Accueil » Animaux » Les atrocités de la chasse au ferme
Vu sur Facebook.
Animaux

Les atrocités de la chasse au ferme

Pendant que la France se confine, des passionnés de la chasse au ferme poste leurs "exploits" morbides sur les réseaux sociaux. L'association One Voice porte plainte. Et elle a bien raison...

La période actuelle révèle aussi, parfois, les pires instincts de certains de nos contemporains. En témoignent les images postés sur Facebook par des adeptes de la chasse au ferme, une pratique que l’on ne peut s’empêcher de qualifier de barbare. Et dont on se demande comment elle peut être admise aujourd’hui encore lorsque l’animal est qualifié, selon les termes du code civil, d’être sensible.

Mordu, déchiqueté et dévoré

Capture d’écran Facebook.

La chasse au ferme est donc une chasse au cours de laquelle des chiens sont lancés à la poursuite d’un animal, qui se trouve encerclé, « en-fermé ». Celui-ci est ensuite mordu et déchiqueté sous les mâchoires de chiens poussés à tuer, avant d’être dévoré… Cette “activité” on ne peut plus cruelle est pratiquée soit en enclos sur des sangliers élevés spécialement pour mourir ainsi (afin de « débourrer » les chiens), soit dans la nature, sur des sangliers sauvages.

Sur Facebook, le 21 mars, soit en plein confinement, des groupes de chasseurs « passionnés » ont ainsi mis en ligne des images de leur distraction favorite, accompagnés de commentaires graveleux et stupides. Des images, on ne peut plus choquantes, accessibles à tous et toutes, y compris les enfants. Elles provoquent aujourd’hui une saine réaction d’associations de défense des animaux qui en ont assez. « Pendant que le monde entier se confine pour faire face à une épidémie ravageuse et que, dans ce contexte, certains repensent, à juste titre, leur relation au monde animal et à la nature, d’autres font l’apologie d’actes de cruauté insoutenables envers des êtres vivants. Des animaux traqués par une meute de chiens sont acculés, encerclés, et certains maintenus par des chasseurs pour être assaillis de toutes parts et déchiquetés vivants par une meute déchaînée » soulignent les sympathisants de l’association One Voice. La structure indépendante, qui regroupe plus de 20.000 membres, a décidé de porter plainte devant la justice.

L’indicible cruauté de la chasse

La plainte a-t-elle une chance d’aboutir ? On peut en douter dans un pays où le lobby de la chasse  est surpuissant et omnipotent. Mais l’opinion publique finira peut-être, un jour, par avoir son mot à dire. Et elle peut déjà témoigner de son ras-le-bol devant des actes aussi inqualifiables. Pour sa part, Muriel Arnal, la présidente de One Voice, ne décolère pas :  « Au fil des enquêtes et des alertes, les preuves s’amoncellent de l’indicible cruauté de la chasse. Ce loisir destructeur ne sert que le plaisir sadique des chasseurs. La Nature n’a jamais été autant en danger et en souffrance, pourtant en France, ils continuent d’avoir tous les droits. La vaste majorité des Français désapprouve mais n’a qu’à se taire. Eh bien, nous ne nous tairons pas. » 7 Jours à Clermont est bien décidé à les accompagner sur ce terrain-là.

À propos de l'auteur

Avatar

7 Jours à Clermont

La rédaction de 7 Jours à Clermont est composée de journalistes professionnels locaux. 7 Jours à Clermont, média web entièrement indépendant, a la volonté de mettre en exergue l’activité et les événements marquants des 7 jours à venir dans la métropole clermontoise.

1 Commentaire

Cliquez ici pour commenter

Sponsorisé

Les infos dans votre boite