Accueil » Edito » Que sont les sixtees devenues?
Photo Fanny Reynaud.
Edito

Que sont les sixtees devenues?

Cheveux longs, peace and love, fleurs bleues et marijuana : la fin des années 60 témoignait de l’utopie hippie en rupture avec l’idéologie des trente glorieuses.

Hier, ou peut-être avant-hier, on rêvait d’un monde meilleur à défaut d’être un monde parfait. Refus des carcans, des ordres, des règlements, des codes, des pesanteurs : la génération des sixtees voulait  fabriquer une société à son image. Et réclamait la liberté à tout prix, quitte à se brûler les ailes dans l’enfer des paradis artificiels. Des voyages parfois sans retour…

Avoir et ne pas être

Janis Joplin, Brian Jones, Jim Morrison et tant d’autres ont été balayés par cette frénésie jusqu’au-boutiste. Quarante années plus tard, les rêves se sont dissipés, évaporés. Ou peut-être dissous dans le maelström de la réalité. Ils ont été digérés, concassés, broyés par le rouleau compresseur d’une société consumériste où le verbe avoir est le seul auxiliaire acceptable. Où les mots de passe et les identifiants ont remplacé la poésie.

Under control

Aujourd’hui, il n’est plus question d’idéal, ni même d’illusions. Nous vivons le temps de la prévention, du calcul, du contrôle, de l’économie. L’alcool doit se boire avec modération, les fumeurs sont des pestiférés et l’on nous conseille vivement de manger cinq fruits ou légumes par jour, avant peut-être de nous y contraindre. Il nous faut rouler à 80 km/h (lorsque ce n’est pas 30), les caméras de vidéo-surveillance filment les faits et gestes à longueur de temps. La santé est considérée comme une épargne. Tout doit être pesé, sous-pesé, comptabilisé, modélisé, under control. Comme si la vie elle-même répondait à une logique arithmétique, à des lois purement comptables. Le temps est devenu un simple capital qu’il convient de ne pas hypothéquer. Et qu’importe si l’existence se révèle terne et sans relief, insipide et prévisible, l’essentiel étant dorénavant de la prolonger sans trop savoir, en fin de compte, pour qui ou pourquoi. Désormais, l’intensité se révèle suspecte, la bienséance est synonyme de sécurité, de précaution, de réglementation et de chiffres. La fureur de vivre a laissé la place à la tyrannie de la gestion.

 

 

 

À propos de l'auteur

Marc François

Marc François

A débuté le métier de journaliste parallèlement sur une radio libre et en presse écrite dans les années 80. Correspondant de plusieurs médias nationaux, rédacteur en chef de l’hebdomadaire Info Magazine (Clermont, Limoges, Allier) pendant 9 ans, il a présidé le Club de la Presse Clermont-Auvergne entre 2009 et 2013. Il est l’initiateur de 7 Jours à Clermont.

Commenter

Cliquez ici pour commenter

Sponsorisé

Les infos dans votre boite