Accueil » Non classé » C.Réseau : la métropole sur le grand plateau
C.Réseau, jardin Lecoq_Photo 7 Jours à Clermont
Photo 7 Jours à Clermont
Non classé

C.Réseau : la métropole sur le grand plateau

Le schéma cyclable métropolitain prend corps petit à petit, avec un réseau désormais appelé C.Réseau. Un nouveau tronçon vient d'être inauguré entre Clermont et Cournon et une expérimentation de marquage au sol est menée.

Petit à petit, le schéma cyclable de la métropole clermontoise prend corps. Certains « intégristes » jugent le timing encore trop long, mais au regard du quasi néant en matière d’équipements cyclables constaté lors de l’annonce du schéma en 2018, la mutation est bel et bien en marche. 5 millions d’euros sont inscrits au budget pour 2023 et la tendance à l’investissement est annoncée durable, la métropole visant une part modale du vélo à 5% à l’horizon 2030 contre 2% aujourd’hui. D’ici là, beaucoup de choses auront changé à Clermont et dans les communes de la métropole.
Les travaux sur les réseaux de chaleur, InspiRe et les nouveaux plans de circulation impactent actuellement le transport à vélos, mais lorsque toutes les tranchées seront rebouchées, la métropole devrait livrer, en principe, un réseau efficace et sécurisant.

Le réseau en devenir s’appelle désormais C.Réseau

L’un des enjeux actuels est de promouvoir le vélo et d’imposer l’idée que l’espace urbain doit être partagé. C’est tout l’intérêt de l’expérimentation qui est menée actuellement sur une nouvelle portion de voie cyclable à l’entrée de Cournon et sur celle passant devant le jardin Lecoq à Clermont. « Nous essayons de créer une identité autour du vélo » explique Simon Fessard, responsable du Pole vélo de Clermont Auvergne Métropole.  « l’idée est d’apporter un regain de sécurité par rapport à l’aménagement via des marquages un peu spécifiques ».

Un réseau qui fait sens

« L’objet est de rassurer les néo-cyclistes, ceux qui ne se déplacent pas encore à vélo et qui seront amenés à le faire avec ces aménagements. C’est également d’aider à l’orientation puisqu’il n’est pas évident de savoir où se trouve le réseau cyclable. L’enjeu est de créer une carte et d’aider à l’orientation une fois sur le terrain, pour aller vers Cournon, Clermont, Aulnat… et puis c’est aussi l’idée de créer ce que l’on appelle une « identité de marque » avec un système de valeurs autour du vélo, qui fait sens avec les différents services existants comme les locations de vélo courte et longue durée. Nous avons décidé d’appeler ce réseau en devenir C.Réseau dans la logique de C.Vélo, un système qui a maintenant une bonne notoriété »

Le code de la route a beaucoup évolué

Tout l’enjeu est aujourd’hui de faire de la pédagogie envers les autres usagers, automobilistes en particulier « On sait, notamment au niveau des croisements entre pistes cyclables et chaussées voitures, que la présence du cycliste reste assez nouvelle » reprend Simon Fessard. « Il y a un certain nombre de panneaux qui sont aussi très récents, le code de la route a beaucoup évolué ces dernières années. Toutes ces choses qui sont très réglementaires ne sont pas encore bien connues des usagers. C’est là que l’on rencontre les limites des aménagements réglementaires stricto sensu. On a bon espoir qu’avec ce marquage, on arrive à parler au plus grand nombre, y compris aux automobilistes dans l’idée d’un partage de l’espace public qui fonctionne mieux.

Le schéma C.Réseau tracé en concertation avec les usagers

Si parfois les cyclistes et autres vélotaffeurs peuvent avoir l’impression que le schéma se trace derrière un écran dans un bureau, la réalité est tout autre. « Nous travaillons avec les associations d’usagers, notamment VéloCité 63, pas au quotidien mais presque. C’est vrai que nous passons un certains temps de notre travail derrière un écran d’ordinateur, mais échanger avec de vraies personnes nous permet de donner un peu plus de corps à notre travail. C’est comme cela que l’on se rend compte que notre travail se fait au bénéfice de tout le monde et c’est gratifiant. » reprend le responsable du Pole vélo qui voit les habitudes et les usages changer. 

« On a encore assez peu de données chiffrées mais n’importe qui se baladant dans le centre de Clermont, voit qu’il se passe quelque-chose, que la fréquentation des équipements augmente assez fortement. On a quand même quelques données comme la fréquentation de la piste devant le jardin Lecoq où l’on a, chaque jour, 3 500 vélos qui passent. C’est assez conséquent compte tenu du fait que le réseau est encore assez largement discontinu. Avec toutes les connexions qui se font actuellement, on a bon espoir, de passer au delà des 3 500 ».   
Dans le cadre de l’expérimentation, les cyclistes, qui empruntent actuellement les pistes, ont des chances de tomber sur l’équipe qui teste certains aménagements comme des totems-cartes ou des pompes. Elle est à l’écoute des usagers pour emmagasiner le maximum d’information et de retours. Ils est également possible de répondre à un questionnaire en ligne mais pour y accéder il faut scanner un QR code qui se trouve forcement sur la piste…

Les aménagements à venir en 2023 et 2024

  • Clermont :  boulevard Lafayette, entre bld Côte-Blatin et le bld Paul Pochet-Lagaye : 1,2 km
  • Aubière : liaison locale entre l’avenue Jean-Moulin et l’avenue Charles-de-Gaulle  : 1,2 km
  • Clermont : axe structurant des boulevards sud (entre le boulevard Pasteur et le boulevard Lafayette) sur les boulevards Aristide-Briand, Jean-Jaurès et Côte-Blatin  : 2,2 km
  • Clermont : axe structurant avenue d’Italie : 0,5 km
  • Clermont : axe structurant, itinéraire sud sur la rue Pierre-de-Coubertin et le boulevard Joseph-Girod : 0,5 km
  • Gerzat / Cébazat : liaison entre l’échangeur de la M 2009 et le giratoire de Ladoux : 0,8 km
  • Clermont : aménagement du giratoire « à l’hollandaise » dans le cadre de l’opération « Carmes 2 »
  • Cébazat : liaison locale de la rue de Gerzat  : 0,3 km
  • Chamalières : aménagement d’une bande cyclable dans le cadre de l’opération de l’avenue Claussat  : 0,3 km

À propos de l'auteur

Olivier Perrot

Pionnier de la Radio Libre en 1981, Olivier Perrot a été animateur et journaliste notamment sur le réseau Europe 2 avant de devenir responsable communication et événements à la Fnac. Président de Kanti sas, spécialisée dans la communication culturelle, il a décidé de se réinvestir dans l'univers des médias en participant à la création de 7jours à Clermont.

Commenter

Cliquez ici pour commenter

Sponsorisé

Les infos dans votre boite

Sponsorisé