Accueil » Lundi » L’inlassable quête de Traces de Vies
"Demain l'usine" de Clara Teper.
Culture Lundi

L’inlassable quête de Traces de Vies

Le Festival du film documentaire donne à voir et à s'interroger sur le monde qui nous entoure. L'édition 2017 se déroulera du 27 novembre au 3 décembre.

« Traces de vies » offre, chaque automne, des regards sur le monde contemporain. Véritable carrefour du cinéma documentaire international, le festival, organisé par l’ISTRA (Institut du Travail Social de la Région Auvergne) poursuit son inlassable quête d’images, de perspectives, d’analyse aussi face à une société complexe et en évolution permanente. A l’image même des techniques cinématographiques. L’édition 2017 aura lieu du 27 novembre au 3 décembre avec pour épicentre la Maison de la Culture de Clermont. La manifestation, toutefois, essaimera dans différents lieux de l’agglomération (Fac des Lettres, Ecole de droit, ESC Clermont, Musée Bargoin, Médiathèques de Jaude, de Cournon, de Blanzat, amphithéâtre Michel-de-l’Hospital, CRDP) sans oublier Vic-le-Comte, le berceau de la manifestation. Là, exactement, où tout a commencé…

Tant mieux pour eux…

Respectant une règle propre à la majorité des festivals, « Traces de Vies » propose une sélection de films en compétition. Des documents qui proviennent, cette année, d’Italie, du Nicaragua, de Colombie, d’Iran, du Canada, de Russie, de Belgique, de Chine… Un « petit » tour du monde passant évidemment par la France, omniprésente une fois encore sur le terrain du documentaire. Et comme toute compétition digne de ce nom s’achève par un palmarès, les lauréats seront connus le samedi 2 décembre à la salle Boris-Vian. Tant mieux pour eux…

Diversité des regards

Toutefois, l’esprit même de « Traces de vies » se situe bien au-delà de ces contingences.  Il est davantage à la diversité des regards, à la pluralité des expressions, à la force des témoignages. Des caractéristiques qui s’expriment également à travers les différents programmes présentés tout au long de la semaine:  thématique sociale (où l’on retrouve l’identité du festival), chapitre sur la frontière (protectrice ou oppressive?), espace donné aux jeunes réalisateurs, lien entre cinéma documentaire et autres disciplines tels le théâtre, la danse ou les arts du textile, rencontres professionnelles, sélection jeune public sans oublier les « Coursives » dans la perspective de la candidature de Clermont comme capitale européenne de la culture 2028. Directrice artistique de la manifestation, Annie Chassagne aime à rappeler que le festival est et doit être « un espace de rencontres avec des cinéastes qui viennent en salle parler de ce cinéma qu’ils aiment. » Ce sera le cas du réalisateur suisse Jean-Stéphane Bron, dont le dernier documentaire « L’Opéra », est sorti cette année en salle. Il viendra à la rencontre du public clermontois, comme d’autres metteurs en scène tout au long du festival. Un festival résolument ouvert sur le monde…

« Traces de vies » du 27 novembre au 3 décembre; programme complet sur www.tdv.itsra.net

À propos de l'auteur

Marc François

Marc François

A débuté le métier de journaliste parallèlement sur une radio libre et en presse écrite dans les années 80. Correspondant de plusieurs médias nationaux, rédacteur en chef de l’hebdomadaire Info Magazine (Clermont, Limoges, Allier) pendant 9 ans, il a présidé le Club de la Presse Clermont-Auvergne entre 2009 et 2013. Il est l’initiateur de 7 Jours à Clermont.

Commenter

Cliquez ici pour commenter

Sponsorisé

Les infos dans votre boite