Accueil » Vie publique » Olivier Bianchi répond à ceux qui sont en boucle sur le ring et les travaux
Olivier Bianchi / Photo Eloïse Gerenton
Photo Eloïse Gerenton
Vie publique

Olivier Bianchi répond à ceux qui sont en boucle sur le ring et les travaux

Les nombreux chantiers actuels bouleversent les habitudes et la vie clermontoise et ce n'est pas fini... loin s'en faut. Coincés derrière leur volant des usagers se montrent très critiques envers la politique métropolitaine mise en œuvre en matière de transports. Maire et président de la Métropole, Olivier Bianchi l'assume parfaitement, comprend l'agacement et apporte régulièrement des éléments de réponse et de compréhension.

Sans jouer Madame Irma, on peut prédire pas mal de difficultés pour circuler dans Clermont, ce lundi 4 septembre, jour de rentrée scolaire et professionnelle. Depuis plusieurs semaines, le nombre de chantiers dans la ville a considérablement augmenté. Extension des réseaux de chaleur, entretien impérieux du viaduc Saint-Jacques, travaux préparatoires pour InspiRe, modification d’axes majeurs pour un nouveau plan de circulation… les zones pointées en rouge sont nombreuses et vont clairement impacter la vie clermontoise pour les mois à venir.
La politique mis en œuvre par Olivier Bianchi et l’équipe municipale, mais aussi le calendrier et la cadence des travaux, font l’objet de critiques régulières et véhémentes. Dans la capitale du pneu, quiconque ose toucher à la voiture se retrouve forcement cloué au pilori. Le maire le sait, il s’attend à être la cible d’attaques régulières mais assume totalement sa politique et réaffirme qu’il est plus efficace de tout faire en une seule fois que d’étaler les interventions dans le temps.

Travaux : les réponses d’Olivier Bianchi en 5 grands thèmes

La voiture dans la ville
O.B  : La voiture c’est le totem du XXe siècle. Nos villes, nos civilisation se sont faites la dessus. Je comprends bien que chaque fois que l’on touche à un totem érigé depuis plus d’un siècle c’est très compliqué. Mais objectivement, si l’on compare le nombre de véhicules circulant dans la ville il y a 20 ans, et celui d’aujourd’hui, on se rend compte que si nous faisons rien, on aura beau maintenir des 3 voies qui rentrent jusqu’au cœur de ville, elles seront de toutes façons embolisées tôt ou tard.

Ne plus traverser l’hyper centre
O.B : La question est donc de changer de paradigme. Passer à Delille ou à Gaillard pour aller du Nord au Sud ou d’Est en Ouest est une aberration. Alors c’est très simple, on dit que l’on ne traverse plus l’hyper centre ville. Cela ne fait dans aucune grande ville de France. Par contre, j’habite quartier Clemenceau, j’aurai toujours besoin de ma voiture quand je me déplace ou que je rentre de vacances. Il y aura toujours des parkings, on pourra toujours aller au Carré Jaude 2 en voiture, les parkings ne seront pas supprimés. Donc pour atteindre une destination, on pourra toujours y aller, mais sans traverser le centre. C’est pour cela que l’on crée le ring. Il se met en place la où il y avait 1 fois deux voies ce qui imposait de traverser le centre pour aller plus vite. Avec le ring, que l’on soit riverain ou que l’on arrive d’une autre commune, on pourra se rendre plus vite au point de destination choisie sans entrer dans le centre, sauf sur les 500 derniers mètres. C’est aussi bête que que ça.

Comprendre les changements
O. B  : C’est une révolution et je demande à tous ceux qui ont peur, de la regarder et de la comprendre. On est pas allé cherché bien loin. 80% des grandes villes européennes qui ont banni la traversée de leur centre par la voiture ont adopté le principe du ring. Ce n’est pas un hasard si on a fait trois voies sur l’autoroute avec APRR. Dans notre vieille histoire, quand on arrivait de Cournon en passant par l’incinérateur, de Lempdes ou Pont-du-Château, on s’engouffrait par Edouard Michelin et on était déjà à la Gare, avenue d’Italie quasiment au pied de la Butte… Cela ne peut plus fonctionner. Donc on a fait trois voies sur l’autoroute que l’on emprunte sans passer par le centre et on rentre dans Clermont au moment où on approche le plus du point de destination. Il y a aura aussi les alternatives avec les bus, le tramway et les vélos. Pour les résidents de la 4e couronne, hors métropole, par exemple Les Martres-de- Veyre ou Saint-Saturnin, j’ai bien conscience que quand on a pas de train, et là c’est un problème régional, on est obligé de prendre sa voiture… Par contre, pourquoi les Clermontois et leurs enfants devraient être en proie aux maladies respiratoires chroniques, simplement parce que ces habitants qui ont une vraie campagne quand ils rentrent chez eux le soir, polluent nos rues ?

