Accueil » Edito » Noël en novembre
Marc François.
Photo Fanny Reynaud.
Edito

Noël en novembre

Un mois et demi nous sépare de la fin de l'année. Pourtant, la ville de Clermont a déjà lancé la période des fêtes.

La Toussaint venait tout juste d’être célébrée et le 11 novembre n’était pas arrivé lorsque le sapin de Noël a fait son apparition en grandes pompes sur la place de Jaude. En octobre, déjà, le personnel des services techniques de la ville s’escrimait à placer les éclairages dans les différentes rues du centre-ville. Quant au marché de la Place de La Victoire, avec ses 65 chalets en bois, il a été officiellement inauguré, vendredi dernier, cinq semaines pleines avant l’événement attendu par les familles. On ne risque pas d’être en retard cette année à Clermont pour adopter la configuration fêtes de fin d’année.

De plus en plus tôt

Avant l’heure est-ce déjà l’heure ? Autrement dit, ne s’y prend-on un peu trop tôt ? L’an passé, par exemple, le marché, finalement annulé, avait été initialement programmé à partir du 27 novembre, ce qui laissait tout de même un mois entier d’activités. Largement suffisant pour effectuer ses emplettes et profiter des quelques animations programmées. On imagine les intentions de la mairie, désireuse de cajoler les commerçants après les périodes sombres qu’ils viennent de traverser. Mais est-ce vraiment en étendant exagérément la séquence de l’avant qu’ils y parviendront ? On doute, en tous cas, des conséquences en terme de chiffre d’affaire, la plupart des Clermontois s’étant fixé un budget à ne pas dépenser à un moment où le prix de l’énergie devient une préoccupation essentielle.

Essoufflement

Clermont va donc vivre une interminable séquence de préambule au risque évidemment de banaliser cette période, de lui enlever un peu de son intensité et de son charme unique. Difficile, en effet, de concevoir faire la fête durant cinq semaines sans ressentir un certain essoufflement ou une saturation compréhensible. On espère que d’ici là, le grand méchant coronavirus, en regain de velléités, ne viendra pas une fois encore faire la nique au Père Noël.

 

À propos de l'auteur

Marc François

A débuté le métier de journaliste parallèlement sur une radio libre et en presse écrite dans les années 80. Correspondant de plusieurs médias nationaux, rédacteur en chef de l’hebdomadaire Info Magazine (Clermont, Limoges, Allier) pendant 9 ans, il a présidé le Club de la Presse Clermont-Auvergne entre 2009 et 2013. Il est l’initiateur de 7 Jours à Clermont.

Commenter

Cliquez ici pour commenter

Sponsorisé

Les infos dans votre boite