Accueil » Histoire » La Place de Jaude, un nom qui provient de l’Antiquité
La Place de Jaude en 2021- photo Patrick Bossin.
Histoire

La Place de Jaude, un nom qui provient de l’Antiquité

Jaude viendrait de Galate, le nom d'un peuple celte ayant trouvé refuge en Asie mineure. L'incontournable place clermontoise, à sa façon, nous raconte l'histoire.

Pourquoi donc la place centrale et incontournable de Clermont se nomme-t-elle Place de Jaude ? Les Clermontois eux-mêmes se posent parfois la question, sans généralement pouvoir y répondre. Ce qui ne les empêche ni de dormir, n’y d’y célébrer les quelques victoires de l’ASM…

Dans un ouvrage très complet et très documenté, paru en 1997 aux Editions de Borée, Histoire des rues de Clermont et de Montferrand, Louis Passelaigue apportait ses lumières. Selon lui, Jaude tire son nom du quartier gallo-romain de « Galate ». « Ensuite, au travers de vieilles chartes, on voit le nom évoluer : Galde au Xe siècle, Jalde au XIIe, las Salas de Jaude au XIIIe siècle, et enfin Jaude depuis 1460 » écrit-il. La langue, comme l’histoire, est un long itinéraire qui prend parfois d’improbables chemins. Celui-ci nous mène de Galate jusqu’à Jaude à travers plus de vingt siècles.

De Jaude à la Galatie

Les Galates (appelés aussi Gallo-grecs) étaient un ensemble de peuples celtes qui, au cours de l’Antiquité, ont migré vers l’Asie mineure pour rejoindre une région qu’ils nommèrent la Galatie (située dans l’actuelle Turquie). « Stature gigantesque, longs cheveux roux, larges boucliers, épées démesurées, chants guerriers au moment de charger l’ennemi, hurlements, trépignements terribles, cliquetis d’armes et de boucliers heurtés d’après un usage national, tout semble combiné chez eux pour inspirer la terreur » aurait déclaré, à leur propos, le consul romain Cnaeus Manlius Vulso avant de les affronter lors de la guerre galatienne en -189 avant Jésus Christ, propos rapportés par l’historien Tite-Live. Des Galatiens, on sait aussi qu’ils furent victimes d’un véritable génocide conduit par ce même Vulso: près de 2 millions de morts sur une population estimée à 7 millions.

Massacre en Asie mineure

« Ce sont des dégénérés, une race de bâtards, comme leur nom l’indique : Gallogrecs. Tout comme dans le cas des fruits et du bétail, la semence n’est plus assez efficace pour maintenir la souche que la nature du sol et du climat dans lequel ils sont élevés sont en train de changer» aurait justifié le consul Cnaeus Manlius Vulso. Très longtemps après, et sans le savoir, la Place de Jaude, où se dresse la statue du vaillant Gaulois Vercingétorix, évoquerait ainsi la mémoire d’un peuple massacré par ses ennemis romains.

Quand Jaude célèbre l’ASM.

À propos de l'auteur

Marc François

A débuté le métier de journaliste parallèlement sur une radio libre et en presse écrite dans les années 80. Correspondant de plusieurs médias nationaux, rédacteur en chef de l’hebdomadaire Info Magazine (Clermont, Limoges, Allier) pendant 9 ans, il a présidé le Club de la Presse Clermont-Auvergne entre 2009 et 2013. Il est l’initiateur de 7 Jours à Clermont.

Commenter

Cliquez ici pour commenter

Sponsorisé

Les infos dans votre boite