Accueil » Culture » La Petite Gaillarde trace son sillon
"Quel est ce bruit?" est joué aujourd'hui à la Petite Gaillarde- photo Marie-Laure Vye.
Culture Vendredi

La Petite Gaillarde trace son sillon

Ce vendredi la Compagnie Poppins présente « Quel est ce bruit ? » à la Petite Gaillarde. Un spectacle de théâtre pour les enfants de 0 à 6 ans. Avec déjà 20 saisons au compteur, la Petite Gaillarde s’est imposée comme un lieu de diffusion incontournable à Clermont-Ferrand. Gérée par l’association Peuple et Culture, elle mise avant tout sur le jeune public pour remplir sa salle.

Une salle qui se veut un tremplin

La belle aventure de la Petite Gaillarde a démarré en septembre 1998. Auparavant, de 1983 à 1994, le Petit Vélo occupait ces locaux du 9 rue Abbé Banier. L’association Peuple et Culture, association d’éducation populaire, gère Le Comptoir des sons et la Petite Gaillarde et propose des rencontres interculturelles de jeunes. La salle de la Petite Gaillarde appartient à la Ville de Clermont-Ferrand, et la mairie met le lieu à disposition de Peuple et Culture et lui donne également des subventions. Jean-François Perrier, directeur de l’association Peuple et Culture, explique : “C’est un petit lieu qui peut accueillir des spectacles de petite forme, pour des amateurs confirmés ou des semi-professionnels. Une sorte de tremplin vers d’autres lieux de diffusion plus classiques”. La salle est de plain pied, gradinée et offre une capacité de 130 places. Grâce à sa configuration et sa petite jauge, la Petite Gaillarde offre aux spectateurs et aux artistes, proximité et intimité, éléments qui en font sa spécificité et sont propices aux échanges. Côté programmation, la Petite Gaillard est résolument un lieu à part. “Les troupes ou les groupes viennent nous solliciter et nous offrons l’espace sous la forme d’une location. Une date est à 130 euros, deux dates consécutives sont à 200 euros. On se réserve le droit de refuser des esthétiques qui ne correspondent pas au lieu. Par exemple on refuserait un concert de trash car le lieu ne s’y prête pas” confie Jean-François Perrier.

Une programmation jeune public prisée

Plutôt que le trash, la Petite Gaillarde mise avant tout sur le jeune public.Avec des dates à la Toussaint, à Noël et surtout en février pour le Petit Festival, la salle fait le plein. Avec Le Petit Festival, la salle propose une semaine dédiée au jeune public : 5 jours de programmation de spectacles pour enfants, 2 spectacles le matin et 2 l’après-midi. Cette année le festival fêtera sa sixième édition. Cette programmation dédiée aux enfants satisfait pleinement Jean-François Perrier : “ Notre action auprès du jeune public, fait quasiment salle comble à chaque représentation, ça représente la moitié de notre public de l’année, soit 3000 spectateurs sur les 6000 annuels”. Chaque année, le rythme de croisière de la salle est de 75 représentations, pour 50 à 55 spectacles programmés. Des petits nouveaux font leur apparition chaque année et de nombreux fidèles reviennent  comme Florence Feydel,  Lez’arts vivants, Nemetum théâtre et Arsenic théâtre. Seule ombre au tableau : l’assise, “douloureuse” de l’aveu de Jean-François Perrier. Des travaux sont prévus pour la saison 2018-2019 et devraient enfin y remédier.

« Quel est ce bruit », vendredi 6 novembre à la Petite Gaillarde, 9 rue abbé Banier à Clermont-Ferrand. Contact :  04 73 36 05 36

À propos de l'auteur

Catherine Lopes

Catherine Lopes

Journaliste diplômée de l’Ecole de Journalisme et de Communication de Marseille, Catherine arrive en Auvergne en 2006 et fait ses armes sur Clermont Première. Après plusieurs années de collaboration,  elle découvre ensuite le monde de la pige et travaille pour plusieurs sociétés de production. Elle écrit aussi pour le web et fait de la radio. Véritable touche à tout, Catherine aime avant tout raconter des histoires.

Commenter

Cliquez ici pour commenter

Sponsorisé

Les infos dans votre boite