Accueil » Edito » Lendemains de fêtes et gueule de bois
Marc François.
Photo Fanny Reynaud.
Edito

Lendemains de fêtes et gueule de bois

La permanence de la crise et des sacrifices peut logiquement entraîner une forme de lassitude morale voire de désespérance. Les responsables publics vont devoir trouver des solutions acceptables pour une population à bout de souffle.

Il faut être sacrément optimiste pour sourire derrière un masque et peut-être inconscient pour voir la vie du bon côté sous un bâillon. On a beau regarder l’horizon au plus loin, puisque les yeux ne nous ont pas encore été bouchés, aucune éclaircie ne semble s’annoncer. Pire, les  mauvaises nouvelles s’amoncellent comme des  nuages noirs : chiffres de contamination qui repartent à la hausse malgré les épisodes de confinement et de couvre-feu, épidémie qui circule malgré les restrictions dont la logique peut interroger, mutation du virus constaté de l’autre côté de la Manche. Le virus n’est pas près de nous lâcher annoncent unanimement les scientifiques dont le rôle, évidemment, n’est pas de ménager l’opinion publique.

Miroir aux alouettes

Entre Noël et jour de l’an. Et presque entre deux années. Celle qui s’en va nous a privés des libertés les plus élémentaires et plongés dans le marasme; celle qui s’en vient suscite davantage de craintes que d’illusions. Les fêtes de fin d’année n’auront été qu’un miroir aux alouettes et l’on nous promet déjà un tour de vis pour les semaines qui viennent. Rien qui n’engage à croire en des jours meilleurs, à court terme, tout au moins.

Scénario du pire

Comment éviter le scénario du pire tout en maintenant une activité raisonnable ? Jusque-là la réponse des autorités a largement penché du côté sanitaire. La santé comme priorité absolue. Mais la population ne pourra accepter durablement de vivre dans l’attente, de vivre à moitié … Il en va aussi de la santé morale et de l’avenir des individus, de leurs projets, de leurs relations, de leurs perspectives.

La nécessité d’arbitrer

Dès demain, les autorités seront tenues d’arbitrer entre les urgences sanitaires et les priorités que l’on qualifie de façon très restrictive d’économiques. Car derrière ce terme se cache des dimensions sociales, psychologiques, affectives, humaines. Tout ce qui fait, en réalité, que l’existence vaut d’être vécue. Les responsables devront aussi nous rassurer sur leurs capacités à effectuer des  choix judicieux et équitables durant cette séquence critique. Car le vaccin ne pourra, à lui, seul, résoudre l’ensemble de la crise.

 

À propos de l'auteur

Marc François

A débuté le métier de journaliste parallèlement sur une radio libre et en presse écrite dans les années 80. Correspondant de plusieurs médias nationaux, rédacteur en chef de l’hebdomadaire Info Magazine (Clermont, Limoges, Allier) pendant 9 ans, il a présidé le Club de la Presse Clermont-Auvergne entre 2009 et 2013. Il est l’initiateur de 7 Jours à Clermont.

1 Commentaire

Cliquez ici pour commenter

  • Souhaitons à vous, vos fidèles collaborateurs/trices, et vos plus fidèles lecteurs, de belles choses pour cette Nouvelle Année. Que 2021 soit celle du renouveau, de la fin de cette soi-disant crise sanitaire, d’un retour à la normale dans les meilleurs délais, et évidemment une excellente santé en premier lieu !

Sponsorisé

Les infos dans votre boite