Accueil » Économie » Hall 32 : reconnecter la formation avec les besoins du marché du travail
Une vue extérieure de Hall 32.
Économie

Hall 32 : reconnecter la formation avec les besoins du marché du travail

C’est une grande première en France et elle se passe à Clermont. Des partenaires publics-privés ont décidé de mettre en commun leurs forces pour créer un centre de promotion des métiers de l’industrie. Son objectif : reconnecter la formation avec les besoins du marché du travail.

Fortement implantée en Auvergne-Rhône-Alpes depuis le XIXe siècle, l’industrie occupe toujours une place importante dans la région. 500 000 personnes travaillent dans ce secteur.  Alors que Pôle emploi recense 377 450 chômeurs sur l’ensemble de la région, un paradoxe s’installe… Des entreprises recherchent du personnel qualifié. Les jeunes délaissent le secteur de l’industrie. Ils auraient une image encore trop négative. Pour redorer la réputation de l’industrie, des partenaires publics et privés créent Hall 32, le centre de promotion des métiers de l’industrie à Clermont-Ferrand, qui sera inauguré officiellement le 13 septembre.

Une meilleure adéquation entre les offres de formation et les besoins des entreprises

Pour la première fois, des partenaires issus du public et du privé s’unissent pour offrir une meilleure adéquation entre les offres de formation et les besoins des entreprises. Opérationnel dès cette rentrée, Hall 32 accueille une centaine d’élèves, puis montera en puissance pour atteindre, en vitesse de croisière 300 étudiants en formation initiale et 1 800 adultes en formation continue, sur son site de 10 000 m2, implanté sur le site Michelin de Cataroux, au cœur du nouveau quartier de l’innovation de la métropole clermontoise.

De la technologie de pointe pour séduire les élèves   

L’espace d’accueil de Hall 32.

Le centre forme des bacs pro et des BTS, de façon différente, en organisant les formations par blocs de compétences et en individualisant les parcours. Hall 32 se veut être également une filière d’insertion pilote, destinée aux jeunes déscolarisés ou en situation de fort décrochage scolaire.

A la pointe de la technologie, le centre de promotion des métiers de l’industrie dispose de nombreux atouts pour séduire les jeunes : un fab-lab, un design-lab, ainsi que de la fabrication additive et de la robotique. Il aidera également les PME à préparer l’arrivée de l’industrie 4.0 qui risque de bouleverser en profondeur l’organisation des entreprises.

Pour changer l’image erronée de l’industrie, Hall 32 mise beaucoup sur l’information. Pour ce faire, une galerie des métiers, ludique et immersive montrera tous les atouts de l’industrie. Enfin, un pôle consacré à l’événementiel valorisera les entreprises au travers de conférences, séminaires, etc. Il permettra de mettre en rapport les apprenants, les formateurs et les entreprises. Les élèves pourront ainsi se créer un réseau, fort utile pour décrocher un travail.

30 millions d’euros

La structure dispose d’un budget de 30 millions d’euros sur 5 ans porté par Michelin (13,8 M€), la banque des territoires dans le cadre du programme d’investissement d’avenir (9,4 M€), la Région Auvergne-Rhône-Alpes (3,2 M€) et Opcalia (1,3 M€). Les autres acteurs du projet, La Banque de France, Limagrain, le pôle de compétitivité ViaMéca et le Rectorat de l’Académie de Clermont-Ferrand apporteront une contribution de compétences, par exemple la mise à disposition de professeurs.

Hall 32 est géré par l’association 2 ARAMI (association Auvergne-Rhône-Alpes pour les métiers de l’industrie) regroupant l’ensemble des partenaires publics-privés. Il est présidé par Isabelle Sauret, directrice formation et développement pour Michelin France et Bénélux. Modèle unique en France, Hall 32 est une belle réponse aux problèmes d’appariement entre l’offre et la demande sur le marché du travail et qui sait peut-être un modèle pour la création d’autres structures de ce type en France ?

À propos de l'auteur

Véronique Feuerstein

Véronique Feuerstein

Diplômée en histoire de l’art, Véronique Feuerstein a deux passions : le patrimoine et l’économie. Après un début de carrière au quotidien l’Eveil de la Haute-Loire au Puy-en-Velay, elle a collaboré au magazine de territoire Massif central puis est devenue rédactrice en chef de Massif-central entreprendre pendant neuf ans. Elle a ensuite participé au lancement d’un nouveau média : la Montagne entreprendre, appartenant au groupe Centre France.

Commenter

Cliquez ici pour commenter

Sponsorisé

Les infos dans votre boite