Accueil » Animaux » Reprise des adoptions animales : peut mieux faire…
Photo D.R.
Actualités Animaux

Reprise des adoptions animales : peut mieux faire…

Il est de nouveau possible d'adopter des animaux en France, en dépit de la crise sanitaire. Mais de nombreuses associations militent pour se caler sur la méthode suivie en Belgique.

Depuis mercredi, les adoptions d’animaux ont pu reprendre en France, selon les modalités définies par le gouvernement. Une satisfaction pour les nombreuses associations animales mais une victoire qui, toutefois, n’est pas complète aux yeux de certaines d’entre elles.

« Nous sommes heureux d’avoir été entendus par le gouvernement. Nous insistons cependant pour que le protocole mis en place depuis le 20 mars dernier par les associations belges soit applicable sur le territoire français. Parce qu’il est rigoureux et de nature à éviter un trop grand retour d’adoptions, il a notre préférence » soulignent ainsi Christophe Arvis et Gorette Neves,  respectivement Président de l’association Ethics For Animals et la Co-Responsable du Collectif Chats 100% Stérilisation Obligatoire.

Déceler les intentions des adoptants

La méthode belge  passe notamment par la « sélection » d’un animal sur le site internet du refuge suivi d’un « screening téléphonique » poussé. Celui-ci permet généralement aux refuges de déceler les intentions des adoptants, les conditions d’hébergement offertes aux futurs adoptés et par un rendez-vous en refuge avec le responsable de placement et le futur adopté avant de décider si l’adoption est possible.

« En revanche, nous ne sommes pas favorables du tout aux solutions proposées par certaines organisations préconisant une sorte de « drive » pour les adoptions sur le modèle du drive alimentaire ou de livraisons d’animaux, comme des colis, sans confrontation préalable » expliquent les deux responsable d’association qui dénoncent en l’occurrence le risque majeur de nombreux retours d’adoptions toujours très traumatisants pour les animaux.

La SPA mais pas seulement

Pour rappel, le Ministre de l’Intérieur indiquait, le 11 avril dernier,  accorder une dérogation à l’ensemble des refuges de France leur permettant de faire adopter leurs animaux. Une première communication malheureuse avait limité cette mesure aux seuls refuges SPA pour être étendue ensuite à tous les refuges du pays, à la demande des associations et de Loïc Dombreval, Député et Président du Groupe d’Etude « Condition Animale » à l’Assemblée Nationale. Il faut savoir que sur les 723 refuges de France, la SPA, plus ancienne des associations françaises, n’en possède que 55. A elle seule, la Confédération Nationale Défense de l’Animal fédère 270 refuges sur le sol français. Quant aux 398 autres établissements, ils sont totalement indépendants. Enfin, le sigle SPA n’ayant jamais été déposé par les fondateurs de l’institution, des associations indépendantes peuvent encore s’appeler SPA sans être affiliées à La Société Protectrice des Animaux.

À propos de l'auteur

Avatar

7 Jours à Clermont

La rédaction de 7 Jours à Clermont est composée de journalistes professionnels locaux. 7 Jours à Clermont, média web entièrement indépendant, a la volonté de mettre en exergue l’activité et les événements marquants des 7 jours à venir dans la métropole clermontoise.

Commenter

Cliquez ici pour commenter

Sponsorisé

Les infos dans votre boite