un jour…

*Selon Vélo & Territoire l’année 2023 s’est terminée sur une augmentation de 5 % de la fréquentation vélo à l’échelle nationale, progression encore insuffisante pour atteindre les 12% en 2030.

À propos de l'auteur

Olivier Perrot

Pionnier de la Radio Libre en 1981, Olivier Perrot a été animateur et journaliste notamment sur le réseau Europe 2 avant de devenir responsable communication et événements à la Fnac. Président de Kanti sas, spécialisée dans la communication culturelle, il a décidé de se réinvestir dans l'univers des médias en participant à la création de 7jours à Clermont.

4 Commentaires

Cliquez ici pour commenter

  • Le vélo c’est bien mais il est la preuve d une sélection par la santé, voire la génétique .La multiplication et les aménagements de piste cyclabes, sont une bonne chose mais on constate qu’ils se font au détriment de l’accessibilité des PMR aux lieux publics : les secteurs de la piscine et du gymnase Coubertin (diminutions des places GIC et éloignement des entrées) et des salles de spectacles (inexistence de places réservées à proximité de l’entrée de la Comédie ou de la Maison de la Culture) et chaque phase de travaux supprime allègrement des emplacements réservés GIG ou GIC ( bd Côte Blatin- Bd Joseph Girod etc….). L’équipe municipale veut éliminer la voiture de la ville. Elle élimine également, et ce, délibérément, toute cette population qui n’a pas la capacité de prendre une bicyclette ou les transports en commun (personnes âgées ou handicapées ) qui n’ont d’autre alternative que de se taire et subir ou de déménager !

    • Vous avez parfaitement raison.
      En plus, comme la mairie adore gaspiller nos impôts, on devrait rajouter du bleu sur tous les kilomètres de pistes pour faire bleu blanc rouge. La cour des comptes nous a alerté sur le déficit dangereux, pas de problème : après moi le déluge !

    • Non, le vélo permet au contraire à des handicapés de pouvoir sortir de chez eux : les pistes cyclables sont justement plébiscités par les handicapés en fauteuils, Les boulevards sud sont un bon exemple, avant ce boulevard était désagréable, personne ne circulaient à pieds (bruit et danger), depuis l’espace pour les piétons et pour les handicapés est plus grand. Il est d’ailleurs reconnu que plus il y a de pistes cyclables, et plus la mobilité des handicapés est améliorée: il y a plein de formes de handicape (aveugles, sourds, moteurs, psy…) et redonner de l’espace piéton et cyclable est primordial (et en particuliers pour les personnes âgées).
      Les places handicapés sont conservés en nombre suffisant, et même juste devant la piscine de Coubertin ou la maison de la culture: soit vous ne les avez jamais utilisés (concernés?), soit vous ne les avez pas vu.
      Non la mairie ne veut pas éliminer la voiture, seulement baisser sa part de 60 à 50% (il y a de la marge), toutes les rues restent accessibles avec les travaux des pistes cyclables. Il s’agit aussi de réduire les maladies chroniques et les accidents: ceux pour qui la voiture est indispensable pourront toujours circuler partout.
      Alors que ces pistes améliorent la vie pour la majorité des gens dont LES HANDICAPÉS, votre commentaire donne la désagréable impression d’utiliser des handicapés pour se plaindre (d’un petit confort perdu de l’usage public à des fins privées? pour critiquer des élus, qu’ils soient de gauche à la ville de Clermont-Fd ou de droite comme le vice-président métropolitain en charge du schéma cyclable responsable de toutes ces pistes).

      • quelque soit l’usager et sa mobilité essayez les 2.6 kms de la rue de l’Oradou ….
        fin du  » confinement  » des plus âgés déc 2025 je crois

Sponsorisé

Les infos dans votre boite

Sponsorisé