Accueil » Culture » Jazz en Tête #33 : Une semaine pour attraper le virus du Jazz
Lionel Loueke parrain de jazz en Tête 2020 / photo D. Stapleton
Lionel Loueke parrain de jazz en Tête 2020 / photo D. Stapleton
Culture Mardi

Jazz en Tête #33 : Une semaine pour attraper le virus du Jazz

Plus que jamais le jazz est une musique vivante. La crise sanitaire du Covid n’aura pas eu raison de la 33e édition du festival Clermontois Jazz en Tête qui se déroule cette semaine dans des conditions inhabituelles.

Depuis 1988 année de création de Jazz en Tête, ses organisateurs ont souvent du faire face à des imprévus et des couacs de dernière minute. A chaque fois, ils ont su avec professionnalisme déployer le système D et présenter au public des prestations impeccables. Cette année, Xavier Felgeyrolles directeur artistique du festival depuis ses origines, a du faire preuve de créativité pour contourner les difficultés imposées par la crise sanitaire et présenter un programme attractif. « Il n’a jamais été question de renoncer à cette 33e édition et puis l’improvisation fait partie intégrante de la musique de jazz » dit-il avec humour.
Il n’empêche que cette édition sera pour le moins inhabituelle car en partie amputée de ce qui fait la saveur de ce rendez-vous annuel et qui lui donne son véritable caractère de Festival. Pas d’inauguration officielle qui permet aux « officiels » et aux partenaires (dont 7 Jours à Clermont) de réitérer leur soutien, pas buvette bienvenue pour se désaltérer à l’entre-acte, pas de jam sessions qui permettent de prolonger les soirées jusqu’au petit matin et d’écrire l’histoire du jazz. Le public devra se contenter, mais après-tout ce n’est déjà pas si mal par les temps qui courent, des concerts à la Maison de la Culture de Clermont. Chacun devra se plier aux règles sanitaires : port du masque, désinfection des mains, distanciation avec « une place sur deux » et sens de circulation obligatoires. La jauge de la salle Jean Cocteau permet de loger tout le monde, sans faire de laissés-pour-compte et en respectant le protocole… tous les organisateurs ne peuvent en dire autant.

Quand le jazz se fait Musique du Monde

Xavier Felgeyrolles a su bâtir un programme homogène en tenant compte des pays de résidence des artistes et des éventuelles quarantaines. Rien d’étonnant donc de retrouver au programme cette année, plus de musiciens français et européens qu’à l’accoutumé. Ceux qui risqueraient de se retrouver confinés loin de chez eux, ont assez de proches en France pour pouvoir prolonger leurs séjours dans de bonnes conditions. De cette programmation “contrainte” est né finalement  un côté Musiques du Monde qui ne pourra que refléter la diversité du jazz et satisfaire les amateurs les moins à l’aise avec le jazz “pur et dur”.
C’est le guitariste d’origine béninoise, Lionel Loueke, qui sera le parrain de cette 33e édition. Il donnera ce mardi en solo, un concert d’ouverture, hommage à Herbie Hancock avec qui, il a souvent partagé la scène.
Le canal historique du jazz sera représenté par le Trio du pianiste Jacky Terrasson, Le JET All Star #33 avec à sa tête le saxophoniste Jean Toussaint émissaire des Jazz Messengers, le saxophoniste français Baptiste Herbin, le trompettiste Raynald Colom et l’exceptionnel accordéoniste Vincent Peiriani qui proposera un voyage musical en duo avec le saxophoniste Emile Parisien.
L’ambiance latine sera apportée par les accents brésiliens de Juan Carmona considéré comme l’un des meilleurs guitaristes flamenco au monde et les rythmes cubains avec Ivan Melon Lewis et son Cuban Swing Express.
Enfin du côté découverte des jeunes talents, une spécialité de Jazz en Tête, il ne faudra pas rater le concert du quartet du saxophoniste Gaspard Baradel et la prestation de la chanteuse Maë Defays qui outre le fait d’être la petite-fille de Pierre Richard étonne par sa voix de cristal et son groove envoûtant.

Affiche Jazz en Tête 2020 / photo Michel Vasset

Jazz en Tête #33 – du 20 au 24 octobre 2020, Maison de la Culture de Clermont.
Toutes les infos sur www.jazzentete.com

À propos de l'auteur

Olivier Perrot

Olivier Perrot

Pionnier de la Radio Libre en 1981, Olivier Perrot a été animateur et journaliste notamment sur le réseau Europe 2 avant de devenir responsable communication et événements à la Fnac. Président de Kanti sas, spécialisée dans la communication culturelle, il a décidé de se réinvestir dans l'univers des médias en participant à la création de 7jours à Clermont.

Commenter

Cliquez ici pour commenter

Sponsorisé

Les infos dans votre boite