Communiquer
O.B : Je pense même qu’il faudra  encore améliorer la communication 6 mois avant la fin des travaux. On a eu un premier test sur les Carmes… il y avait des commerçants qui étaient très remontés. On les a vu, ils ont été indemnisés et j’aimerai bien que les journalistes retournent les voir un an après pour savoir ce qu’ils disent aujourd’hui. Les chiffres d’affaires, nous les avons, on peut juger l’impact, alors c’est bon ! Quand on rénove, quand on fait une ville neuve, quand on améliore les choses, on a toujours des progrès à faire en communication. Nous allons lancer une nouvelle campagne pour réexpliquer et je pense que je referai une campagne dans quelques mois disant à quoi vont servir les désagréments subis. L’une des réponses c’est de proposer aux gens de se projeter dans quelque chose, car aujourd’hui ils ne vivent, et je le comprends, que des emmerdements.

Critiques
O. B : Il y a plusieurs niveaux de critique : Il y a des gens qui ne sont pas d’accord avec ce modèle de ville apaisée et partagée. Je pense que leur liberté individuelle d’utiliser leur voiture tout seul pour faire moins de 4 kilomètres et plus fondamentale que tout. C’est un débat de conviction. On est pas d’accord, je respecte, je pense qu’ils ont tort, ils pensent que j’ai tort aussi… l’avenir dira qui avait raison.
Il y a une deuxième catégorie de critiques, celle du râleur quotidien, une attitude que moi même je peux avoir, dans mes propres déplacements. Tout d’un coup, je suis pressé, je veux arriver à un endroit, je suis bloqué par un feu rouge, j’attends trop longtemps, il y a 10 minutes de bouchon… je suis excédé. On est tous comme ça et c’est légitime. Il faut mettre du liant, comprendre les désagréments. J’invite tous ces gens à circuler à Lyon ou à Toulouse que l’on trouve géniale même si plus personne ne traverse la place du capitole en bagnole, à comparer avec les bouchons clermontois.

Dialogue
O. B : Dans  la seconde catégorie, il y ceux qui permettent d’apporter des petites améliorations. On a recruté des médiateurs sur tous les chantiers, il faut aller les voir, ils portent une chasuble spécifique. On peut avoir oublié de prévenir un commerçant quand on fait un trou devant son commerce, il faut réagir et poser une plaque de fonte… ce n’est pas le maire qui décide de cela mais on est au plus près. J’écoute, je lis toutes ces choses, je vis moi même les désagréments comme à Delille ou Cours Sablon où les feux durent 15 secondes parce qu’on les a trop lié aux feux des bus. Je ne suis pas idiot, je vois que ça ne marche pas et je dis aux équipes qu’ils faut remettre ces feux dans une configuration acceptable.

Diffamation
O.B : Il y a une troisième catégorie de gens qui critiquent, ceux-là je ne les supporte pas, les deux autres je les respecte. Il y a des gens haineux, dans l’esprit du temps, qui profitent de ça pour déverser un anti-intellectualisme, une position antipolitique… les hommes politiques seraient tous des salauds, on serait tous des vendus, on s’engraisserait en faisant référence à mon physique. Ce sont des gens qui sont dans la calomnie et dans la diffamation. Souvent, je visite leur comptes personnels et je trouve deux fois sur trois des gens d’extrême droite, des antivax, des gens avec qui la rupture démocratique est consommée depuis bien longtemps. Ils ne me feront pas changer d’avis, mais je leur dis, soyez dans le débat public correctement, ne soyez pas dans l’invective et l’insulte. Sinon, j’irai au tribunal à chaque fois qu’il y aura diffamation, ou à chaque fois que je serai attaqué pour mon physique. À 53 ans cela fait longtemps que je vis avec ce physique, j’y suis habitué donc cela ne me blesse pas, mais je pense que l’on ne doit pas accepter que l’agora publique devienne le lieu où tout est dit sans filtres. Je ne dis pas à ces gens là qu’ils sont chauves, aveugles, gros, maigres petits ou idiots.

