Accueil » Chroniques » Pas de blues pour le businessman
Davit Zirakashvili au bureau...
Chroniques Rencontre

Pas de blues pour le businessman

Désormais retraité des feuilles de matchs, Davit Zirakashvili, dit Dato, n’a pas attendu qu’un méchant virus vienne rebattre les cartes du rugby pro pour organiser sa reconversion. Son escapade rochelaise comme pigiste-consultant auprès de la mêlée maritime ne l’éloignera pas de ses affaires. D’autant qu’en fin de bouche, les Marennes-Oléron distillent un petit arôme de noisette.

Particulièrement riche en lipides, la noisette est un fruit très énergétique. Du côté de Rustavi où il est né en octobre 1983, il se murmure que, tout petit, le jeune Davit serait tombé dans une marmite où reposait la pâte onctueuse de cette aveline.

Les vertus de la noisette  

Photo D.R.

Pas étonnant qu’il devint plus tard l’un des meilleurs piliers droits de la sphère mondiale du rugby. Pas étonnant non plus que les saveurs lui soient un jour remontées au nez pour se lancer dans le commerce de la noisette entre sa Géorgie natale et sa France adoptive.

Frontalier de la Turquie, premier producteur mondial, et tout proche de l’Azerbaïdjan qui fait partie des principaux fournisseurs avec l’Italie et les USA, le terroir géorgien de la noisette n’était pas suffisamment valorisé jusqu’à ce que Dato imagine un contrat de confiance. « On est allé voir les producteurs en leur garantissant des prix d’achat pour un produit de qualité. Le conditionnement en gros et demi-gros se fait sur place en Géorgie »

La noisette dans tous ses états, brute de coque, décortiquée, en farine ou en pâte, c’est le bizness de ‘’Ziraka France’’ basé à Clermont. Dato et son associé Alain Néron développent aussi un produit consommateur en sachets conditionnés à Montbrison, à destination des commerces et de la vente en ligne.

Au fil de seize saisons passées en jaune et bleu et sachant que le poste de pilier droit est loin d’être le plus mal rémunéré dans le rugby pro, l’homme aurait pu tomber dans la facilité d’une certaine aisance. Mais que nenni !

Photo D.R.

La stratégie de l’écureuil

Entre cigale et fourmi, Dato s’est plutôt révélé du genre écureuil, celui qui ne place pas ses noisettes dans une seul cache afin d’être sûr de s’y retrouver lorsque la bise sera venue. « Je me pose des questions sur l’avenir de beaucoup de joueurs qui ne savent pas ce qui les attend lorsqu’ils sortiront du rugby ! »

A côté des noisettes, c’est dans son berceau de Rustavi où, dit-il « les mecs veulent toujours avoir leur bagnole impeccable », qu’il réalisa en 2010, année sacrée du Bouclier, son premier gros investissement. Un complexe commercial voué à l’automobile «…et à l’automobiliste auquel on propose de vrais services d’accueil ! ». Sur place, c’est son frère George qui gère la structure.

« En 2010 j’avais un peu plus de 26 ans, c’est l’âge auquel il faut vraiment réfléchir à la suite et commencer à sortir de la bulle (confortable) du rugby pour se frotter aux réalités du monde de l’économie». Sachant, bien sûr, que l’équilibre est fragile entre les exigences du sport pro et un investissement dans la vraie vie en parallèle. Mais les terribles conséquences économiques de la crise du Covid mettent aujourd’hui en exergue cette raisonnable nécessité d’une pluriactivité.

Ex international parisien, directeur général du Stade Français, Thomas Lombard ne pense pas autrement lorsqu’il cible les jeunes joueurs: « Aujourd’hui, si tu veux faire autre chose que du rugby, c’est que tu n’es pas normal. Dans l’esprit des joueurs, c’est une façon d’optimiser leur contrat. Seulement, jouer au rugby, ça n’est pas optimiser sa vie ! » (1)

Balle ovale et homme carré 

Au Stade Marcel-Michelin- photo Yves Meunier.

