Accueil » Chroniques » Borne-out
Photo D.R.
Chroniques

Borne-out

Vous les appelez bornes, potelets, poteaux, bites. Qu’importe ! Ce mobilier urbain fleurit sur nos trottoirs en empoisonnant la vie des automobilistes qui se garent légalement tout en gênant la marche des piétons.

Au départ l’intention était louable. Empêcher les automobilistes qui manquent de civilité de se garer sur les trottoirs réservés aux piétons. Pour être plus précis, disons plutôt réservés aux terrasses de café, panneaux Decaux, bornes EDF, parcmètres et autres abris-bus. Le nombre de bornes fixes ou rétractables, en métal ou en béton, de toutes les formes et de toutes les hauteurs a explosé sur nos trottoirs ces dernières années. En si grand nombre qu’on est poussé à se poser des questions un peu tendancieuses. Est-il normal que les bornes soient aussi nombreuses et aussi rapprochées les unes des autres ?

Dépasser les bornes

Et de se rappeler que la construction en France de 40 000 ronds-points servait également à l’époque à financer certains partis politiques. En serait-il de même avec les bornes ? Un esprit mal attentionné pourrait l’imaginer quant on sait que le prix d’une borne toute bête varie de 75 à 250 euros pour grimper à 1500 pour une rétractable Calculez le prix de revient d’un trottoir ! De nombreuses sociétés spécialisées dans le mobilier urbain se partagent ce marché juteux en pleine expansion.

Au volant de voiture non voyante victime de leurs surfaces vitrées très inclinées encadrées par des montants de plus en plus massifs, le conducteur a du mal à discerner les bornes. Celles-ci offrent un contraste visuel insuffisant puisqu’elles sont de teinte sombre sur fond minéral sombre ou goudron. Il suffit d’observer le nombre de véhicules qui arborent la cicatrice d’une borne encastrée dans leur bouclier ou capot pour s’en rendre compte. Ne serait-il pas intelligent de les peindre de couleur vive ou les entourer d’une bande fluo.

Dangereux aussi pour les piétons

Dans nos villes, de plus en plus les trottoirs sont largement parsemés de plots particulièrement encombrants destinés à empêcher les voitures de se garer. Soit. Mais ses plots sont aussi particulièrement dangereux pour les piétons surtout de nuit. Ce serait avec une joie sans borne qu’on verrait se réduire ce mobilier urbain peu esthétique qui défigure non seulement nos trottoirs mais aussi réduit la liberté des piétons et s’avère dangereux surtout de nuit pour les malvoyants. Parfois le remède est pire que le mal !

À propos de l'auteur

Patrice Vergès

Patrice Vergès

Ancien rédacteur en chef d’Info Magazine, Patrice Vergès a aussi, tout au long de sa carrière journalistique, collaboré pour de très nombreux magazines automobiles. Auteur de 16 livres dont 10 thrillers, il est également chroniqueur radio. En tant que journaliste, aime à se définir comme « un spectateur professionnel ».

Commenter

Cliquez ici pour commenter

Sponsorisé

Les infos dans votre boite