À propos de l'auteur

Olivier Perrot

Pionnier de la Radio Libre en 1981, Olivier Perrot a été animateur et journaliste notamment sur le réseau Europe 2 avant de devenir responsable communication et événements à la Fnac. Président de Kanti sas, spécialisée dans la communication culturelle, il a décidé de se réinvestir dans l'univers des médias en participant à la création de 7jours à Clermont.

13 Commentaires

Cliquez ici pour commenter

  • Monsieur Bianchi,
    Toutes les personnes qui habitent à la « campagne » (4 eme couronne), à l’air pur, apprecieront d’apprendre qu’elles viennent polluer « vos rues » !!!
    J’habite à « l’air pur’ et mon épouse infirmière au CHU vient tous les jours (travail de nuit) prendre soin des TOUS les malades, quelque que soit leur couronne…et doit malheureusement prendre sa voiture pour polluer vos rues…

  • Serait était mieux de faire plus de ligne de trawnay commencera ce fait a.lyon , Strasbourg etc à Clermont Ferrand avec ce maire et de faire n’importe quoi.

  • Monsieur le Maire, J’habite à Clermont, dans un immeuble ancien, sans parking privé ou collectif pour y stationner ma voiture, le stationnement résidentiel m’est indispensable – Je n’ai plus l’âge ni la santé pour me percher sur un vélo ou une trottinette – La disparition du stationnement résidentiel, ne serait-ce que partielle, est une inquiétude et déjà un problème. Les rues Gerbert/Jalifier, par ex., ont vu les 2/3 du stationnement résidentiel disparaître cet été (idem une autre rue à proximité), si cela donne le ton de votre politique en ce domaine, il y a de quoi s’inquiéter ! Le changement, c’est une chose…. mais pas au mépris/détriment des besoins des habitants. C’est la rentrée, les étudiants vont arriver, arrivent déjà, que va-t-il se passer ? Plus assez de places au regard des besoins, mettant la pression sur les plus modestes, eux les grands perdants de…. : Place au vélo, Haro sur les voitures (et leur stationnement) – Place donc aux seuls …jeunes et bien portant (dans votre communication « image » il n’y a que ça) – Je n’entre pas dans cette catégorie. J’ai lu votre interview, je n’ai pas trouvé un mot sur cette question – qui ne concerne pas tout le monde – mais qui concerne beaucoup de gens – Les plus modestes, Monsieur le Maire, ceux qui devraient être les derniers des oubliés, les voilà les premiers oubliés ! La tension va monter, les pauvres vont se battre entre eux…. pour une place de stationnement, ça klaxonne déjà beaucoup. Délicate façon de leur dire d’aller voir ailleurs – ce qu’ils peuvent ou ne peuvent pas…- Que dire si ce n’est que c’est une politique qui sacrifie une catégorie de la population, avec ses besoins non pris en compte, biffés, car tout le monde n’est pas également armé pour faire face à un changement à marché forcée, rouleau compresseur qui ne fait pas dans le détail, et le Détail c’est Sieurs et Dames…modestes, sans alternatives, pris à la gorge. La cible facile – Taiseuse/Silencieuse -Habituée à subir – C’est ainsi, Monsieur le Maire, que je redoute le temps qui vient….en quête d’alternative….que je n’ai pas. Et pas que moi. Bonne journée, Monsieur le Maire.

  • Votre politique de circulation me touche modérément, hors déplacements professionnels je travaille depuis chez moi et avant d’abandonner mon bureau aux Cézeaux j’y allais à pied.