La vie est affaire de conviction et de caractère, ce dont Dato ne manque pas. Après l’automobile et les noisettes, et avec un pied dans l’immobilier via sa société D3, il est entré sur le marché (en expansion) de la sécurité partant du principe affirmé qu’il faut être bien entouré et s’appuyer sur des compétences. Conseillé par son associé des noisettes Alain Néron, il crée donc ‘’LeloZ-Sécurité’’ (2) au début de l’année 2019 avant d’acheter la société APV spécialisée dans la protection des grosses entreprises et du système bancaire.

Et ce n’est pas terminé. Outre la toute récente acquisition de l’entreprise du bâtiment ‘’IB Electrique’’, l’éclectique Dato est en train de mûrir d’autres projets clermontois. Mais, chut !

Fort de son expérience, nanti de deux Brennus et deux Challenges Européens, il peut donc se permettre de réitérer le conseil aux jeunes joueurs de « sortir sans attendre de leur bulle pour aller en entreprise s’immerger dans le monde du travail ».

Parce que prétendre comparer une équipe de rugby avec une entreprise… « Non, rien de rien, ça n’a rien à voir ! » 

16 ans en jaune et bleu- photo asm-rugby..

La face cachée

Père de cinq filles dont il est fier, Davit Zirakashvili cache une certaine pudeur et une humilité teintées de méfiance. Si l’on évoque son absence récurrente aux interviews d’après-match il répond sans sourciller : « je n’ai pas envie de parler pour ne rien dire, pas envie d’être politiquement correct ! » Bon, forcément…

Cela dit, l’homme n’est avare ni de ses mots ni de spontanéité lorsque le stylo est posé et le micro fermé. Tout ce qui fait l’actualité politique, économique ou sociétale, est passé en revue sans concession et avec lucidité. Mais, chut !

Naturalisé français depuis 2009, cent pour cent Auvergnat et malgré tout cent pour cent Géorgien, Dato est intarissable sur le sujet du patrimoine viticole : « Les cépages français rayonnent dans le monde entier mais à côté de ça, (clin d’œil) il y a 530 cépages en Géorgie où le vin a 8000 ans d’histoire ! »

L’œil pétille encore en évoquant d’autres stars de là-bas : les lutteurs, couverts de médailles planétaires où encore cette pianiste dont le nom éclaire d’un sourire entendu la barbe noire de Dato : « Kathia Buniatishvili ? C’est une star mondiale, pas seulement nationale ! » Assurément aussi plaisante à l’œil qu’à l’oreille, la radieuse ‘’Beyoncé du clavier’’. Et pour boucler avec le rugby, que pense-t-il de cette mode des joueurs qui annoncent prématurément leur retraite internationale ? « …Laisser sa place aux jeunes, il n’y a rien de plus naturel ! Mais refuser le maillot de sa nation quand on n’a pas trente ans, je ne comprends pas ! Jamais je n’aurais fait ça, non !

Autre temps, autres valeurs sans doute.

Sous le maillot des Lelos- photo asm-rugby.

(1) Midi Olympique 1/06/200

(2) En Géorgie Lelo fait référence au jeu qui fut l’ancêtre local du rugby et à l’équipe nationale, les ‘’Lelos’’ avec laquelle Dato compte 53 sélections et 3 Coupes du Monde.

À propos de l'auteur

Yves Meunier

Yves Meunier

Bourbonnais originaire de Gannat où il s’est essayé au rugby sous le maillot de l’ASG pendant une douzaine d’années. Diplômé d’Etudes Supérieures en Sciences Economiques à l’Université de Clermont. Journaliste à France3 Région de 1972 à 2007. Aujourd’hui impliqué avec des amis dans une aventure viticole du côté de Saint-Emilion et toujours en prise avec le sport auvergnat au sein de l’Union des Journalistes de Sports en France.

Commenter

Cliquez ici pour commenter

Sponsorisé

Les infos dans votre boite