Accueil » Edito » Edouard Philippe, l’impatient Havrais ?
Edito

Edouard Philippe, l’impatient Havrais ?

Publier un livre à un an de l'élection présidentielle est rarement un hasard pour un homme politique. L'ancien locataire de Matignon s'imaginerait-il à L'Elysée dès 2022 ?

Il fut le premier ministre des Gilets Jaunes. Celui de la réforme avortée des retraites et du cafouillage sur les masques épidémiques. Les résultats des enquêtes de popularité montrent pourtant qu’Edouard Philippe est aujourd’hui la personnalité politique préférée des Français. La preuve d’un immense vide ? Ou peut-être qu’il suffit de disparaître pour être apprécié.

Le Maire du Havre s’est mis en réserve de la République. Selon ses propres mots, son seul souhait est « d’alimenter le débat public ». Et le voilà donc, à un an de l’élection présidentielle, qui publie un livre Impressions et lignes claires co-écrit avec son ami Gilles Boyer. Il y fait le récit de ses trois années passées à l’Hôtel Matignon et y livre quelques réflexions sur la façon de gouverner. Le récit devrait, par la suite, être adapté pour une série télévisée…

Un ex très actif

Bizarre timing tout de même que celui de cet ouvrage édité par les éditions Jean-Claude Lattès. Serait-ce une façon habile pour ce haut fonctionnaire de prendre position sans en avoir l’air ? Et que cache en réalité cette volonté de « s’afficher libre tout en demeurant loyal à Emmanuel Macron » comme l’écrit l’hebdomadaire L’Express ?

L’ancien premier ministre fourbirait-il ses armes ? Le voilà, en tous cas, qui lance une association de soutien à son action politique qui est en fait un micro-parti. Et qui déjeune, au Palais du Luxembourg, avec le Président du Sénat, Gérard Larcher. Edouard Philippe rêverait-il en secret de rejouer à sa façon le scénario interprété avec brio par l’actuel Chef de l’Etat en 2017 ? Celui de surgir au dernier moment et de rafler la mise.

Dans l’ombre de Macron

Son atout principal ? Il séduit une partie de l’électorat des Républicains (le parti dont il vient) et est apprécié par les partisans de La République en Marche, un peu décontenancé par la période actuelle. Son handicap ? On le voit mal, tout de même, se présenter face à celui dont il fut trois ans durant le bras droit. Bref , il est coincé aux entournures et tributaire du devenir de son mentor.

Le Macronisme, qui l’a propulsé sur les devants de la scène, est d’abord et avant tout un opportunisme, une « affaire » de réseaux davantage que de convictions. Edouard Philippe, pour sa part, a-t-il un idéal politique ?  Si tel est le cas, il l’a bien caché, jusqu’ici, derrière sa barbe bicolore.

Dessin Jean-Louis Gorce.

 

À propos de l'auteur

Marc François

Marc François

A débuté le métier de journaliste parallèlement sur une radio libre et en presse écrite dans les années 80. Correspondant de plusieurs médias nationaux, rédacteur en chef de l’hebdomadaire Info Magazine (Clermont, Limoges, Allier) pendant 9 ans, il a présidé le Club de la Presse Clermont-Auvergne entre 2009 et 2013. Il est l’initiateur de 7 Jours à Clermont.

2 Commentaires

Cliquez ici pour commenter

  • Un bel article effectivement.
    Maintenant, les politiciens font rarement quelque chose sans avoir un agenda bien précis en tête. Il n’y a qu’à faire le constat de ce qui se passe à Clermont-Ferrand : une opposition quasi-inexistante pendant cinq ans et pourtant elle veut bien faire croire à ses adhérents et lors de rares rassemblements annuels, que la prochaine fois sera la bonne. On voit le résultats…
    Alors, pendant que les plus connus, eux réussissent dans ce tour de force, les autres n’ont que leur égo pour entretenir l’espoir.

Sponsorisé

Les infos dans votre boite