    Cependant je pense qu’il y a un monde entre « réduire la place de la voiture en ville » et « emm … les gens pour y arriver » et c’est l’impression que vous donnez. Monsieur le Maire j’ai peur que votre politique fabrique des électeurs du RN en quantité industrielle, ce qui m’effraie. De plus comparer l’autoroute à un « Ring » relève de l’enfumage. Quelques exemples :
    – Deux voies de bus bd Pasteur vers la gare routière, ça sert à quoi ?
    – L’intersection bd Lafayette-bd Cote Blatin, pourquoi avoir réglé les feux de façon à ce que 4 voitures passent (au mieux), la configuration n’a pas énormément changé et vous avez transformé le carrefour en catastrophe, à ce que je sache on est encore loin du centre et donc des parkings pour y accéder, sans même parler de traverser la ville.
    – Pourquoi avoir mis le bd Lafayette le long du jardin Lecoq à double sens, il n’y a personne dans le nouveau sens ?
    – Intersection bd Lafayette-bd Bingen dans la direction avenue des Landais : c’est bien d’avoir mis une piste cyclable sauf qu’en faisant ça vous avez réduit la place alors que le feu n’est pas au vert au même moment pour aller tout droit et tourner à gauche, d’où un embouteillage même hors heures de pointe, et ce pour sortir de la ville, assez loin du centre !
    – Les fréquences de tram le Samedi étaient jusqu’en Juin risibles, on se retrouvait systématiquement dans un tram bondé à force d’attendre. J’espère que ça va changer.
    – etc …

    Je pense que votre affirmation comme quoi la pollution va être réduite mériterait une étude plus sérieuse pour ne pas être qualifiée de gratuite, avec toutes ces voitures à l’arrêt, dont la majorité n’est ni électrique, ni, équipée de stop and start les riverains sont mal partis. Vu qu’en plus le système de mesure de pollution vers chez moi est en panne les 3/4 du temps … Enfin le vélo dans vos embouteillages c’est très moyen, Clermont est une ville à collines et faire l’effort dans les montées derrière un bus ou dans le traffic à l’arrêt c’est moyen, sachant qu’un vélo à assistance c’est pas donné le progrès est faible.

    J’ajoute que l’écologie punitive ça ne marche pas. De plus vous pénalisez les plus pauvres qui doivent traverser la ville pour aller travailler, parfois à des heures où les bus ou trams sont rares et qui n’ont pas les moyens de s’acheter un scooter électrique.

  • Je comprends pas comment on peut espérer avec le plan de circulation prévu absorber le flot de véhicules « qui n ont pas le choix ».
    Plutot que de brider les boulevards clermontois, Il aurait été tellement plus sain, de fluidifier la circulation automobile pour limiter la pollution et d installer des pistes cyclables et les bus sur les rues adjacentes
    A force de suppression de liberté, je crains que les gens vont déserter la ville.
    Franchement cette idéologie me désole.

  • Je suis assez d’accord avec M. Bianchi et les commentaires sous cet article lui donnent malheureusement raison. Les gens ne peuvent s’empêcher de tout ramener à leur situation personnelle, forcément au niveau micro, alors que les politiques publiques se décident au niveau macro.

    De plus, toujours déclarer que se déplacer autrement qu’en voiture n’est pas possible, en donnant des contre-exemples qui ne concernent qu’une minorité, est une imposture intellectuelle. La plupart des automobilistes ne sont pas handicapés/âgés/habitant à 25kms. La plupart des automobilistes pourraient avoir une solution alternative à la voiture pour se déplacer en ville sur la majorité de leurs trajets, mais comme cela nécessite un peu d’organisation et bouscule leurs petites habitudes, ils choisissent la solution de facilité qu’était la voiture jusqu’à présent. Mais les trente glorieuses, c’est terminé !

    Je précise que je n’habite pas Clermont Métropole, plutôt en 2ème couronne (8kms) mais je travaille en centre-ville de Clermont et ne me déplace qu’à vélo (VAE) avec beaucoup de facilité, même si tout n’est pas rose dans la politique cyclable de la métropole, bien évidemment.

  • Vous ;
    : . Par contre, j’habite quartier Clemenceau, j’aurai toujours besoin de ma voiture quand je me déplace ou que je rentre de vacances. Il y aura toujours des parkings, on pourra toujours aller au Carré Jaude 2 en voiture, les parkings ne seront pas supprimés.
    Donc les transports alternatifs vélo,tram,bus c’est pour les autres .vous c’est en voiture
    Pour les habitants de la métropole ,qui éventuellement pouvant traverser le ring avec difficulté.ex BD Lafayette 20 mn pour aller à pyramide depuis le carrefour partie plate venant de Perignat. Et sans pouvoir se garer vous dites allez dans le parking privé centre jaude et payez le prix fort
    Pour un maire dit de gauche bravo pour le social

    Les habitants habitant les communes de la couronne sont des contributeurs à l’économie ,de la ville , au chiffre d’affaire des commerçants , aux entreprises situées en ville et ne sont pas que des pollueurs . Propos presque diffamatoires
    Ne me taxez pas d’extrême droite ou je suis de gauche et le resterai mais dans une démarche écologique non punitive pour le citoyen

