Accueil » Edito » C’est un peu cela, Chamalières…
photo Valentin Uta.
Edito

C’est un peu cela, Chamalières…

Au "bord" de Clermont, Chamalières présente sa personnalité, sa singularité dans le paysage hétéroclite de la métropole. Celles d'une ville calme et attachante mais pas uniforme.

Il y a l’avenue de Royat et ses villas cossues datant de la fin du XIXe siècle. Elle fait la transition, en pente douce, entre Clermont, point névralgique, cœur économique et démographique, poumon commercial de la métropole, et Royat, la cité thermale, riche d’histoire, de fastes passés et d’architecture belle époque. Il y a le quartier de l’église, la rue Lufbéry et ses commerces aguichants, animés, aux vitrines rassurantes. Il y règne une atmosphère de village au sein duquel les gens se connaissent (ou au pire se reconnaissent), se saluent, se serrent les pognes ou se font la bise, discutent le bout de gras. Où l’on fait ses courses paisiblement avant de faire un tour au café du coin à l’heure du petit noir ou du jaune. La mairie n’est pas loin, entourée du parc Montjoly.

Quartier Europe

Il y a le quartier Europe, symbole de l’ambition chamaliéroise. L’une des toutes premières résidences modernes de l’agglomération y fut construite dans les années 70, dotée d’une architecture audacieuse et discutable, en forme de rectangle incurvé. Et tout près l’ancien hôtel de Région, bientôt transformé en pôle médical. Ou encore, sur les hauteurs, ce quartier un peu à l’écart, créé de toute pièce durant la décennie 90, les Hauts de Chamalières, avec des immeubles fascinants qui font irrémédiablement songer à certaines stations de ski alpines, là où la montagne est (encore) belle.

Neuilly clermontois

J’ai habité Chamalières, dans l’avenue Pasteur, qui relie la Banque de France au carrefour de Montjoly, à une époque où les réseaux sociaux n’existaient pas mais où l’on roulait déjà à scooter. Et j’ai apprécié tout à la fois la grande proximité du centre clermontois, je me rendais le pied léger à mon travail, et cette tranquillité de vie très provinciale. Chamalières que l’on qualifie parfois de Neuilly clermontois, sans que la comparaison ne soit tout à fait erronée, n’est pas seulement une ville « rupin », une ville bourgeoise, résidentielle et apaisée. Ou encore  l’ancienne rampe de lancement de Valéry Giscard d’Estaing, à tout jamais le « premier des Chamaliérois ».  C’est un peu de cela, bien-sûr, et pas mal d’autres choses, aussi…

À propos de l'auteur

Marc François

Marc François

A débuté le métier de journaliste parallèlement sur une radio libre et en presse écrite dans les années 80. Correspondant de plusieurs médias nationaux, rédacteur en chef de l’hebdomadaire Info Magazine (Clermont, Limoges, Allier) pendant 9 ans, il a présidé le Club de la Presse Clermont-Auvergne entre 2009 et 2013. Il est l’initiateur de 7 Jours à Clermont.

1 Commentaire

Cliquez ici pour commenter

  • Un ville propre de la verdure partout un patrimoine préservé une vrai mixité sociale ( des gens aisés mais aussi modestes) 15/25 minutes à pied du centre de Clermont. C est devenu le quartier residentiel de Clermont. Une qualité de vie tellement différente de Clermont…

Sponsorisé

Les infos dans votre boite