Accueil » Vie publique » Ceinture maraîchère : Une convention entre Beaumont et l’association Landestini.
Cuzin-Agostini-Landes
Photo 7 jours à Clermont
Vie publique

Ceinture maraîchère : Une convention entre Beaumont et l’association Landestini.

Jean-Paul Cuzin, maire de Beaumont vient de signer une convention avec Landestini, l'association de Fanny Agostini et se son mari Henri Landes. L'objectif est de créer une zone de production maraîchère en zone urbaine et de développer un volet pédagogique.

La ville de Beaumont qui s’est engagée dans une démarche de développement durable a souhaité créer un des éléments de ce qui pourrait devenir, à terme,  une véritable ceinture maraîchère métropolitaine. Sur une zone nommée “La Ronzière”, à proximité du complexe sportif de l’Artière, elle possède un terrain de 17 800 m² en friche qui recèle quelques spécificités comme des murets de pierre, des sources et des arbres fruitiers anciens. Pour transformer ce terrain en zone de production de fruits et légumes, le travail à accomplir est important et nécessite pas mal de temps. L’équipe municipale a donc décidé de s’appuyer sur les compétences de l’Association Landestini et vient de signer une convention d’engagement sur trois années. L’idée est de mettre en place un outil de production et un volet pédagogique destiné à la fois au milieu scolaire et au grand public. L’objectif est d’alimenter rapidement les cantines des deux groupes scolaires beaumontois et les bénéficiaires du CCAS en fruits et légumes, produits dans le respect de l’environnement. Le projet déploie également un volet social puisque le travail sur le terrain sera effectué via des chantiers d’insertion.

L’agriculture à un rôle central

Fanny Agositini, journaliste environnement et son mari franco-américain Henri Landes consultant en développement durable ont créé Landestini en 2019, une organisation à but non lucratif, qui s’est fixé l’objectif  de valoriser  une alimentation saine et une agriculture durable en apprenant comment et pourquoi prendre soin de la biodiversité. “Les villes sont devenues des villes-ventre qui recrachent des déchets” explique la jeune femme née à Beaumont “Nous avons oublié que l’agriculture joue un rôle central et pourtant  il est aussi important de comprendre comment est produit ce que l’on mange que d’apprendre à lire” précise t-elle. “Ce qui nous a motivé dans le projet avec Beaumont que c’est un projet global qui mêle la production et la pédagogie. Nous prévoyons de programmer des actions pédagogiques sur les chaine de production, des visites d’exploitations, des ateliers culinaires sur les conserves, un volet primordial pour varier l’alimentation indépendamment des saisons”. Le projet avec Beaumont est le premier du genre dans lequel s’engage Landestini. L’association, basée en Haute-Loire, travaille déjà au Puy-en-Velay, mais sur un programme moins global.

Voir sur le long terme

Jean-Paul Cuzin souhaite que le projet soit durable et attend beaucoup des actions “mains dans la terre” en milieu scolaire.  Il espère, avec l’équipe pédagogique impliquée dans le dispositif, pouvoir sensibiliser les enfants au contenu de ce qu’ils ont dans leurs assiette, un axe important pour les plus jeunes qui vivent en milieu urbain et sont souvent “déconnectés” de la nature et de ce qu’elle peut produire.
Beaumont, commune d’un peu plus de 4km²  très urbanisée, ne compte que peu de terrains comme celui de “La Ronzière”, il est donc fondamental de l’inscrire dans un contexte métropolitain. Cependant un autre projet pourrait voir le jour a proximité de la Chataigneraie. La Commune possède un terrain, lui aussi en friche, sur lequel subsistent des arbres fruitiers datant d’une époque où la région était une grosse productrice de fruits.  La zone pourrait, à l’avenir, être valorisée et les arbres sauvegardés, permettant ainsi des greffes et donc la réintroduction de variétés anciennes dans les assiettes.

Henri Landes sera présent pour une conférence publique et une évocation du projet sur le site de l’Artière dimanche 19 septembre à 14h30

 

 

 

 

 

À propos de l'auteur

Olivier Perrot

Pionnier de la Radio Libre en 1981, Olivier Perrot a été animateur et journaliste notamment sur le réseau Europe 2 avant de devenir responsable communication et événements à la Fnac. Président de Kanti sas, spécialisée dans la communication culturelle, il a décidé de se réinvestir dans l'univers des médias en participant à la création de 7jours à Clermont.

Commenter

Cliquez ici pour commenter

Sponsorisé

Les infos dans votre boite