Accueil » Économie » Le Damier met en lumière la filière musique et image de la métropole
Nathalie Miel est la directrice du Damier.
Culture Économie Mardi

Le Damier met en lumière la filière musique et image de la métropole

Le Damier, cluster musique et image, propose, le 19 décembre à 18h30, un apéritif “Culture Experience Days” dans les locaux d'Epicentre à Clermont. Un événement parmi de nombreux autres qu'il organise, en rapport avec des missions bien définies.

Ce mardi 19 décembre, le Damier propose une soirée de lancement pour les “Culture Experience Days”, un événement qui se tiendra du 27 au 29 avril 2018. A cette occasion, des artistes, des designers, des créatifs se rencontreront autour d’un atelier pour encourager l’innovation en matière artistique.

50 adhérents aujourd’hui

Le Damier est un cluster : son principe est d’agréger sur un territoire des entreprises qui travaillent dans un même champ d’activité, souvent en lien avec les collectivités territoriales et le secteur académique, pour œuvrer pour le développement d’une filière. Nathalie Miel, directrice du Damier explique : “ Notre fonction est d’accompagner le développement des entreprises qui sont adhérentes à la filière musique et image sur notre territoire, à savoir le territoire métropolitain au sens large Clermont-Vichy-Auvergne”. Le cluster a été lancé en 2011. Aujourd’hui 50 entreprises sont adhérentes et représentent près de 200 emplois dans la filière musique et image, voire même plus largement dans le champ des industries culturelles et créatives. La directrice du Damier détaille le projet initial : “Le premier axe est de favoriser les collaborations entre nos adhérents. Le deuxième est le développement commercial, en répondant par exemple à des appels d’offres. Autre mission : fournir des services structurants à nos adhérents à savoir formation, service juridique, service comptable et mutualisation”. Le Damier s’efforce aussi d’être visible, il organise des événements comme le MIMA, le marché de l’image et de la musique, par exemple. Enfin, la dernière mission s’appuie sur une démarche prospective, en allant vers de nouvelles filières.

Un rôle de lobbying

Le Damier fonctionne avec  50% d’autofinancement, grâce aux adhésions de ses membres et à la vente de services. L’autre moitié provient des partenaires publics : DRAC,  Région Auvergne Rhône-Alpes et Clermont Métropole. Nathalie Miel explique que la filière musique et image a un défaut de visibilité et de reconnaissance sur la métropole : “Nous n’avons pas à rougir des compétences des entreprises de notre territoire mais ça ne se sait pas ici. Par exemple, Biscuit prod est de Clermont. C’est aussi notre rôle de pouvoir les mettre en lumière et d’effectuer un travail de lobbying ”. Pour mettre en avant les entreprises du cluster, la tâche est grande, et le Damier ne compte que 2 permanents : Nathalie Miel, la directrice, et Michel Calvairac, chargé du développement commercial.

 

Le Damier
Epicentre Factory
5 rue Saint-Dominique à Clermont-Ferrand

À propos de l'auteur

Catherine Lopes

Catherine Lopes

Journaliste diplômée de l’Ecole de Journalisme et de Communication de Marseille, Catherine arrive en Auvergne en 2006 et fait ses armes sur Clermont Première. Après plusieurs années de collaboration,  elle découvre ensuite le monde de la pige et travaille pour plusieurs sociétés de production. Elle écrit aussi pour le web et fait de la radio. Véritable touche à tout, Catherine aime avant tout raconter des histoires.

Commenter

Cliquez ici pour commenter

Sponsorisé

Les infos dans votre boite