  • « La question est donc de changer de paradigme. C’est aussi bête que que ça. »
    Tout est dit quand on condense les sophismes de Monsieur le Maire, qui nous oblige, en bon démocrate, à changer de « paradigme » : quelle hauteur de vue, il veut imprimer sa marque dans la ville mais va provoquer la dévitalisation commerciale du Centre-Ville : allez voir d’ores et déjà le Carré-Jaude, II qu’on « pourra toujours atteindre sans traverser le centre-ville! » C’est aussi bête que cela, on y avait pas pensé. Il faut des esprits forts pour gouverner.
    Et puis, si on repousse les voitures sur le « Ring » (on est pas à Vienne, Autriche), quelle joie pour tous les riverains de ce nouveau Ring hyper-encombré, avec des entrées-sorties d’immeubles tous les 10 mètres. Au passage ce fameux ring n’est pas desservi par aucun transport en commun, à la différence de Vienne, vraie capitale de la Culture, elle!
    Au fond, le « paradigme » est peut-être une ambition démesurée pour un maire qui ne doit pas prendre souvent son vélo, et qui a la chance d’être véhiculée, qui peine à comprendre les « désagréments passagers » des habitants, ignorants des grandes causes du siècle. L’argent dépensé pour satisfaire quelques uns aurait mieux fait d’être placé sur une seconde ligne de tram, sur le « Ring », et passant à la gare SNCF et son magnifique « hub ». Pathétique…
    Qui va payer les pots cassés dans quelques années?

  • Je crois que certaines personnes n’ont aucune connaissance ni géographique ni d’urbanisme! Moi ce qui m’énerve est qu’aujourd’hui on ne se soucie pas des personnes âgées et handicapées, Ayant eu contact avec la chargée de l’urbanisme de Clermont elle n’a vraiment pas toutes les qualifications et il faut lui apprendre son métier !!!! Demandez aux habitants du centre ville du calvaire vécu pour quoi franchement je plains les propriétaires qui vont payer les travaux. On parle aussi des conséquences et de l’argent que va coûter la rénovation des bâtiments dégradés avec les travaux. A mon avis il va y en avoir des experts de la préfecture quand je vois dans l’état où on habitait et les fissures qu’il y avait à cause des travaux.
    Le maire se pose la question lorsqu’il voit entre 2017 et 2020 sa population diminuait de moitié ??
    Franchement c’est la pire ville que j’ai connu dans toute ma vie
    Mon avis est celle d’une personne diplômée de géographie et de chef de projet sur Paris. Je fais un boulot comme ça je perd ma place en sachant que toute modification sur Paris demande une autorisation…
    Parce qu’on est pas d’accord on est haineux parfait Clermont est devenu une ville fantôme remettez vous en question et ne croyez pas que vous ayez la science infuse… en même temps si ça vous donne bonne conscience et des excuses … ( vous comparez des villes qui n’ont rien à voir )

  • Monsieur le maire bonsoir,
    Je suis résident et donc riverain du Bd Cote Blatin et comme beaucoup dans un immeuble d’après guerre qui ne possède pas de stationnement dédié.
    Je ne suis pas foncièrement contre le réaménagement des voies et sens de circulation mais si vos services sont les mêmes qui lors de la création des voies de tram ont oublié la desserte de la gare SNCF je m’interroge !!!!!
    Pour en revenir au stationnement résidentiel, pourquoi avoir changé le système de carte et de ticket qui avait l’avantage de ne faire payer que les jours ou l’on utilise réellement le domaine public.!!!
    Je sais bien que vous avez besoin de financement mais payer un forfait de plus de 200€ pour des jours non utilisés (vacances, we, ou autres) je pense que l’on n’est pas loin de l’abus de pouvoir voir du racket surtout que vous n’assurez pas le service puisque tous les stationnements ( ou presque ) sont supprimés !!!!
    J’ai aussi quelques doutes sur la qualité des travaux réalisés : je pense que d’ici quelques mois après la livraison des aménagements les « taupes « seront de nouveau en action ..
    Petite question subsidiaire, comment vont faire les déménageurs avec la voie 2 roues et le bd à double sens : bouchon assuré !!!!
    Merci de vos réponses.
    Salutations distingués
    Laurent

Sponsorisé

Les infos dans votre boite

Sponsorisé