Accueil » Vie publique » L’École d’Architecture de Clermont entre dans le giron de l’UCA
ENSA Clermont Photo 7 Jours à Clermont
ENSA Clermont Photo 7 Jours à Clermont
Vie publique

L’École d’Architecture de Clermont entre dans le giron de l’UCA

L'École Nationale Supérieure d'Architecture de Clermont est entrée dans le giron de l'Université Clermont Auvergne dans le cadre d'une expérimentation qui va s'étaler jusqu'en 2027. Elle devient ainsi  la 5e école française à se rapprocher d'une Université après Marne-la-Vallée, Grenoble, Lille et Nantes.

En France, 2o écoles nationales supérieures d’architecture sont reconnues par l’État et l’Ordre des architectes. L’architecture étant une des composantes des ICC, industries culturelles et créatives, les ENSA dépendent du Ministère de la Culture, contrairement aux Universités qui sont sous la tutelle du ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation. Cette différence de tutelle induit une indépendance de financement et de gestion pour les écoles parfois au détriment des offres de formations complémentaires ou de la vie étudiante.
L’ENSA de Clermont vient de passer un cap très important en opérant une intégration au sein de l’Université Clermont Auvergne. Elle devient ainsi  la 5e école française à se rapprocher d’une Université après Marne-la-Vallée, Grenoble, Lille et Nantes. Pour l’instant ce rapprochement est un test qui repose sur le statut d’EPE, Établissement Public Expérimental, dont dispose actuellement l’Université de Clermont. Ce n’est qu’à l’issu de ce test qui va s’étaler jusqu’en 2027, que ce rapprochement sera définitif. Les deux structures collaborant déjà depuis plusieurs années, ni le directeur, ni le président ne semblent avoir de doute quant au retour positif.

« Il y a vraiment des compétences à aller chercher au sein de l’Université »

« Cela ne vas fondamentalement changer la vie de l’école » explique son directeur Simon Teyssou. « Nous allons garder nos formation, notre manière d’aborder la question de la discipline de l’architecture, au travers de l’enseignement qui est tout de même très spécifique et qui nous distingue peut-être d’autre disciplines universitaires. Cela ne changera rien pour les cycles Licence et Master, par contre, cela va permettre de développer la dimension recherche qui est un vecteur qui nous a permis d’imaginer l’UMR Ressources, Unité Mixte de Recherche, sous la co-tutelle UCA-Ministère de la Culture. Pour les étudiants qui se destinent plutôt à une trajectoire académique, ce rapprochement est, pour le coup, formidable. » poursuit-il.
L’ENSACF et l’UCA ont déjà des formations communes avec le double diplôme architecture-ingénieur, mais le rapprochement qui va s’opérer au sein de l’Institut LLSH, va permettre une consolidation et le développement de l’offre de formation en lien avec les territoires. « Nous somme convaincus qu’il y a vraiment des compétences à aller chercher au sein de l’Université puisqu’il a des thématiques qui nous intéressent autour de la question des territoires, des ruralités, des petites et moyennes villes des parcs naturels » reprend Simon Teyssou.

L’ENSA conserve sa personnalité morale

« Il n’ y a aucune logique de contrôle dans ce rapprochement » explique Mathias Bernard. « L’ENSA conserve sa personnalité morale avec son propre budget. Par contre l’idée est de pouvoir travailler en amont des votes des budgets sur les projets. Cela permet d’identifier les effets levier, les financement croisés sur des choses que l’on portera en commun.  C’est vraiment cette idée de valoriser les ressources à la fois RH et financières dans deux établissements qui jusqu’à présent étaient différents. Cela permettra d’aller un peu plus loin…. je pense à des recherches de financements, y compris dans le privé. Le fait d’y aller ensemble nous donne une force de percussion plus importante et facilite l’obtention de financements externes » précise le président de l’UCA. Pour Simon Teyssou  la collaboration est l’occasion d’obtenir des financement que l’école, seule,  n’aurait jamais eu.

À propos de l'auteur

Olivier Perrot

Pionnier de la Radio Libre en 1981, Olivier Perrot a été animateur et journaliste notamment sur le réseau Europe 2 avant de devenir responsable communication et événements à la Fnac. Président de Kanti sas, spécialisée dans la communication culturelle, il a décidé de se réinvestir dans l'univers des médias en participant à la création de 7jours à Clermont.

Commenter

Cliquez ici pour commenter

Sponsorisé

Les infos dans votre boite

Sponsorisé