Accueil » Vie publique » Tour de vis de la municipalité clermontoise en matière de sécurité
Caméras de vidéo-protection pour la sécurité / Photo PhotoMIX-Company Pixabay
Photo PhotoMIX-Company Pixabay
Politique Vie publique

Tour de vis de la municipalité clermontoise en matière de sécurité

Sur le dossier toujours sensible de la sécurité, la ville de Clermont avance et annonce pour 2024, un train de 10 mesures fortes. Plus de moyens humains, une brigade à moto et le recours à la vidéo verbalisation sont au programme

Durant de nombreuses années, Clermont n’était pas considérée sur le plan de la sécurité comme une ville à problèmes. Certes, on y relatait quelques faits divers, mais cela n’inquiétait pas outre mesure les citoyens encore moins la classe politique qui restait dans une posture attentiste. Mais en quelques années, la société a beaucoup évolué et la délinquance a gagné du terrain. Violence urbaine, problème des points de deal, sécurité routière, non respect des règles citoyennes sont désormais dans le quotidien de Clermont, qui n’est définitivement plus la ville tranquille qu’elle était jadis. Pour autant, on ne peut pas parler de phénomène clermontois, car cette tendance se retrouve dans toutes les grandes villes et métropoles de France.

10 mesures fortes sur 2024

Même si l’opposition trouve que la majorité n’en fait pas assez en matière de sécurité, depuis l’arrivée d’Olivier Bianchi à la tête de la ville, les choses ont évolué avec à la clé des effectifs de police municipale revus à la hausse, des agents équipés de Taser, une collaboration renforcée avec T2C, la signature du Contrat de Sécurité Intégré police/justice, et le développement du réseau de vidéo-protection qui compte désormais 115 cameras à Clermont intramuros (267 au niveau métropolitain). En cette année 2024, un tour de vis supplémentaire va être donné, avec 10 mesures fortes annoncées par la municipalité. « Il y a quelques mesures phare » explique Stéphane Coloneaux, directeur de la Prévention et de la Tranquillité Publique. « Nous allons voir l’arrivée dune équipe cynophile, la création d’une brigade moto, mais aussi des postes et des effectifs supplémentaires avec des policiers pour augmenter les patrouilles pédestres et VTT, des policiers en soirée, des ASVP, des opérateurs vidéo et la mise en place de la vidéo-verbalisation ». Si, transformation de la ville oblige, l’accent est grandement mis sur la voie publique et la circulation, la sécurité des biens n’est cependant pas négligée puisque de nouvelles caméras seront installées cette année dans les zones d’activités économiques. La vidéo dans l’espace public étant sujette à critique et à débat sur les libertés, un comité d’éthique de la vidéo-protection va être mis en place dans les mois à venir.

Brigade à moto et vidéo-verbalisation pour plus de sécurité

Les grands travaux et leurs désagréments induits, ont poussé les usagers à adopter des comportements pas toujours appropriés sur la voie publique. Si jusqu’à présent la municipalité a joué la carte de la pédagogie, les choses vont changer avec une phase beaucoup radicale et répressive. La brigade moto et la vidéo-verbalisation vont siffler la fin du « pas vu pas pris » et favoriser la mise en place progressive de la ville apaisée et du partage plus équitable de l’espace. « Des priorités ont été fixées par le maire, comme le stationnement anarchique sur les pistes cyclables. Il y a des pistes cyclables, pour certaines toute neuves, et le message qui passe maintenant c’est de les respecter. Il faut savoir stationner, pas sur les pistes, ni les trottoirs, ni les passages pour les personnes à mobilité réduite » reprend Stéphane Coloneaux. « Il faut désormais apprendre à laisser la place aux nouvelles mobilités, aux piétons, aux vélos et en finir avec les mauvais comportements. La vidéo verbalisation est un nouvel outil supplémentaire pour être plus rapide et pouvoir verbaliser là où il y a des points noirs. Je pense à des stationnements sur des voies de bus, par exemple. La vidéo-verbalisation, c’est très simple. C’est de l’humain puisqu’il y a des agents derrière les caméras. Ils seront assermentés -après une délibération du conseil municipal- et ils pourront verbaliser comme si ils étaient devant les voitures. On va mettre en place le dispositif le plus rapidement possible et toutes les caméras de voie publique sont susceptibles de pouvoir vidéo-verbaliser ».

