Accueil » Chroniques » L’innovation, solution environnementale?
Crédit photo: POC21.
Chroniques

L’innovation, solution environnementale?

“A long terme, nous serons tous morts” plaisantait - à moitié - John Maynard Keynes. Avec les été caniculaires, les ouragans à répétition ou encore la fonte de la banquise, nous sommes de plus en plus sensibilisés au changement climatique et on se demande bien dans quelle monde nous, ou nos enfants, vivrons. Quelques innovateurs astucieux peuvent-ils nous apporter des solutions vraiment utiles ?

Première remarque : pourquoi “innovateurs” et pas “inventeurs” ? Parce que, si (élément de) solution il y a au changement climatique, ce sera basé sur une invention technique mais surtout sur une pérennité économique et une efficacité sociale. L’innovation englobe l’ensemble de ces notions et dépasse la simple technicité. On peut tester son “invention” une ou deux fois, améliorer les plans et optimiser la construction à grande échelle, mais l’utilité finale sera mesurée en termes socio-économiques autant qu’environnementaux – des paramètres propres à l’innovation.

J’avais été passionné par un événement parallèle à la fameuse COP21 de Paris, la grande conférence internationale où ont été signés les accords éponymes en 2015. Cet événement parallèle était … la POC21, pour “Proof Of Concept” – preuve de concept. Pendant 5 semaines à la fin de l’été 2015, une centaine de makers, créateurs, codeurs, designers ont été accueillis au château de Millemont près de Paris. Ils ont travaillé sur 12 projets d’innovation environnementale accessible à tous, comme une valise renfermant des panneaux solaires, un tube à purifier l’eau, ou encore un micro-ferme urbaine. Chaque projet est disponible gratuitement en ligne, et peut être réalisé avec des matériaux faciles à trouver, partout dans le monde.

“Sunzilla”, la ferme solaire pliable qui tient dans une valise. Un des 12 projets “open source” issus du POC21

Une belle preuve qu’il n’y a pas que la solution institutionnelle et politique, portée par les acteurs de la COP21, ou la solution “macro-économique” des grandes entreprises (dont on ne sait jamais si elles luttent réellement contre le changement climatique). Les innovateurs, qu’ils soient en mode hackathon comme à la POC21 – on met plein de créatifs ensemble pendant 5 semaines avec des sacs de couchage, des tournevis et des chips, et ils pondent le plan d’un appareil simple et génial – ou en mode start-up – avec un business model et une vraie offre commerciale – seraient donc une “troisième voie” à prendre en considération.

La “troisième voie” de l’innovation entrepreneuriale et collaborative

Est-ce que ce sera suffisant pour “sauver la planète” ? Aucune idée. Mais ce qui est important c’est d’essayer de différentes manières, et d’insister. Samedi, le premier bateau Ocean Cleanup a appareillé de San Francisco pour tester le nettoyage d’un bout de la gyre pacifique. Vous savez, ce tristement célèbre « continent de plastique » – présent dans 5 endroits du globe – et grand comme plusieurs fois la France. Ocean Cleanup est l’initiative d’un jeune Néerlandais de 25 ans, Boyan Slat, qui a mis au point un système de flotteurs tirés par un bateau ou ancrés au fond des mers, et qui récolteraient les macro-déchets plastique sans impacter la faune marine. Les déchets seront régulièrement ramenés au port pour recyclage, et le nettoyage pourrait être fait – théoriquement – en 5 à 10 ans.

Ocean Cleanup est une ONG, et a récolté plus de 31 millions d’euros. Mais, au début, sa source de financement était le financement participatif, un peu comme une jeune entreprise innovante (Boyan aurait réuni initialement près de 2 millions de cette façon). Il avait son idée, était un peu technicien, bon « pitcheur », a su mettre en place un business plan (travail avec des chercheurs, location de bateaux avec équipages, construction et test des filets, processus de nettoyage, plan de communication …) et surtout il était passionné et voulait « changer le monde ». Comme on dit dans les start-ups. Il avance dans son projet, et fera probablement beaucoup plus qu’un groupe de chefs d’Etat tiraillés par leurs politiques intérieures et soumis toutes les quelques années à élection.

Moralité : inventez, innovez, vous avez une vraie chance de sauver la planète – ou au moins d’y participer.

Pour en savoir plus :

le site de la POC21 avec les plans des 12 innovations : www.poc21.cc

le site de Ocean Cleanup : https://www.theoceancleanup.com/

la conférence de Boyan Slat à TEDxDelft : https://www.youtube.com/watch?v=ROW9F-c0kIQ

 

 

Crédit photo de Une : POC21

À propos de l'auteur

Damien Caillard

Damien Caillard

Tombé dans le numérique quand il était petit, Damien Caillard a successivement monté une petite agence de production vidéo sur Paris puis a travaillé à La Montagne sur les problématiques digitales. Cela lui a permis de découvrir l’écosystème d’innovation clermontois au service duquel il officie désormais, à travers l’association Le Connecteur. Son but : “connecter” les acteurs de l’innovation, les aider à mieux se connaître - par des événements, des articles et des infos pratiques - pour aider à développer le dynamisme et l’attractivité auvergnates.

Commenter

Cliquez ici pour commenter

Sponsorisé

Les infos dans votre boite