Accueil » Chroniques » Des films de qualité au milieu de la fournaise
Tully.
Chroniques

Des films de qualité au milieu de la fournaise

Dans l'été chaud, quelques long-métrages réussis permettent tout au moins de se rafraîchir l'esprit. Des films à voir sans modération pour peu qu'ils soient encore à l'affiche....

Un grand bravo à tous les clermontois qui ont eu le flair de rester dans notre bonne ville et de passer ce mois chaleureux dans nos salles sombres. Rappelons que la capitale auvergnate dispose d’un nombre de cinémas comparable à celui de métropoles beaucoup plus grandes et, surtout, de neuf salles classées  Art et Essai qui  offrent des films rares en version originales sous titrées. Pour ma part, étant donné la diction calamiteuse de certains acteurs hexagonaux, j’estime qu’il serait judicieux d’appliquer le sous titrage aux films français. Je rappelle que cela a été fait pour « Rodin » où la bouillie sonore émise par les comédiens rendait le film incompréhensible.

Un bijou venu du Danemark

The Guilty.

En vedette, un film danois qui a tout pour nous surprendre. Il s’agit d’un thriller tourné dans un lieu clos, un commissariat, où un policier, de permanence téléphonique, fatigué des appels bidons ou injurieux,  reçoit au téléphone une voix de femme qui l’implore : « Aidez-moi… »… Alors commence un suspense infernal dont on ne verra rien mais qui va nous scotcher à l’écran. The Guilty  est le titre de ce film pas comme les autres où l’acteur, Jakob Cedergren, fait un travail qui mériterait dix oscars. Le metteur en scène Gustav Möller mérite déjà tout notre intérêt. Il sait, en effet, placer judicieusement sa caméra et connait le montage sur le bout des doigts.

Une belle happy-end

On le sait, Jason Reitman est déjà un grand metteur en scène qui nous a déjà donné nombre de films intéressants. Citons pour mémoire  In the air et Juno, un portrait d’ado pas comme les autres. Avec Tully, interprété avec grand talent par Charlize Théron et Mackenzie Davis, il aborde le problème des femmes qui , surmenées par leurs tâches quotidiennes, sont au bord de la la dépression.  Le talent de Reitman est de ne jamais tomber dans le mélo, plutôt de nous faire rire souvent, de nous émouvoir et de nous offrir aussi une belle happy-end. Chapeau l’artiste.

Ant-Man et la guêpe.

Où l’on rit de bon cœur

Un conseil d’ami pour celles et ceux qui broient du noir et souffrent de la canicule, tout en se pinçant le nez lorsque l’on évoque le franchise Marvel, précipitez-vous dans les salles pour déguster  Ant-Man et la guêpe de Peyton Reed…On y rit de bon cœur en suivant les aventures spatio- temporelles de l’homme fourmi qui fourmille de trouvailles hilarantes. L’univers dans lequel on se promène est celui de « La science pour les nuls » mais Paul Rudd, très apprécié par les fans de Judd Apatow, l’auteur de comédies déjantées, y est formidable. Il est accompagné de la superbe Evangeline Lily et il retrouvera aussi Michael Douglas et Michelle Pfeiffer, toujours merveilleuse, sans compter le méchant de la série « Justified » Walter Goggins plus bad guy que jamais…

Avant de vous souhaiter un bon mois d’août, toujours au cinéma, je vous signale aussi un film israëlien d’Eran Riklis :  Le dossier Mona Lisa  à voir en VOD ou en Blue Ray…Il s’agit d’un thriller psychologique avec la sublime actrice iranienne: Golshifteh Farahani. Pour mémoire Eran Riklis est l’auteur d’un très grand film :  Les Citronniers qui est aussi un ardent plaidoyer pour la paix.

Et n’oubliez pas de vous hydrater !!!

À propos de l'auteur

Roger Herzhaft

Roger Herzhaft

Né à Strasbourg, il a exercé la profession d'opticien, passionné depuis toujours par le 7ème Art. Arrivé à Clermont-Ferrand en 1992, il fonde alors le "Cercle des Amis du cinéma" qu'il dirigera jusqu'en 2016,en tant que président. A animé ‌des émissions de télé et radio sur Clermont-Première, Radio Nostalgie et Radio France Bleu Pays d'Auvergne. Il aime en particulier le Western, Hitchcock, Truffaut, Steven Spielberg.

Commenter

Cliquez ici pour commenter

Sponsorisé

Les infos dans votre boite