« J’assume pleinement de jouer la sécurité et la tranquillité des habitants »

« Par rapport à tous ceux qui nous expliquent aujourd’hui que rien n’est fait pour la sécurité et que les choses s’aggravent, je veux dire qu’il y a une part de réalité dans l’aggravation par contre on a pas rien fait » explique Olivier Bianchi, maire de Clermont « On a conduit des politiques publiques avec sérieux depuis de nombreuses années. Policiers, caméras, organisation des services, missions, doctrine rénovée… maintenant, on annonce 10 nouvelles mesures pour renforcer notre politique de tranquillité publique. Je ne sais pas si on peut parler d’un tour de vis, en tout cas c’est une prise en compte des pratiques des Clermontois et des dysfonctionnements pour continuer de créer un lieu où on peut vivre tous ensemble, en se respectant et en appliquant les règles du collectif et du bien commun. J’assume pleinement de jouer la sécurité et la tranquillité des habitants dont j’ai la responsabilité. On doit continuer à durcir le ton pour être à la hauteur des enjeux pour protéger les habitants ».

« Je pense que la drogue mérite plus qu’une simple opération de police »

« L’opération XXL à au moins le mérite de montrer la prise en compte de ce qui est devenu insupportable pour les habitants » commente Olivier Bianchi à propos de la récente opération antidrogue lancée par le ministre de l’Intérieur. « Donc cela a fait du bien à des habitants des quartiers qui sont sous tension d’être reconnus par la puissance publique. Ensuite, est-ce le seul outil et le seul pertinent ? Il y a un  bilan et je laisse le soin au préfet de le développer. C’est déjà mieux que rien, par contre je rappelle que quand on s’est attaqué à Al Capone, on s’y est attaqué au niveau fiscal, financier et international. Je pense que la drogue mérite plus qu’une simple opération de police dans nos villes, certes nécessaires et j’attends aussi un peu plus de continuité pénale. J’avoue que je suis un peu étonné que, quelquefois, certaines procédures sont mises à mal. À un moment il faut être sérieux et durcir le ton vis à vis des trafiquants » conclut Olivier Bianchi. Rappelons qu’en France, c’est la Police Nationale, par l’intermédiaire de la Brigade des stupéfiants qui a la compétence sur les affaires de drogue, les polices municipales ne pouvant qu’être des facilitatrices grâce à leur connaissance fine du terrain.

Centre de supervision urbain / Photo  Ville de Clermont direction de la communication
Centre de supervision urbain / Photo Ville de Clermont direction de la communication

À propos de l'auteur

Olivier Perrot

Pionnier de la Radio Libre en 1981, Olivier Perrot a été animateur et journaliste notamment sur le réseau Europe 2 avant de devenir responsable communication et événements à la Fnac. Président de Kanti sas, spécialisée dans la communication culturelle, il a décidé de se réinvestir dans l'univers des médias en participant à la création de 7jours à Clermont.

4 Commentaires

Cliquez ici pour commenter

  • bonne idée da mise en place d’une brigade moto Comment la joindre ? pour signaler les incivilés devant Auchan nord et au parc de la fraternité : les Rodeos

  • Clermont-Ferrand est une métropole depuis 2018, attirant du même fait des gens et des actes dont nous n’avions pas l’habitude. Effectivement, Monsieur Bianchi n’a pas rien fait, mais considérer que la culture a plus d’importance que la sécurité a été une utopie de sa part. On voit le résultat… mais heureusement, la ville n’ayant pas été choisie comme capitale européénne, cela nous évitera un jugement de honte supplémentaire de la part des visiteurs !

    • Désolé de vous contredire, la sécurité est l’affaire de tous parents, voisins. C’est l’individualisation qui crée l’insécurité. D’ailleurs votre commentaire en est un exemple, c’est la.faute de l’autre… A contrario, la culture est l’affaire de la société, elle inculque des valeurs, montre les différences, suscite des curiosités. Je suis particulièrement déçu du désengagement de beaucoup d’intervenant dans le développement de la culture et trouve bien dommage que Clermont Ferrand n’ait pas été élu capitale européenne. Je préfère faire envie que pitié. Au plaisir d’échanger, cordialement

Sponsorisé

Les infos dans votre boite

Sponsorisé