Accueil » Vie publique » La SNCF promet des trains pour les fêtes sur la ligne Clermont-Paris
Train Intercités / Photo 7 Jours à Clermont
Photo 7 Jours à Clermont
Vie publique

La SNCF promet des trains pour les fêtes sur la ligne Clermont-Paris

Des trains pour les fêtes, des tarifs gelés en 2024 et toujours des problèmes : voilà ce qui est ressorti de la dernière réunion du comité de suivi de la liaison ferroviaire Clermont-Paris.

La réunion du comité de suivi de la liaison ferroviaire Clermont-Paris vient de se dérouler à la Préfecture de Clermont en présence (en visio), du ministre chargé des transports, Clément Beaune. Les chiffres présentés sont hélas révélateurs d’une situation qui ne s’est pas vraiment améliorée.
À la fin du mois d’octobre 2023, il était constaté une baisse de la régularité des trains par rapport à la même période de 2022. Fin août, le nombre de trains supprimés était déjà de 38 pour 46 sur la totalité pour l’année précédente. Il y a donc de fortes chances pour que 2023 soit une année record puisqu’actuellement de nombreux trains sont supprimées pour un défaut de maintenance sur le matériel (lire notre article du 07/12/2023). La satisfaction des clients est donc en baisse sur tous les thèmes et la hausse sensible de fréquentation observée en 2022 est désormais ralentie. Il ressort néanmoins de ce comité, que la SNCF fait son possible pour assurer le meilleur service possible, mais avec un manque évident de personnel, y compris dans les ateliers de maintenance et du matériel usé jusqu’à la corde, elle ne peut plus faire de miracle avant l’arrivée des nouvelles rames.

Des trains comme cadeaux de fin d’année

Néanmoins, il convient de retenir de bonnes nouvelles. Pour les fêtes, la SNCF promet une desserte « complète et robuste » avec une renforcement du dispositif de traitement des perturbations. Les annulations devraient donc cesser pour cette fin d’année. Une locomotive de secours va être postée à Nevers en plus de celles basées à Paris et Clermont. En revanche la SNCF ne peut pas intervenir sur les éléments extérieurs… les sangliers continueront donc à traverser les voies au mauvais moment. Les équipes d’entretien de l’environnement vont néanmoins travailler à un rythme plus soutenu. Clément Beaune de son côté a rappelé le gel des tarifs pour 2024, « pour prendre en compte la situation difficile de ces trains ».

Et après 2026 ?

L’après 2026, c’est à dire après la régénération de la ligne et la mise en service des nouvelles rames, a également été évoqué durant ce comité. L’association Objectif Capitales demande à ce que l’étude visant à l’amélioration du service débute dès le printemps prochain dans le cadre du contrat de plan État-Région. La SNCF penche pour un renforcement des caténaires ce qui permettrait de retrouver des portions à 200 km/h et par conséquent une liaison à 2h45 sans trop de frais. L’association des Usagers se désole de son côté que l’on cherche toujours des solutions au rabais pour l’Auvergne et maintient sa demande pour une liaison en 2h30, s’appuyant sur sa pétition qui a dépassé les 11 600 signataires. Sa porte-parole, Stéphanie Picard attend toujours une réponse à la lettre collective (7 associations) envoyée au président Macron.

À propos de l'auteur

Olivier Perrot

Pionnier de la Radio Libre en 1981, Olivier Perrot a été animateur et journaliste notamment sur le réseau Europe 2 avant de devenir responsable communication et événements à la Fnac. Président de Kanti sas, spécialisée dans la communication culturelle, il a décidé de se réinvestir dans l'univers des médias en participant à la création de 7jours à Clermont.

Commenter

Cliquez ici pour commenter

Sponsorisé

Les infos dans votre boite

Sponsorisé